• Interview

      Dossiers Publics interroge celles et ceux qui font bouger la Suisse: les actrices et acteurs issus du monde politique ainsi que des secteurs privés et publics
    • Simone Wyss Fedele fait rayonner les PME suisses à l’étranger

      Simone Wyss Fedele fait rayonner les PME suisses à l’étranger

      Qui dit entreprises suisses pense Nestlé, Novartis, Glencore et autres titans que le monde entier nous envie. Mais comme l’arbre de Noël qui cache la forêt des lutins œuvrant dans l’ombre, ces géants de la Bourse ne doivent pas faire oublier que la Suisse regorge de...

      Garde suisse: un corps d’élite dans les coulisses du Vatican
      Garde suisse: un corps d’élite dans les coulisses du Vatican

      Hallebardier ayant servi sous le pape François, Guillaume Vergain se confie à Dossiers Publics et raconte ses années au sein de la Garde suisse pontificale, ce corps aussi légendaire que mystérieux. Comment devient-on garde suisse ? Quels sont les critères de...

      EGEN, un pressing à succès
      EGEN, un pressing à succès

      À 21 ans, Serhat Açig a lancé sa première start-up dans un milieu peu prisé des jeunes: le pressing à sec. Pourtant, EGEN, qui signifie « propre à soi » en romanche, emploie la technique de l’aquanettoyage ou le « wet cleaning » à 100%, un traitement numérique et...

    • JU: les soins aigus au cœur de Delémont

      JU: les soins aigus au cœur de Delémont

      Modulable, fonctionnel et accessible, c’est ainsi que Jacques Gygax, directeur de l’Hôpital du Jura, décrit l’établissement dédié aux soins aigus qu’il souhaite voir construire au cœur de Delémont, sur un terrain de 12'000 m2, propriété de la municipalité. Futur jalon...

    • VD: une maturité onéreuse

      VD: une maturité onéreuse

      L’harmonisation des pratiques a un coût, et le canton de Vaud pourrait bien en faire les frais dans le cadre de la nouvelle Ordonnance fédérale sur la reconnaissance des certificats de maturité gymnasiale, visant à harmoniser les disparités cantonales quant au cursus...

    • GE : moins de fonctionnaires pour Genève  ?

      GE : moins de fonctionnaires pour Genève  ?

      La fonction publique pèse-t-elle trop lourd sur les finances du canton ? C’est en tout cas l’avis émis par la droite genevoise, qui estime que le canton, régulièrement dans le rouge, pourrait bénéficier d’un gel de l’embauche de nouveaux fonctionnaires en cas de...

    • Gilles Stuck reprend les rênes du marché suisse chez Julius Bär

      Gilles Stuck reprend les rênes du marché suisse chez Julius Bär

      À nouvelle stratégie, nouvelle équipe dirigeante. Ainsi en a décidé Julius Bär, qui a choisi d’accompagner l’harmonisation de son approche du marché suisse par la désignation aux responsabilités de Gilles Stuck, collaborateur de la banque zurichoise depuis 2018 à la...

    • Key Family Partners accueille Emanuele Zanon Di Valgiurata

      Key Family Partners accueille Emanuele Zanon Di Valgiurata

      Connu pour avoir donné le jour à une nouvelle génération de multi-family offices offrant des solutions d’investissement sophistiquées et les plus hauts standards en matière de gouvernance, Key Family Partners agrandit son équipe avec la nomination au rang d’associé...

    • Hans Peter Wyss intègre la commission OPA de la FINMA

      Hans Peter Wyss intègre la commission OPA de la FINMA

      La Commission des offres publiques d’acquisition de la FINMA accueille un nouveau membre en la personne de Hans Peter Wyss, appelé en remplacement de Thomas Rufer, qui abandonnera le siège occupé depuis avril 2007 à la fin de cette année. Déjà vice-président du...

    • Un nouvel aumônier pour la garde pontificale

      Un nouvel aumônier pour la garde pontificale

      La garde pontificale ne saurait assurer son office sans l’encadrement et le soutien spirituels de son aumônier. Une mission d’importance, assurée pendant six ans par le père Thomas Widmer, auquel succède désormais le père Kolumban Reichlin. Né dans le canton de...

    • Événement

      Retrouvez les derniers événements auxquels Dossiers Publics était présent

    • Une aide-soignante engagée

      Une aide-soignante engagée

      Doris Abbyad, aide-soignante aux HUG depuis 1983 (en unité d’attente de placement en EMS) et présidente de l’association Culture & Loisirs (association de personnel hospitalier et de santé sociale), nous livre son vécu de la crise du covid-19. Quelles difficultés...

    • Rentrée des entreprises 2019

      Rentrée des entreprises 2019

      Dossiers Publics était présent à la Rentrée des Entreprises 2019 à l'Arena de Genève, l'événement...

    • Cahiers spéciaux

      Retrouvez ici nos Cahiers Spéciaux traitant des grandes thématiques relatives à la Romandie
    • Environnement

      La protection du climat grâce à des technologies innovantes

      La protection du climat grâce à des technologies innovantes

      Le Fonds de technologie cautionne des prêts aux entreprises suisses dont les produits innovants permettent d'obtenir une réduction durable des émissions de gaz à effet de serre. Qu'est-ce que le Fonds de technologie ? Le fonds de technologie est un instrument de la...

      Un catalyseur intelligent pour structures en béton

      Un catalyseur intelligent pour structures en béton

      Un catalyseur intelligent basé sur la nanotechnologie permet d’économiser le coût de la production et de réduire l’empreinte carbone du béton. Développée par l’équipe de Nanogence SA, cette innovation vise à créer des bénéfices concrets en faveur de la durabilité....

      Gamaya, quand les drones volent au secours de l’agriculture

      Gamaya, quand les drones volent au secours de l’agriculture

      Avec sa caméra hyperspectrale miniature, combinée à l’intelligence artificielle et embarquée sur un drone, la start-up Gamaya permet aux agriculteurs d’estimer les besoins de leurs champs avec une précision inédite : un pas de géant pour l’agriculture durable. Dans le...

      Canton de Vaud

      Pascal Broulis: “l’État doit être un catalyseur de projets”

      Pascal Broulis: “l’État doit être un catalyseur de projets”

      Cathédrale de Lausanne, Château St-Maire, Vaudoise Arena, Vortex, Maison de l’Environnement, MCBA ou encore Plateforme 10, autant de noms évocateurs de chantiers et de réalisations d’envergure entrepris depuis 2017 dans le canton avec l’Etat de Vaud comme point commun...

      Vaud+, la marque territoriale qui rayonne

      Vaud+, la marque territoriale qui rayonne

      Le branding territorial n’est pas vraiment une nouveauté et ce n’est pas les cantons du Valais ou des Grisons qui diront le contraire. Et comme les Vaudoises et les Vaudois ont du talent, il fallait le dire haut et fort, il fallait le faire...

  • Kits Média

Publicités

Les politiciens nous l’ont répété à l’envi depuis des années : « On ne peut pas mettre un policier derrière chaque citoyen » ! Ce qui, avouons-le, est plutôt une bonne nouvelle pour les plus paranoïaques d’entre nous…

Garde du corps et directeur de deux entreprise spécialisées dans la protection et la sécurité depuis plus de 20 ans, Gustave Jourdan a fait de sa passion un métier et vit son métier comme une passion. À la tête de Sentinel Protection et Sentinel Security Systems, qui veillent à la protection des personnes et des biens, ce spécialiste chevronné répond à nos questions sur une profession exigeante et en réinvention permanente.

Gustave Jourdan, parlez-nous de l’évolution des métiers de la sécurité ces dernières années, des tendances, en matière de besoins, de demande et d’offre sur le marché. L’évolution est-elle également technologique ?
Les besoins en tant que tels demeurent relativement constants, mais la relation avec les clients est différente, la pression sur les coûts est telle qu’il y a désormais une forme de volatilité dans les partenariats. Néanmoins, je pense que ceci nous a aussi poussés à nous réinventer, à mieux nous former, et nous avons introduit de nouvelles technologies pour répondre au mieux aux attentes de nos clients.

Le secteur est très concurrentiel, avec de nombreux acteurs sur le marché et ce même si, pour le bien de tous, la réglementation est plus contraignante qu’auparavant pour qui souhaite exploiter une entreprise de sécurité. Le secteur de la sécurité ne déroge pas aux règles du marché : de facto, des monopoles, du moins des semi-monopoles, finissent par se créer. L’aspect humain, l’importance de la relation de confiance entre un client et l’entité chargée de sa sécurité, font qu’on a souvent tendance à se tourner vers des entreprises dites « réputées » et à entretenir des relations professionnelles sur le long terme.

Toutefois, de nouveaux besoins se créent également tous les jours, auxquels seules les entreprises sachant se montrer dynamiques peuvent répondre. La technologie est présente depuis très longtemps dans la branche mais il est vrai que les choses se sont accélérées ces dernières années. Elles nous permettent d’améliorer de manière significative nos prestations et l’efficacité des mesures de protection mises en place.

Nous nous plaçons principalement dans une perspective dissuasive, a contrario de la police qui, elle, est davantage orientée sur une vision «répressive».

Est-ce un métier attractif pour les jeunes?
Attractif, pas encore. Je dirais qu’il ne l’est pas suffisamment, et pas de la meilleure des manières. Il est souvent considéré par les jeunes comme une phase transitoire ou un simple tremplin vers d’autres horizons professionnels. Ils l’exercent à titre provisoire durant leurs études ou avant d’intégrer la police, l’armée…

C’est un peu le revers de la médaille du système suisse, car notre pays accuse un retard indéniable sur les pays européens, où le secteur offre bien souvent un véritable cursus allant du CFC au BAC + 5, avec de vrais débouchés.

La plus-value d’une société de sécurité privée par rapport à la police ?
Nous nous plaçons principalement dans une perspective dissuasive, a contrario de la police qui, elle, est davantage orientée sur une vision « répressive ». In fine, nous sommes très complémentaires et le serons de manière croissante à l’avenir. Cela implique un coût, certes, mais c’est un investissement judicieux, car il correspond à de réels besoins (analyse de risque, services sur mesure, etc.). Au-delà de la tranquillité acquise, la protection est aussi imposée par la législation, et par les assurances qui exigent parfois le recours à une société de surveillance, ainsi que la mise en place de moyens techniques et structurels spécifiques.

Avez-vous noté un changement en matière d’insécurité depuis la fermeture des postes de douane? Une recrudescence des bandes venues de l’étranger?
Il faudrait poser la question aux services de police, qui sont plus à même de répondre, mais si la libre circulation a facilité tous les échanges légaux, elle a aussi profité à ceux qui le sont moins… Dans une Europe qui se paupérise, notre réputation de pays riche est sans doute un facteur plus déterminant que la suppression des postes-frontières pour ce qui a trait à la criminalité venue de l’étranger.

Comment voyez-vous les métiers de la sécurité dans 10 ans?
La technologie aura certainement un rôle toujours croissant, notamment en raison de la démocratisation de l’IA (intelligence artificielle), peut-être encore davantage de délégation de « pouvoir » de l’État vers le secteur privé, et, je l’espère, une vraie filière de formation aux métiers de la sécurité. Quoi qu’il en soit, le besoin en matière de sécurité privée sera toujours présent, et devrait conduire à une évolution des prestations proposées. Se montrer réactifs, voire anticiper les besoins de nos clients, est clairement une nécessité pour pouvoir perdurer dans un secteur toujours plus concurrentiel, comme on le disait.