• Interview

      Dossiers Publics interroge celles et ceux qui font bouger la Suisse: les actrices et acteurs issus du monde politique ainsi que des secteurs privés et publics
    • Career Women’s Forum, Les femmes sur le devant de la scène

      Career Women’s Forum, Les femmes sur le devant de la scène

      Œuvrer à l’égalité entre les sexes via une association de femmes professionnelles qui se réunissent, échangent et s’entraident ? C’est le postulat de base du Career Women’s Forum, qui fête ses 40 ans en 2022. Rencontre avec sa présidente, Véronique Riondel Angebault...

      Nils Soguel : Au cœur de l’action publique
      Nils Soguel : Au cœur de l’action publique

      Le directeur de l'Institut de hautes études en administration publique (IDHEAP) revient pour Dossiers Publics sur l'historique et le rôle de la haute école située sur le campus de l'Université de Lausanne, à l'occasion de son 40e anniversaire. D.P. : Cher professeur,...

      Olga Darazs : ingénieuse par nature
      Olga Darazs : ingénieuse par nature

      Présidente du conseil d'administration du Groupe CSD INGÉNIEURS depuis 2011, l'hydrogéologue Olga Darazs revient, dans cet entretien, sur les moments marquants de ce groupe qui a su évoluer en apportant des solutions aux principaux défis environnementaux. Plus grande...

    • VS : enjeux environnementaux expliqués aux élèves

      VS : enjeux environnementaux expliqués aux élèves

      Le Musée de la nature du Valais et la Haute École pédagogique du Valais présentent l’exposition itinérante Objectif Terre aux établissements du secondaire post-obligatoire. Cette expo permet de mieux comprendre les enjeux liés aux choix relatifs à l’avenir de la...

    • JU : archives de journaux locaux numérisés

      JU : archives de journaux locaux numérisés

      La Bibliothèque cantonale jurassienne en collaboration avec la Bibliothèque nationale suisse met à disposition librement en ligne toutes les éditions des journaux L’Ajoie et Le Franc-Montagnard de leur création jusqu’à nos jours. Les archives des deux titres sont...

    • Suisse : effets indésirables du vaccin

      Suisse : effets indésirables du vaccin

      Au total, 12 334 déclarations d’effets indésirables de vaccins contre le COVID-19 ont été évaluées en Suisse par Swissmedic à la date du 8 février 2022. Quelque 67,7 % des déclaration portaient sur le vaccin Moderna (63 % des doses administrées en Suisse) et...

    • De la RTS au canton de Genève

      De la RTS au canton de Genève

      Cheffe de la rubrique politique de la RTS, Esther Mamarbachi va désormais travailler pour le compte du canton de Genève. La journaliste et présentatrice a été nommée secrétaire générale adjointe du Département genevois de l'économie et de l'emploi dirigé par la...

    • OFROU: une nouvelle responsable pour les autoroutes romandes

      OFROU: une nouvelle responsable pour les autoroutes romandes

      Dès août 2022, Valentina Kumpusch, 48 ans, sera la nouvelle vice-directrice de l’Office fédéral des routes (OFROU) et cheffe de la division Infrastructure routière en remplacement de Pascal Mertenat, démissionnaire pour des raisons de santé. Elle assumera la...

    • VD: du service pénitentiaire au commandement de la police

      VD: du service pénitentiaire au commandement de la police

      Cheffe du Service pénitentiaire (SPEN) depuis un peu plus de 10 ans, Sylvie Bula a été nommée commandante de la Police cantonale vaudoise par le Conseil d'État. Elle va entrer en fonction en juillet prochain à l'occasion du départ à la retraite de l'ancien juge...

    • GE: nouveau Secrétaire général du département des infrastructures

      GE: nouveau Secrétaire général du département des infrastructures

      Secrétaire général du département des infrastructures (DI) depuis 18 ans, Philippe Matthey, va quitter l’État en juillet prochain pour une rente-pont AVS. Le Conseil d'État a désigné M. Guy Schrenzel pour lui succéder. Secrétaire général adjoint au DI depuis 2017, il...

    • Virginie Masserey, de Berne à Lausanne

      Virginie Masserey, de Berne à Lausanne

      Avec Patrick Mathys, elle a été le visage de l’OFSP durant la crise du COVID-19. Médecin et infectiologue, Virginie Masserey, 57 ans, responsable de la section Contrôle de l’infection et programme de vaccination, va quitter l’Office fédéral de la santé publique (OFSP)...

    • Cahiers spéciaux

      Retrouvez ici nos Cahiers Spéciaux traitant des grandes thématiques relatives à la Romandie
    • Environnement

      9e Forum mondial de l’eau

      9e Forum mondial de l’eau

      Organisée conjointement par le Conseil mondial de l’eau et le Gouvernement sénégalais, la 9e édition du Forum mondial de l’eau se tient à Dakar du 21 au 26 mars 2022 avec pour thème « la sécurité de l’eau pour la paix et le développement ». En l’absence d’un...

      Canton de Vaud

      Pascal Broulis: « l’État doit être un catalyseur de projets »

      Pascal Broulis: « l’État doit être un catalyseur de projets »

      Cathédrale de Lausanne, Château St-Maire, Vaudoise Arena, Vortex, Maison de l’Environnement, MCBA ou encore Plateforme 10, autant de noms évocateurs de chantiers et de réalisations d’envergure entrepris depuis 2017 dans le canton avec l’Etat de Vaud comme point commun...

      Vaud+, la marque territoriale qui rayonne

      Vaud+, la marque territoriale qui rayonne

      Le branding territorial n’est pas vraiment une nouveauté et ce n’est pas les cantons du Valais ou des Grisons qui diront le contraire. Et comme les Vaudoises et les Vaudois ont du talent, il fallait le dire haut et fort, il fallait le faire...

  • Kits média

Publicités

Suerie Moon est Codirectrice du Centre de santé globale à l’Institut de hautes études internationales et du développement (l’HEID), elle est également experte des pandémies. Nous avons sollicité son point de vue sur des questions entourant la réponse mondiale en termes de gestion de crise.

Face au virus qui met à rude épreuve pouvoirs et capacités institutionnels, Suerie Moon relève l’importance de renforcer les systèmes de santé. Sans pour autant attirer la controverse, elle déclare que « les sociétés les plus industrialisées ont eu un réveil brutal », car la pandémie a surtout mis en évidence des faiblesses aux pays riches, par exemple, aux États-Unis, l’un des exemples flagrants. Outre les soins, et un réseau hospitalier adapté aux besoins de la société, il faudrait un système de santé apte à surveiller et à analyser des données provenant du pays entier, tout en mobilisant des équipes pour effectuer le traçage des contacts. À ce titre, ce sont les clés de la santé publique classiques dont de nombreux pays en Occident ont manifestement permis de tomber en ruine, n’ayant que très peu de connaissances en termes de gestion d’épidémies de maladies infectieuses.

Compétition extrême
En contrepartie, des sommes astronomiques sont désignées à l’échelle mondiale afin de trouver un vaccin. Le Centre de santé global, pour sa part, atteste d’une belle coopération internationale entre chercheurs, des dizaines de milliers d’articles ont été publiés notamment au sujet du SARS-CoV-2. La directrice se réjouit de la mobilisation rapide et sans précédent pour partager leurs conclusions. Néanmoins, en ce qui concerne le développement d’un vaccin, Suerie Moon déplore un manque d’échanges et de collaboration. Elle regrette une dynamique de compétition extrême, une véritable course entre états et institutions peu propice à l’avancement de la science remettant en cause la fiabilité du futur vaccin. « Personne n’a besoin de rappeler au monde que nous sommes dans une situation exceptionnelle. Il s’agit d’une urgence. Nous devons donc sortir des sentiers battus, » estime-t-elle, dans l’espoir d’une association plus étroite avec le secteur privé.

Maîtriser la maladie d’abord,

retourner à la vie normale ensuite

Entre échec et réussite
Vis-à-vis de la collaboration entre gouvernements, l’une des plus grandes préoccupations de la communauté scientifique concerne la menace des États-Unis de se retirer de l’OMS, et l’éventuel impact négatif sur le partage d’informations essentielles à la santé et la sécurité globale. Prenant pour illustration un nouvel agent pathogène détecté auprès des patients quelque part dans le monde. La région concernée en informe l’OMS qui s’occupe de s’échanger en retour avec tous les états-membres. En cas de retrait, l’Amérique n’aurait plus sa place au sein du groupe de communication. Suerie résume la situation ainsi : « La première puissance mondiale n’aura plus accès à des informations critiques pour la santé publique et, inversement, ne sera plus soumise à la règle d’en tenir informé la communauté internationale ».

Gestion de crise
Entre l’Est et l’Ouest, démocraties et pays autocrates, qui, parmi eux, aurait mieux réussi en matière de gestion de crise ? Pour l’heure, aucun élément ne permet de valider ou non l’efficacité des mesures prises. Certaines démocraties ont échoué, comme le Brésil, tandis que la Chine, (malgré un début difficile), la Nouvelle-Zélande et le Vietnam, font partie des pays ayant bien géré la pandémie. De son côté, Suerie Moon préfère attendre des preuves avant de partager son analyse définitive. « J’ai entendu un certain nombre de théories intéressantes, mais je ne saurais pas encore définir les facteurs déterminants tant que la pandémie n’aura pas dit son dernier mot. » Ce qui l’intéresse, c’est plutôt la distinction entre les sociétés qui privilégient la pensée individualiste et celles qui adhèrent à l’approche collective. « Prenons la Corée du Sud, le gouvernement a très bien contrôlé l’épidémie, et bien que le pays soit une démocratie, son peuple accepte de partager ses données personnelles plus facilement que les Européens. »

Par ailleurs, en attendant d’être en mesure de répondre à la question, Suerie Moon a l’intime conviction que les pays qui ont mal géré la crise sont ceux qui ont dévalorisé la science. Elle est sans équivoque, qualifiant d’absurde un gouvernement qui pèse la santé publique contre l’économie : « C’est tout simplement faux de choisir entre les deux. Les pays qui se portent bien, prioritisent la gestion de la pandémie. Ce n’est qu’après qu’ils seront en mesure de rouvrir l’économie. » Par ces propos nous comprenons que c’est une politique de santé publique, basée sur la science et les preuves, qui engendre des réponses efficaces pour appréhender le virus. « Maîtriser la maladie d’abord, retourner à la vie normale ensuite, » précise l’experte.