• Licenciements en vue chez Implenia

      Licenciements en vue chez Implenia

      Qui dit restructuration dit, le plus souvent, licenciements. Implenia ne fait pas exception à la règle: le groupe compte se séparer de 2000 salariés d’ici 2023. Leader de la construction en Suisse, le groupe prévoit en effet de se réorganiser en profondeur avec,...

    • YVERDON (VD) : La machine à écrire dans tous ses états

      YVERDON (VD) : La machine à écrire dans tous ses états

      Cinq expositions sur un même thème! Il n’en fallait pas moins pour rendre hommage à la machine à écrire, jadis fleuron du paysage industriel du nord vaudois. Intitulée « Rock me Baby » en référence à la « Baby », modèle star des ateliers yverdonnois Hermès, cette...

    • Une application pour suivre les chantiers

      Une application pour suivre les chantiers

      Votre voisin souhaite s’agrandir? Un nouvel immeuble est prévu sous vos fenêtres? Les arbres qui vous protègent vont être abattus? Désormais, vous pourrez tout savoir des chantiers, actuels ou à venir, près de chez vous, grâce à Immotep, une application pour...

    • Élection bicéphale au Parti Socialiste Suisse

      Élection bicéphale au Parti Socialiste Suisse

      Mattea Meyer a été élue le samedi 17 octobre comme co-présidente du Parti socialiste suisse. Âgée de 32 ans, mère d'une fillette de trois ans, elle habite Winterthour et est entrée au Conseil national en 2015, après avoir siégé au Grand Conseil zurichois de 2011 à...

    • Prix environnemental de l’économie

      Prix environnemental de l’économie

      Ce prix prestigieux a été reçu le 17 septembre dernier par l'entreprise Eberhard Unternehmungen de Kloten. Placé pour la première fois sous la présidence de Doris Leuthardt, le jury a du choisir entre trois finalistes. Eberhard Unternehmungen, pionnière de l' urban...

    • Neuchâtel renouvelle sa confiance en Kilian Stoffel

      Neuchâtel renouvelle sa confiance en Kilian Stoffel

      Déjà nommé une première fois à la tête de l’Université de Neuchâtel en 2016, Kilian Stoffel a été reconduit pour un nouveau mandat de quatre ans au poste de recteur de l’institution. Une décision qui fait sens considérant les défis majeurs qu’il a su relever au cours...

    • Fabio Regazzi prend la tête de l’USAM

      Fabio Regazzi prend la tête de l’USAM

      L’Union suisse des arts et métiers (USAM) innove en élisant pour la première fois à sa tête un Tessinois: le conseiller national PDC Fabio Regazzi. Âgé de 57 ans, cet avocat et entrepreneur, qui succède ainsi à Jean-François Rime, se déclare «motivé et prêt à...

    • Livia Leu Agosti : une femme de tête pour négocier avec l’Europe

      Livia Leu Agosti : une femme de tête pour négocier avec l’Europe

      Lier le charme aux compétences pour composer avec Bruxelles? C’est le parti pris par Igniazio Cassis, chef du DFAE, avec l’élection à la tête du Département des affaires européennes de Livia Leu Agosti. Diplomate chevronnée et fine négociatrice, celle qui fut la...

    • Événement

      Retrouvez les derniers événements auxquels Dossiers Publics était présent

    • Une aide-soignante engagée

      Une aide-soignante engagée

      Doris Abbyad, aide-soignante aux HUG depuis 1983 (en unité d’attente de placement en EMS) et présidente de l’association Culture & Loisirs (association de personnel hospitalier et de santé sociale), nous livre son vécu de la crise du covid-19. Quelles difficultés...

    • Rentrée des entreprises 2019

      Rentrée des entreprises 2019

      Dossiers Publics était présent à la Rentrée des Entreprises 2019 à l'Arena de Genève, l'événement...

    • Articles

      Vous trouverez ici tous les articles de Dossiers Publics par catégorie
    • La Star du béton en 3D

      La Star du béton en 3D

      Agnès Petit, l’étoile montante de la scène de la construction brille par son approche innovatrice. Elle a créé Mobbot, une start-up qui a pour ambition de développer et commercialiser des systèmes d’impression 3D de structures de béton, une technologie unique en son...

      STEIMER DS SA : nouvelle direction, nouveaux horizons
      STEIMER DS SA : nouvelle direction, nouveaux horizons

      Reconnue depuis des dizaines d’années, Steimer DS SA (DS-SA) poursuit son développement avec l’arrivée d’Alain Fuglister à sa tête en remplacement du fondateur Didier Steimer. Diplômé de l’EPFL et plein de projets en tête, le trentenaire donne un nouveau souffle à la...

      La technologie au service des aînés
      La technologie au service des aînés

      DomoSafety, une start-up issue de l’EPFL, a développé des outils d’aide à la décision à destination des professionnels de la santé. Ces outils intègrent des objets connectés installés à domicile, et permettent de suivre au plus près la santé de l’occupant. En...

      Afrique, Black to the Future
      Afrique, Black to the Future

      Après avoir longtemps été confinée (sans mauvais jeu de mots) à un statut de continent sous-développé, l’Afrique connaît un essor sans précédent, brûlant allègrement les étapes vers la modernité, voire le futurisme. À tel point que le néologisme «afro-futurisme» est...

    • Cahiers spéciaux

      Retrouvez ici nos Cahiers Spéciaux traitant des grandes thématiques relatives à la Romandie
    • Environnement

      L’environnement, un creuset fertile pour la formation

      L’environnement, un creuset fertile pour la formation

      Face aux défis écologiques qui sous tendent notre marche vers l’avenir, les formations en lien avec l’environnement connaissent un essor sans précédent. Ainsi en Suisse, où les cursus se multiplient. S’il est un enjeu qui domine en ce début de siècle, c’est bien la...

      L’acier, matériau durable

      L’acier, matériau durable

      Bien que l'industrie sidérurgique soit responsable d’une consommation très importante de ressources et génère un volume de déchets proportionnel, les pressions exercées pour la rendre plus durable sont considérables. En tant que matériau de construction, l'acier offre...

      30e prix solaire suisse

      30e prix solaire suisse

      L'événement s’est déroulé le 20 octobre dernier au Kultur & Kongresshaus à Aarau. Les lauréats sont les installations solaires et bâtiments les plus efficaces sur le plan énergétique ainsi que les personnalités et institutions les plus engagées dans le solaire....

      Canton de Vaud

      Pascal Broulis: “l’État doit être un catalyseur de projets”

      Pascal Broulis: “l’État doit être un catalyseur de projets”

      Cathédrale de Lausanne, Château St-Maire, Vaudoise Arena, Vortex, Maison de l’Environnement, MCBA ou encore Plateforme 10, autant de noms évocateurs de chantiers et de réalisations d’envergure entrepris depuis 2017 dans le canton avec l’Etat de Vaud comme point commun...

      Vaud+, la marque territoriale qui rayonne

      Vaud+, la marque territoriale qui rayonne

      Le branding territorial n’est pas vraiment une nouveauté et ce n’est pas les cantons du Valais ou des Grisons qui diront le contraire. Et comme les Vaudoises et les Vaudois ont du talent, il fallait le dire haut et fort, il fallait le faire...

    • Akon and the City

      Akon and the City

      En réaction au « village global » que notre planète devient un peu plus chaque jour, on assiste...

Publicités

Suerie Moon est Codirectrice du Centre de santé globale à l’Institut de hautes études internationales et du développement (l’HEID), elle est également experte des pandémies. Nous avons sollicité son point de vue sur des questions entourant la réponse mondiale en termes de gestion de crise.

Face au virus qui met à rude épreuve pouvoirs et capacités institutionnels, Suerie Moon relève l’importance de renforcer les systèmes de santé. Sans pour autant attirer la controverse, elle déclare que « les sociétés les plus industrialisées ont eu un réveil brutal », car la pandémie a surtout mis en évidence des faiblesses aux pays riches, par exemple, aux États-Unis, l’un des exemples flagrants. Outre les soins, et un réseau hospitalier adapté aux besoins de la société, il faudrait un système de santé apte à surveiller et à analyser des données provenant du pays entier, tout en mobilisant des équipes pour effectuer le traçage des contacts. À ce titre, ce sont les clés de la santé publique classiques dont de nombreux pays en Occident ont manifestement permis de tomber en ruine, n’ayant que très peu de connaissances en termes de gestion d’épidémies de maladies infectieuses.

Compétition extrême
En contrepartie, des sommes astronomiques sont désignées à l’échelle mondiale afin de trouver un vaccin. Le Centre de santé global, pour sa part, atteste d’une belle coopération internationale entre chercheurs, des dizaines de milliers d’articles ont été publiés notamment au sujet du SARS-CoV-2. La directrice se réjouit de la mobilisation rapide et sans précédent pour partager leurs conclusions. Néanmoins, en ce qui concerne le développement d’un vaccin, Suerie Moon déplore un manque d’échanges et de collaboration. Elle regrette une dynamique de compétition extrême, une véritable course entre états et institutions peu propice à l’avancement de la science remettant en cause la fiabilité du futur vaccin. « Personne n’a besoin de rappeler au monde que nous sommes dans une situation exceptionnelle. Il s’agit d’une urgence. Nous devons donc sortir des sentiers battus, » estime-t-elle, dans l’espoir d’une association plus étroite avec le secteur privé.

Maîtriser la maladie d’abord,

retourner à la vie normale ensuite

Entre échec et réussite
Vis-à-vis de la collaboration entre gouvernements, l’une des plus grandes préoccupations de la communauté scientifique concerne la menace des États-Unis de se retirer de l’OMS, et l’éventuel impact négatif sur le partage d’informations essentielles à la santé et la sécurité globale. Prenant pour illustration un nouvel agent pathogène détecté auprès des patients quelque part dans le monde. La région concernée en informe l’OMS qui s’occupe de s’échanger en retour avec tous les états-membres. En cas de retrait, l’Amérique n’aurait plus sa place au sein du groupe de communication. Suerie résume la situation ainsi : « La première puissance mondiale n’aura plus accès à des informations critiques pour la santé publique et, inversement, ne sera plus soumise à la règle d’en tenir informé la communauté internationale ».

Gestion de crise
Entre l’Est et l’Ouest, démocraties et pays autocrates, qui, parmi eux, aurait mieux réussi en matière de gestion de crise ? Pour l’heure, aucun élément ne permet de valider ou non l’efficacité des mesures prises. Certaines démocraties ont échoué, comme le Brésil, tandis que la Chine, (malgré un début difficile), la Nouvelle-Zélande et le Vietnam, font partie des pays ayant bien géré la pandémie. De son côté, Suerie Moon préfère attendre des preuves avant de partager son analyse définitive. « J’ai entendu un certain nombre de théories intéressantes, mais je ne saurais pas encore définir les facteurs déterminants tant que la pandémie n’aura pas dit son dernier mot. » Ce qui l’intéresse, c’est plutôt la distinction entre les sociétés qui privilégient la pensée individualiste et celles qui adhèrent à l’approche collective. « Prenons la Corée du Sud, le gouvernement a très bien contrôlé l’épidémie, et bien que le pays soit une démocratie, son peuple accepte de partager ses données personnelles plus facilement que les Européens. »

Par ailleurs, en attendant d’être en mesure de répondre à la question, Suerie Moon a l’intime conviction que les pays qui ont mal géré la crise sont ceux qui ont dévalorisé la science. Elle est sans équivoque, qualifiant d’absurde un gouvernement qui pèse la santé publique contre l’économie : « C’est tout simplement faux de choisir entre les deux. Les pays qui se portent bien, prioritisent la gestion de la pandémie. Ce n’est qu’après qu’ils seront en mesure de rouvrir l’économie. » Par ces propos nous comprenons que c’est une politique de santé publique, basée sur la science et les preuves, qui engendre des réponses efficaces pour appréhender le virus. « Maîtriser la maladie d’abord, retourner à la vie normale ensuite, » précise l’experte.