• Interview

      Dossiers Publics interroge celles et ceux qui font bouger la Suisse: les actrices et acteurs issus du monde politique ainsi que des secteurs privés et publics
    • Entreprises de sécurité : le côté privé de la Force

      Entreprises de sécurité : le côté privé de la Force

      Les politiciens nous l’ont répété à l’envi depuis des années : « On ne peut pas mettre un policier derrière chaque citoyen » ! Ce qui, avouons-le, est plutôt une bonne nouvelle pour les plus paranoïaques d’entre nous… Garde du corps et directeur de deux entreprise...

      EGEN, un pressing à succès
      EGEN, un pressing à succès

      À 21 ans, Serhat Açig a lancé sa première start-up dans un milieu peu prisé des jeunes: le pressing à sec. Pourtant, EGEN, qui signifie « propre à soi » en romanche, emploie la technique de l’aquanettoyage ou le « wet cleaning » à 100%, un traitement numérique et...

      Pompiers, les gardiens du feu sacré
      Pompiers, les gardiens du feu sacré

      Avec un cahier des charges des plus diversifiés, les sapeurs-pompiers sont sur tous les fronts, et pourtant on les connaît souvent mal. Nous sommes allés à la rencontre du major Rémy Décombaz, commandant du Corps de sapeurs-pompiers volontaires « Cœur de Lavaux »...

    • VS: des mesures pour préserver la vache d’hérens

      VS: des mesures pour préserver la vache d’hérens

      Star emblématique des alpages valaisans, la vache d’Hérens tend à se raréfier, malgré le succès sans cesse renouvelé de ses fameux combats de Reines. Une diminution du cheptel que connaissent aussi les neuf autres races ovines et bovines locales, et que le canton a...

    • GE: pour une meilleure gestion de l’eau potable…

      GE: pour une meilleure gestion de l’eau potable…

      Face aux défis posés par l’urgence climatique, la pollution et une démographie galopante, l’eau s’impose plus que jamais comme un enjeu majeur en matière de santé publique. Confrontée en 2019 à un rapport de sa Cour des comptes pointant certaines faiblesses dans sa...

    • VS : des vagues au cœur des alpes

      VS : des vagues au cœur des alpes

      Les adeptes du surf vont s’en donner à cœur joie ! Non contents de pouvoir pratiquer leur sport de glisse favori sur les pentes enneigées du Valais, ils sont désormais invités à tester leur agilité sur les rouleaux océaniques d’Alaïa Bay. Première piscine à vagues...

    • Pierre Maudet recruté dans la cybersécurité par Wisekey

      Pierre Maudet recruté dans la cybersécurité par Wisekey

      Peu de temps après avoir quitté le Conseil d'État genevois, Pierre Maudet a déjà trouvé un nouvel emploi. La firme genevoise Wisekey, spécialisée dans la cybersécurité, a annoncé le 3 mai son embauche au poste de directeur de la transformation numérique. L'ancien...

    • Joseph Bonnemain redonne espoir au diocèse de Coire (gr)

      Joseph Bonnemain redonne espoir au diocèse de Coire (gr)

      Le diocèse de Coire ne pouvait rêver meilleur homme pour ramener la paix et la sérénité au cœur d’une congrégation malmenée par des décennies de conflits. Nommé par le pape en personne, ce Jurassien d’origine avait d’abord étudié la médecine, avant de se consacrer à...

    • Christine Schraner Burgener, une diplomate pour veiller aux migrations

      Christine Schraner Burgener, une diplomate pour veiller aux migrations

      Une fois encore, la gent féminine démontre qu’elle a toute sa place aux plus hautes responsabilités. Avec la nomination de Christine Schraner Burgener à la tête du dernier Secrétariat d’état encore en mains masculines, cette fonction quasi ministérielle est désormais...

    • Denise Tonella face au défi du Landesmuseum de Zürich

      Denise Tonella face au défi du Landesmuseum de Zürich

      Le moins que l’on puisse dire, c’est que le Landesmuseum de Zürich tient une place à part. Soutenu par la Confédération, pourvu de multiples filiales, constamment en travaux, à la tête de collections pléthoriques, la vénérable institution inaugurée en 1898 représente...

    • Michaela Schärer prend la direction de la Protection de la population

      Michaela Schärer prend la direction de la Protection de la population

      Quel meilleur choix, pour reprendre les rênes de l’OFPP, qu’une personnalité aguerrie, forgée par une longue carrière au service de l’administration, et plus particulièrement au sein même du DDPS ? Première femme nommée à cette fonction, Michaela Schärer est tout cela...

    • Événement

      Retrouvez les derniers événements auxquels Dossiers Publics était présent

    • Une aide-soignante engagée

      Une aide-soignante engagée

      Doris Abbyad, aide-soignante aux HUG depuis 1983 (en unité d’attente de placement en EMS) et présidente de l’association Culture & Loisirs (association de personnel hospitalier et de santé sociale), nous livre son vécu de la crise du covid-19. Quelles difficultés...

    • Rentrée des entreprises 2019

      Rentrée des entreprises 2019

      Dossiers Publics était présent à la Rentrée des Entreprises 2019 à l'Arena de Genève, l'événement...

    • Cahiers spéciaux

      Retrouvez ici nos Cahiers Spéciaux traitant des grandes thématiques relatives à la Romandie
    • Environnement

      Gamaya, quand les drones volent au secours de l’agriculture

      Gamaya, quand les drones volent au secours de l’agriculture

      Avec sa caméra hyperspectrale miniature, combinée à l’intelligence artificielle et embarquée sur un drone, la start-up Gamaya permet aux agriculteurs d’estimer les besoins de leurs champs avec une précision inédite : un pas de géant pour l’agriculture durable. Dans le...

      Daphne Technology, comme un air de mer propre

      Daphne Technology, comme un air de mer propre

      Limiter la pollution atmosphérique par la purification des gaz d’échappement et révolutionner l’industrie du transport maritime, c’est le rêve d’une start-up née à l’EPFL. Active dans la très en vogue technologie propre, et désormais forte d’un financement de l’UE,...

      Canton de Vaud

      Pascal Broulis: “l’État doit être un catalyseur de projets”

      Pascal Broulis: “l’État doit être un catalyseur de projets”

      Cathédrale de Lausanne, Château St-Maire, Vaudoise Arena, Vortex, Maison de l’Environnement, MCBA ou encore Plateforme 10, autant de noms évocateurs de chantiers et de réalisations d’envergure entrepris depuis 2017 dans le canton avec l’Etat de Vaud comme point commun...

      Vaud+, la marque territoriale qui rayonne

      Vaud+, la marque territoriale qui rayonne

      Le branding territorial n’est pas vraiment une nouveauté et ce n’est pas les cantons du Valais ou des Grisons qui diront le contraire. Et comme les Vaudoises et les Vaudois ont du talent, il fallait le dire haut et fort, il fallait le faire...

      Lausanne et sa «Ficelle»: 130 ans de fidélité

      Lausanne et sa «Ficelle»: 130 ans de fidélité

      Avant de disparaître en 2006, le célèbre funiculaire qui reliait Ouchy au centre-ville a, durant plus d’un siècle, transporté des milliers de Lausannois C’est au cours du Conseil communal du 6 juin 1873, qu’a été adoptée la convention conclue entre l’Autorité et le...

  • Kit Média 2021

Publicités

La compagnie de navigation vaudoise s’est donnée une mission multiple et un défi ambitieux: intégrer la mobilité, le patrimoine et l’innovation, tout en doublant sa part de marché sur les traversées transfrontalières. Son nouveau Président explique à Dossiers Publics comment il entend tenir ce cap

Benoit Gaillard, Président de la CGN

Dossiers Publics : Pouvez-vous tout d’abord nous dessiner brièvement le cadre historique de la compagnie CGN?
Benoit Gaillard: Tout commence à la fin du dix-neuvième siècle, plus précisément en 1873, année de la fondation de la compagnie (nous fêterons dans trois ans notre cent cinquantenaire). Il faut se rendre compte qu’à cette époque le bateau est encore l’un des principaux moyens de transport pour aller d’un point à un autre en Suisse. On l’utilise pour se déplacer et transporter des marchandises, comme cela a été le cas pendant des siècles sur le lac.

La CGN est créée lors de l’essor du tourisme en Suisse, qui devient au tournant du XXe siècle une activité à part entière. La compagnie en devient rapidement un acteur incontournable. Montreux, Lausanne, les Alpes, Genève un peu, deviennent les destinations privilégiées des touristes anglais, fidèles clients de l’hôtellerie alpine et lémanique. La CGN accompagne ce mouvement par la construction de ses navires Belle-Époque qui sont conçus comme des bateaux d’agrément. Ce ne sont pas moins de douze unités qui seront construites sur une période d’une trentaine d’années, projets très importants pour l’époque, ce qui nous donnera finalement cette magnifique flotte.

Quelle sont les activités principales de la Compagnie?
Commençons par ses deux champs d’activité principaux: d’une part elle propose des expériences sur le lac plus que du transport touristique, ceci grâce au cachet patrimonial de ses bateaux, mais aussi grâce au cadre extraordinaire dans lequel elle évolue: Lavaux, qui est au patrimoine mondial, Genève, Lausanne et toutes ces belles villes qui bordent le Léman en Suisse et en France lacustre. D’autre part, c’est une entreprise de transport public au sens relativement classique du terme qui exploite trois lignes toute la semaine qui sont empruntées de manière pondérante par des milliers de pendulaires chaque jour, reliant Thonon et Evian à Lausanne ainsi qu’Yvoire à Nyon.

On peut ajouter un troisième champ qui est la mission particulière de conservation de bateaux classés par le canton de Vaud comme monuments historiques.

Je terminerai la liste avec un quatrième volet qui est dorénavant notre axe d’action transversal: devenir un acteur de la durabilité dans le bassin lémanique en réduisant la consommation de notre flotte et en encourageant les gens à emprunter les transports publics plutôt que la voiture. Nous soutenons également plusieurs projets d’innovation pour des nouvelles motorisations de bateau.

Pouvez-vous nous en dire plus en ce qui concerne l’innovation durable ?
C’est une thématique qui me tient particulièrement à cœur. Nous avons l’intention de redoubler d’efforts au service de la réduction des émissions de CO2 et de polluants. Alors que nos marges de manœuvre sont restreintes en raison du cadre légal, nous consacrons chaque année un peu de notre marge d’exploitation à l’amélioration des performances énergétiques des bateaux. Parfois, quelques centaines de milliers de francs bien investis permettent une réduction de 25%, comme cela a été le cas sur le Valais.

En gros, dans les trois à quatre dernières années, nous avons investi une somme de 5 millions de francs dans notre flotte pour des améliorations de consommation. Par ailleurs, nous comptons être à la pointe de l’exploration de prototypes de propulsion alternative pour laquelle nous sommes associés à une équipe de l’EPFL que nous accueillons en ce moment sur notre chantier. Son but est de monter un bateau solaire qui sera présenté au Monaco Solar & Energy Boat Challenge cet été.

Aussi, nous sommes associés, en tant qu’experts, à un projet déposé récemment devant l’Office fédéral des transports pour une étude de faisabilité d’un bateau à hydrogène transportant plus de 200 personnes, une démarche portée par L’Association bateau zéro émission, à Genève, et pour laquelle les trois cantons lémaniques ont signalé leur intérêt. En résumé, nous investissons pour relever l’enjeu de la durabilité, l’axe transversal qui marquera l’ensemble de nos projets. Et même sur la flotte Belle-Époque, on peut réfléchir à des solutions novatrices en respect avec notre patrimoine…


En ce qui concerne la mobilité, quelle est votre stratégie de développement?
Nous venons de passer une commande de deux nouvelles unités de transport public. C’est un marché public très important et notre objectif est d’avoir un standard de transport qui se rapproche de ce que le train sait faire de mieux: du confort, de la stabilité et des espaces qui sont agréables pour travailler pour un maximum de places assises.

Cette opération est sans précédent, elle nous coûte une trentaine de millions de francs par unité et a été rendue financièrement possible par un emprunt bancaire que la compagnie a contracté, profitant du contexte favorable des taux très faibles, mais aussi grâce à la garantie de la confédération qui nous permet d’obtenir une réduction supplémentaire des taux.

Cela fait 30 ans que la CGN n’a pas construit ni assemblé de nouveau bateau sur son chantier. Le dernier en date était le Lausanne qui est actuellement le plus gros qui circule sur le lac, mais qui est un bateau d’agrément, affecté au tourisme et aux locations privées. Seule acquisition entre-temps, celle de petits bateaux rapides pour le transport public, les Navibus. Ils ont eu l’immense mérite d’améliorer considérablement notre offre, en particulier entre Lausanne et Thonon, ce qui a généré une nouvelle demande. Par contre, leur capacité s’est révélée insuffisante et, surtout, leur consommation était excessive. Nous avons appris beaucoup de cet épisode..

J’aimerais donc insister sur le fait que cet investissement est un tournant historique pour la CGN. Le marché a été attribué à une entreprise suisse, Shiptec basée à Lucerne, qui nous livrera l’ensemble du processus. L’assemblage aura lieu sur notre chantier naval à Ouchy.

« Notre idée, avec le doublement des capacités, c’est de doubler tout simplement cette part modale pour arriver à du 50-50 auto-bateau »

Dans quelle mesure ces investissements modifieront-ils votre part modale dans la mobilité transfrontalière?
Les études montrent que nous sommes autour de 25% pour les personnes vivant en Haute-Savoie qui travaillent dans le canton de Vaud. Entre Evian, Thonon, Yvoire et les rives vaudoises, la seule vraie alternative est pour l’instant entre la voiture et le bateau. Sur cette base, notre idée, avec le doublement des capacités, c’est de doubler tout simplement cette part modale pour arriver à du 50-50 auto-bateau. C’est un objectif ambitieux.

C’est pour cela que les deux nouveaux navires qui comprennent 600 places assises chacun seront exclusivement affectés au transport public sur les lignes Lausanne-Evian et Lausanne-Thonon. Ainsi, nous augmenterons les cadences, notamment sur Lausanne-Evian, permettant d’introduire l’horaire cadencé comme on l’a avec le train. Dès début 2022, nous aurons un bateau toutes les 45 minutes sur Evian, doublant ainsi la capacité sur cette ligne. Il est vrai qu’aujourd’hui nos lignes sont vraiment saturées à certaines heures, provoquant une demande non satisfaite avec des gens qui ne misent pas ou plus sur le bateau. Le doublement nous permettra de dégager de nouvelles marges pour conquérir des parts de marché.

Une dernière remarque, le bureau qui accompagnait la démarche de planification pour nos futures unités nous a rapporté un chiffre intéressant: un déplacement entre Evian et Lausanne en bateau produira 30 fois moins de CO2 émis qu’en automobile. Le transport public que nous allons proposer présente donc un vecteur de durabilité remarquablement supérieur à l’alternative automobile. Pour en revenir à la durabilité, il y a donc une vraie bonne raison de prendre le bateau, ne serait-ce que par souci environnemental!

Les nouveaux bateaux amélioreront-ils le temps de traversée?
Dans un premier temps non, car ils circuleront conjointement avec les anciens bateaux et même s’ils sont capables d’aller un peu plus vite que les anciens, le maintien de la cadence demande de s’adapter au plus lent. On peut ensuite imaginer des gains de temps à moyen terme si l’on commande des unités supplémentaires. Mais il faut savoir qu’aujourd’hui, sur ces trajets, le bateau est extrêmement compétitif par rapport à la voiture. Même sans embouteillage il y a tout intérêt à effectuer un trajet Evian-Lausanne ou Thonon-Lausanne en bateau, sur le plan du temps, mais aussi du confort.

Quel est votre chiffre d’affaires et comment le voyez-vous évoluer?
A l’heure actuelle il est de 40 millions par an. Un quart est issu de subventions publiques, nous donnant un taux de couverture de nos charges d’environ 75 %, ce qui est assez élevé pour le domaine du transport. Nous avons vécu une croissance très importante ces dernières années, notamment sur le transport public pendulaire et nous prévoyons que cela va continuer. Sans vouloir faire de pronostic financier trop osé, nous devrions voir une croissance osciller entre 10 et 20% du chiffre d’affaire après la mise en service de nos nouveaux bateaux.