• Interview

      Dossiers Publics interroge celles et ceux qui font bouger la Suisse: les actrices et acteurs issus du monde politique ainsi que des secteurs privés et publics
    • Jean-Dominique Michel: apprendre à mieux mettre à profit l’intelligence collective

      Jean-Dominique Michel: apprendre à mieux mettre à profit l’intelligence collective

      Le Genevois Jean-Dominique Michel a beaucoup fait parler de lui tout au long de la crise sanitaire, notamment dans les médias français. L’anthropologue de la santé vient de publier un essai intitulé: covid: anatomie d’une crise sanitaire, aux éditions HumenSciences. Le « Raoult suisse » s’est confié à Dossiers Publics.

      Afrique: une force sous-estimée
      Afrique: une force sous-estimée

      Investir dans les pays émergents... Ne nous mentons pas : quand on évoque cette option, forcément, même chez les mieux intentionnés parmi nous, une kyrielle d'idées reçues, de craintes plus ou moins fondées se retrouvent inexorablement sous les projecteurs. Rencontre...

      Le CHUV au cœur d’une pandémie
      Le CHUV au cœur d’une pandémie

      Alors que la communauté scientifique se lance dans une course contre-la-montre pour trouver un vaccin, et que le peuple suisse sort de son semi-confinement, le CHUV se dit prêt à affronter le prochain pic. Du jour au lendemain, le nouveau coronavirus (SARS-CoV-2) a...

    • (TI) LE COVID RELANCE L’AEROPORT DE LUGANO

      (TI) LE COVID RELANCE L’AEROPORT DE LUGANO

      Il y a encore quelques mois, l’aéroport de Lugano-Agno était donné pour mort. Entre l’abandon par Swiss des vols de ligne en novembre et sa mise en liquidation en avril, les perspectives du premier aérodrome tessinois semblaient empirer encore avec le coronavirus, qui...

    • (VS) SEULEMENT 5 % DE BILINGUES

      (VS) SEULEMENT 5 % DE BILINGUES

      Le Valais a beau être l’un des trois cantons officiellement bilingues du pays, seul un valaisan sur vingt parle la seconde langue officielle. C’est ce que révèle le numéro de juillet du bulletin d’information de l’office cantonal de statistique et de péréquation....

    • (VD) LA DOLCE RIVIERA POUR REPONDRE AU COVID

      (VD) LA DOLCE RIVIERA POUR REPONDRE AU COVID

      Pour répondre au défi posé par la crise sanitaire, privant la Riviera vaudoise des touristes étrangers, ainsi qu’à l’annulation de rendez-vous majeurs tels que le Montreux Jazz Festival, les acteurs culturels et touristiques de Monteux, Vevey et La Tour-de-Peilz se...

    • LILI, UN ADJUDANT QUI MIAULE À L’ARMÉE

      LILI, UN ADJUDANT QUI MIAULE À L’ARMÉE

      Mascotte du centre de recrutement de Sumiswald (BE), la chatte Lili est passée du grade d’adjudant sous-officier à celui d'adjudant EM. Elle a obtenu cette promotion pour «son service infaillible en soutien moral à la troupe». Bien qu’habitant une ferme voisine, le...

    • PROFESSEUR DE LA HES-SO VALAIS PRIMÉ

      PROFESSEUR DE LA HES-SO VALAIS PRIMÉ

      Professeur à la Haute école d’ingénierie, Manuele Margni a remporté le Prix du Gala Meritas du meilleur enseignant en développement durable à Polytechnique Montréal. Le concours a été présidé par les associations étudiantes de Polytechnique. Manuel Margni est...

    • UNE NOUVELLE DIRECTRICE AUX TRANSPORTS LAUSANNOIS

      UNE NOUVELLE DIRECTRICE AUX TRANSPORTS LAUSANNOIS

      Patricia Solioz Mathys (44 ans) a été nommée en juin directrice des Transports publics de la région lausannoise (tl). Elle entrera en fonction à partir du 1er décembre 2020, en remplacement de Michel Joye, qui a fait valoir son droit à la retraite. Avant ce poste,...

    • DARIUS ROCHEBIN: LE PRÉSENTATEUR VEDETTE DES ROMANDS PART EN FRANCE

      DARIUS ROCHEBIN: LE PRÉSENTATEUR VEDETTE DES ROMANDS PART EN FRANCE

      Une page se tourne dans le paysage audiovisuel romand. Darius Rochebin, le journaliste phare de la Suisse romande et présentateur du 19:30 depuis 1998 a quitté la RTS pour rejoindre la chaîne de télévision française d'information en continu LCI, qui appartient au...

    • Événement

      Retrouvez les derniers événements auxquels Dossiers Publics était présent

    • Une aide-soignante engagée

      Une aide-soignante engagée

      Doris Abbyad, aide-soignante aux HUG depuis 1983 (en unité d’attente de placement en EMS) et présidente de l’association Culture & Loisirs (association de personnel hospitalier et de santé sociale), nous livre son vécu de la crise du covid-19. Quelles difficultés...

    • Rentrée des entreprises 2019

      Rentrée des entreprises 2019

      Dossiers Publics était présent à la Rentrée des Entreprises 2019 à l'Arena de Genève, l'événement...

    • Articles

      Vous trouverez ici tous les articles de Dossiers Publics par catégorie
    • CONCOURS DE PONTS 2020

      CONCOURS DE PONTS 2020

      « Sortir des sentiers battus avec le bois» Ces dernières années, le développement durable est devenu l’une des préoccupations premières de la société. Le bois, en tant que biomasse renouvelable, est la seule matière première qui absorbe durablement le CO2. La...

      Le salon RH 2020 «goes digital»
      Le salon RH 2020 «goes digital»

      Le covid-19 n'empêchera pas l'édition 2020 du salon RH mais le transformera en Salon Digital. C'est inédit, le salon qui devait déjà comporter un volet digital, se déroulera entièrement en ligne. Entretien avec son directeur, Achim Frerker. Le Salon RH aura lieu...

      Une oasis aux portes de Lausanne
      Une oasis aux portes de Lausanne

      Entre le cadre agréable, la responsabilité environnementale et l’efficience économique, Oassis est un nouveau bijou immobilier qui voit le jour dans la région de l'ouest lausannois. Lausanne et sa région sont actuellement propulsées par une vague de constructions sans...

      Crise du covid-19 : la culture en danger ?
      Crise du covid-19 : la culture en danger ?

      Le secteur de la culture fait partie de ceux qui ont été le plus durement touchés par la crise sanitaire. Bilan sur l’impact social, économique et sur les perspectives à venir. Une économie à l’arrêt pendant près de deux mois. Pas de théâtres, pas de cinémas, des...

    • Cahiers spéciaux

      Retrouvez ici nos Cahiers Spéciaux traitant des grandes thématiques relatives à la Romandie
    • Canton de Vaud

      Pascal Broulis: “l’État doit être un catalyseur de projets”

      Pascal Broulis: “l’État doit être un catalyseur de projets”

      Cathédrale de Lausanne, Château St-Maire, Vaudoise Arena, Vortex, Maison de l’Environnement, MCBA ou encore Plateforme 10, autant de noms évocateurs de chantiers et de réalisations d’envergure entrepris depuis 2017 dans le canton avec l’Etat de...

      Vaud+, la marque territoriale qui rayonne

      Vaud+, la marque territoriale qui rayonne

      Le branding territorial n’est pas vraiment une nouveauté et ce n’est pas les cantons du Valais ou des Grisons qui diront le contraire. Et comme les Vaudoises et les Vaudois ont du talent, il fallait le dire haut et fort, il fallait le faire...

      Smart City

      Smart parking: quand se garer devient un plaisir

      Smart parking: quand se garer devient un plaisir

      Tous les lieux de stationnement sont différents. Et parfois cette différence affichée est pour son utilisateur source de stress. Désormais, grâce à l’information instantanée, trouver une place pour son véhicule devient (presque) un jeu d’enfant Tout d’abord, il y a...

      L’entrepreneur qui voulait transformer nos modes de vie

      L’entrepreneur qui voulait transformer nos modes de vie

      Né à Lausanne à l’ère du numérique, Christophe Haldi fait partie de la génération Y. À 30 ans, il est aujourd’hui CEO et fondateur de la société eeproperty, spécialiste de systèmes de gestion intelligents La liste des 30 under 30  du prestigieux magazine américain...

      Le SOC: la botte secrète de l’État de Vaud contre les cyberpirates

      Le SOC: la botte secrète de l’État de Vaud contre les cyberpirates

      Créée en 2015, cette unité de cinq personnes agit comme un poste de pilotage qui offre une vue consolidée et permet de mieux répondre aux cyber-attaques Perturbations, manipulations, sabotages et autres attaques ciblées par l’intermédiaire de réseaux électroniques...

Publicités

La compagnie de navigation vaudoise s’est donnée une mission multiple et un défi ambitieux: intégrer la mobilité, le patrimoine et l’innovation, tout en doublant sa part de marché sur les traversées transfrontalières. Son nouveau Président explique à Dossiers Publics comment il entend tenir ce cap

Benoit Gaillard, Président de la CGN

Dossiers Publics : Pouvez-vous tout d’abord nous dessiner brièvement le cadre historique de la compagnie CGN?
Benoit Gaillard: Tout commence à la fin du dix-neuvième siècle, plus précisément en 1873, année de la fondation de la compagnie (nous fêterons dans trois ans notre cent cinquantenaire). Il faut se rendre compte qu’à cette époque le bateau est encore l’un des principaux moyens de transport pour aller d’un point à un autre en Suisse. On l’utilise pour se déplacer et transporter des marchandises, comme cela a été le cas pendant des siècles sur le lac.

La CGN est créée lors de l’essor du tourisme en Suisse, qui devient au tournant du XXe siècle une activité à part entière. La compagnie en devient rapidement un acteur incontournable. Montreux, Lausanne, les Alpes, Genève un peu, deviennent les destinations privilégiées des touristes anglais, fidèles clients de l’hôtellerie alpine et lémanique. La CGN accompagne ce mouvement par la construction de ses navires Belle-Époque qui sont conçus comme des bateaux d’agrément. Ce ne sont pas moins de douze unités qui seront construites sur une période d’une trentaine d’années, projets très importants pour l’époque, ce qui nous donnera finalement cette magnifique flotte.

Quelle sont les activités principales de la Compagnie?
Commençons par ses deux champs d’activité principaux: d’une part elle propose des expériences sur le lac plus que du transport touristique, ceci grâce au cachet patrimonial de ses bateaux, mais aussi grâce au cadre extraordinaire dans lequel elle évolue: Lavaux, qui est au patrimoine mondial, Genève, Lausanne et toutes ces belles villes qui bordent le Léman en Suisse et en France lacustre. D’autre part, c’est une entreprise de transport public au sens relativement classique du terme qui exploite trois lignes toute la semaine qui sont empruntées de manière pondérante par des milliers de pendulaires chaque jour, reliant Thonon et Evian à Lausanne ainsi qu’Yvoire à Nyon.

On peut ajouter un troisième champ qui est la mission particulière de conservation de bateaux classés par le canton de Vaud comme monuments historiques.

Je terminerai la liste avec un quatrième volet qui est dorénavant notre axe d’action transversal: devenir un acteur de la durabilité dans le bassin lémanique en réduisant la consommation de notre flotte et en encourageant les gens à emprunter les transports publics plutôt que la voiture. Nous soutenons également plusieurs projets d’innovation pour des nouvelles motorisations de bateau.

Pouvez-vous nous en dire plus en ce qui concerne l’innovation durable ?
C’est une thématique qui me tient particulièrement à cœur. Nous avons l’intention de redoubler d’efforts au service de la réduction des émissions de CO2 et de polluants. Alors que nos marges de manœuvre sont restreintes en raison du cadre légal, nous consacrons chaque année un peu de notre marge d’exploitation à l’amélioration des performances énergétiques des bateaux. Parfois, quelques centaines de milliers de francs bien investis permettent une réduction de 25%, comme cela a été le cas sur le Valais.

En gros, dans les trois à quatre dernières années, nous avons investi une somme de 5 millions de francs dans notre flotte pour des améliorations de consommation. Par ailleurs, nous comptons être à la pointe de l’exploration de prototypes de propulsion alternative pour laquelle nous sommes associés à une équipe de l’EPFL que nous accueillons en ce moment sur notre chantier. Son but est de monter un bateau solaire qui sera présenté au Monaco Solar & Energy Boat Challenge cet été.

Aussi, nous sommes associés, en tant qu’experts, à un projet déposé récemment devant l’Office fédéral des transports pour une étude de faisabilité d’un bateau à hydrogène transportant plus de 200 personnes, une démarche portée par L’Association bateau zéro émission, à Genève, et pour laquelle les trois cantons lémaniques ont signalé leur intérêt. En résumé, nous investissons pour relever l’enjeu de la durabilité, l’axe transversal qui marquera l’ensemble de nos projets. Et même sur la flotte Belle-Époque, on peut réfléchir à des solutions novatrices en respect avec notre patrimoine…


En ce qui concerne la mobilité, quelle est votre stratégie de développement?
Nous venons de passer une commande de deux nouvelles unités de transport public. C’est un marché public très important et notre objectif est d’avoir un standard de transport qui se rapproche de ce que le train sait faire de mieux: du confort, de la stabilité et des espaces qui sont agréables pour travailler pour un maximum de places assises.

Cette opération est sans précédent, elle nous coûte une trentaine de millions de francs par unité et a été rendue financièrement possible par un emprunt bancaire que la compagnie a contracté, profitant du contexte favorable des taux très faibles, mais aussi grâce à la garantie de la confédération qui nous permet d’obtenir une réduction supplémentaire des taux.

Cela fait 30 ans que la CGN n’a pas construit ni assemblé de nouveau bateau sur son chantier. Le dernier en date était le Lausanne qui est actuellement le plus gros qui circule sur le lac, mais qui est un bateau d’agrément, affecté au tourisme et aux locations privées. Seule acquisition entre-temps, celle de petits bateaux rapides pour le transport public, les Navibus. Ils ont eu l’immense mérite d’améliorer considérablement notre offre, en particulier entre Lausanne et Thonon, ce qui a généré une nouvelle demande. Par contre, leur capacité s’est révélée insuffisante et, surtout, leur consommation était excessive. Nous avons appris beaucoup de cet épisode..

J’aimerais donc insister sur le fait que cet investissement est un tournant historique pour la CGN. Le marché a été attribué à une entreprise suisse, Shiptec basée à Lucerne, qui nous livrera l’ensemble du processus. L’assemblage aura lieu sur notre chantier naval à Ouchy.

« Notre idée, avec le doublement des capacités, c’est de doubler tout simplement cette part modale pour arriver à du 50-50 auto-bateau »

Dans quelle mesure ces investissements modifieront-ils votre part modale dans la mobilité transfrontalière?
Les études montrent que nous sommes autour de 25% pour les personnes vivant en Haute-Savoie qui travaillent dans le canton de Vaud. Entre Evian, Thonon, Yvoire et les rives vaudoises, la seule vraie alternative est pour l’instant entre la voiture et le bateau. Sur cette base, notre idée, avec le doublement des capacités, c’est de doubler tout simplement cette part modale pour arriver à du 50-50 auto-bateau. C’est un objectif ambitieux.

C’est pour cela que les deux nouveaux navires qui comprennent 600 places assises chacun seront exclusivement affectés au transport public sur les lignes Lausanne-Evian et Lausanne-Thonon. Ainsi, nous augmenterons les cadences, notamment sur Lausanne-Evian, permettant d’introduire l’horaire cadencé comme on l’a avec le train. Dès début 2022, nous aurons un bateau toutes les 45 minutes sur Evian, doublant ainsi la capacité sur cette ligne. Il est vrai qu’aujourd’hui nos lignes sont vraiment saturées à certaines heures, provoquant une demande non satisfaite avec des gens qui ne misent pas ou plus sur le bateau. Le doublement nous permettra de dégager de nouvelles marges pour conquérir des parts de marché.

Une dernière remarque, le bureau qui accompagnait la démarche de planification pour nos futures unités nous a rapporté un chiffre intéressant: un déplacement entre Evian et Lausanne en bateau produira 30 fois moins de CO2 émis qu’en automobile. Le transport public que nous allons proposer présente donc un vecteur de durabilité remarquablement supérieur à l’alternative automobile. Pour en revenir à la durabilité, il y a donc une vraie bonne raison de prendre le bateau, ne serait-ce que par souci environnemental!

Les nouveaux bateaux amélioreront-ils le temps de traversée?
Dans un premier temps non, car ils circuleront conjointement avec les anciens bateaux et même s’ils sont capables d’aller un peu plus vite que les anciens, le maintien de la cadence demande de s’adapter au plus lent. On peut ensuite imaginer des gains de temps à moyen terme si l’on commande des unités supplémentaires. Mais il faut savoir qu’aujourd’hui, sur ces trajets, le bateau est extrêmement compétitif par rapport à la voiture. Même sans embouteillage il y a tout intérêt à effectuer un trajet Evian-Lausanne ou Thonon-Lausanne en bateau, sur le plan du temps, mais aussi du confort.

Quel est votre chiffre d’affaires et comment le voyez-vous évoluer?
A l’heure actuelle il est de 40 millions par an. Un quart est issu de subventions publiques, nous donnant un taux de couverture de nos charges d’environ 75 %, ce qui est assez élevé pour le domaine du transport. Nous avons vécu une croissance très importante ces dernières années, notamment sur le transport public pendulaire et nous prévoyons que cela va continuer. Sans vouloir faire de pronostic financier trop osé, nous devrions voir une croissance osciller entre 10 et 20% du chiffre d’affaire après la mise en service de nos nouveaux bateaux.