• Interview

      Dossiers Publics interroge celles et ceux qui font bouger la Suisse: les actrices et acteurs issus du monde politique ainsi que des secteurs privés et publics
    • Simone Wyss Fedele fait rayonner les PME suisses à l’étranger

      Simone Wyss Fedele fait rayonner les PME suisses à l’étranger

      Qui dit entreprises suisses pense Nestlé, Novartis, Glencore et autres titans que le monde entier nous envie. Mais comme l’arbre de Noël qui cache la forêt des lutins œuvrant dans l’ombre, ces géants de la Bourse ne doivent pas faire oublier que la Suisse regorge de...

      Entreprises de sécurité : le côté privé de la Force
      Entreprises de sécurité : le côté privé de la Force

      Les politiciens nous l’ont répété à l’envi depuis des années : « On ne peut pas mettre un policier derrière chaque citoyen » ! Ce qui, avouons-le, est plutôt une bonne nouvelle pour les plus paranoïaques d’entre nous… Garde du corps et directeur de deux entreprise...

      EGEN, un pressing à succès
      EGEN, un pressing à succès

      À 21 ans, Serhat Açig a lancé sa première start-up dans un milieu peu prisé des jeunes: le pressing à sec. Pourtant, EGEN, qui signifie « propre à soi » en romanche, emploie la technique de l’aquanettoyage ou le « wet cleaning » à 100%, un traitement numérique et...

    • JU: les soins aigus au cœur de Delémont

      JU: les soins aigus au cœur de Delémont

      Modulable, fonctionnel et accessible, c’est ainsi que Jacques Gygax, directeur de l’Hôpital du Jura, décrit l’établissement dédié aux soins aigus qu’il souhaite voir construire au cœur de Delémont, sur un terrain de 12'000 m2, propriété de la municipalité. Futur jalon...

    • VD: une maturité onéreuse

      VD: une maturité onéreuse

      L’harmonisation des pratiques a un coût, et le canton de Vaud pourrait bien en faire les frais dans le cadre de la nouvelle Ordonnance fédérale sur la reconnaissance des certificats de maturité gymnasiale, visant à harmoniser les disparités cantonales quant au cursus...

    • GE : moins de fonctionnaires pour Genève  ?

      GE : moins de fonctionnaires pour Genève  ?

      La fonction publique pèse-t-elle trop lourd sur les finances du canton ? C’est en tout cas l’avis émis par la droite genevoise, qui estime que le canton, régulièrement dans le rouge, pourrait bénéficier d’un gel de l’embauche de nouveaux fonctionnaires en cas de...

    • Gilles Stuck reprend les rênes du marché suisse chez Julius Bär

      Gilles Stuck reprend les rênes du marché suisse chez Julius Bär

      À nouvelle stratégie, nouvelle équipe dirigeante. Ainsi en a décidé Julius Bär, qui a choisi d’accompagner l’harmonisation de son approche du marché suisse par la désignation aux responsabilités de Gilles Stuck, collaborateur de la banque zurichoise depuis 2018 à la...

    • Key Family Partners accueille Emanuele Zanon Di Valgiurata

      Key Family Partners accueille Emanuele Zanon Di Valgiurata

      Connu pour avoir donné le jour à une nouvelle génération de multi-family offices offrant des solutions d’investissement sophistiquées et les plus hauts standards en matière de gouvernance, Key Family Partners agrandit son équipe avec la nomination au rang d’associé...

    • Hans Peter Wyss intègre la commission OPA de la FINMA

      Hans Peter Wyss intègre la commission OPA de la FINMA

      La Commission des offres publiques d’acquisition de la FINMA accueille un nouveau membre en la personne de Hans Peter Wyss, appelé en remplacement de Thomas Rufer, qui abandonnera le siège occupé depuis avril 2007 à la fin de cette année. Déjà vice-président du...

    • Un nouvel aumônier pour la garde pontificale

      Un nouvel aumônier pour la garde pontificale

      La garde pontificale ne saurait assurer son office sans l’encadrement et le soutien spirituels de son aumônier. Une mission d’importance, assurée pendant six ans par le père Thomas Widmer, auquel succède désormais le père Kolumban Reichlin. Né dans le canton de...

    • Événement

      Retrouvez les derniers événements auxquels Dossiers Publics était présent

    • Une aide-soignante engagée

      Une aide-soignante engagée

      Doris Abbyad, aide-soignante aux HUG depuis 1983 (en unité d’attente de placement en EMS) et présidente de l’association Culture & Loisirs (association de personnel hospitalier et de santé sociale), nous livre son vécu de la crise du covid-19. Quelles difficultés...

    • Rentrée des entreprises 2019

      Rentrée des entreprises 2019

      Dossiers Publics était présent à la Rentrée des Entreprises 2019 à l'Arena de Genève, l'événement...

  • Kits média

Publicités

Hallebardier ayant servi sous le pape François, Guillaume Vergain se confie à Dossiers Publics et raconte ses années au sein de la Garde suisse pontificale, ce corps aussi légendaire que mystérieux.

Comment devient-on garde suisse ? Quels sont les critères de sélection, les compétences requises ?
Guillaume Vergain : La vocation à devenir garde suisse naît différemment selon chacun. Pour ma part, c’était un rêve d’enfant que j’ai eu la chance de réaliser à l’âge de 20 ans. Il existe un certain nombre de critères assez exigeants pour faire partie de la Garde suisse pontificale. Le premier est d’avoir la nationalité suisse. Puis il faut être catholique pratiquant, de sexe masculin, âgé de 19 à 30 ans lors du recrutement, célibataire, mesurer au minimum 1,74m et jouir d’une excellente santé ainsi que d’une réputation irréprochable. Le candidat doit avoir terminé une formation professionnelle ou posséder une maturité. Finalement, il doit avoir effectué son école de recrues dans l’armée suisse.

La formation se déroule en deux phases et dure deux mois. La première partie s’effectue à la place d’armes d’Isone au Tessin. Les recrues sont formées sur les aspects techniques du service, les instructions sont données par la police tessinoise. La deuxième partie se passe au Vatican où il s’agit d’apprendre toute la théorie nécessaire pour le service. Il y a également des cours intensifs d’italien. C’est alors que les recrues sont instruites aux aspects formels de la Garde suisse. Ils apprennent à marcher au pas et à saluer avec la hallebarde. Mais au-delà des aspects techniques, c’est surtout une école de vie qui enseigne le souci du détail et de la perfection. L’autodiscipline qui m’a été enseignée au Vatican m’est très utile aujourd’hui.

Quelles sont les missions du garde suisse au Vatican ? Combien de temps dure le déploiement ?
La première mission est de veiller sur la résidence du Saint-Père. Avant tout, les gardes suisses sont les gardiens des entrées du Vatican. L’une des missions est d’accompagner le Saint-Père lors de ses voyages apostoliques, comme à Genève en 2018. La Garde suisse pontificale veille également à la sécurité des cardinaux lors de la vacance du siège apostolique. Cela signifie qu’ils sont responsables de leur sécurité lors du conclave. Les gardes sont appelés à effectuer du service d’ordre et d’honneur. Le service d’ordre consiste à assurer la sécurité du Saint-Père lors des audiences et des célébrations liturgiques. Le service d’honneur est représenté par les sentinelles qui restent immobiles aux entrées du Vatican ou lors des célébrations. Enfin, les gardes suisses rendent les honneurs militaires aux différents chefs d’États et de gouvernements qui viennent en audience auprès du pape François. L’engagement d’un garde suisse est effectué pour une durée minimum de 26 mois.

Quelle est la proportion de Romands à la Garde suisse ?
Les quatre langues nationales sont représentées proportionnellement à la population suisse. Il y a donc environ une trentaine de Romands.

Quels ont été vos moments forts lors de vos années au Vatican ?
J’ai servi pendant trois ans le Saint-Père. L’un des moments les plus marquants a été le pèlerinage militaire international à Lourdes. J’ai eu l’honneur de porter le drapeau du Vatican lors de la messe avec les forces armées italiennes dans la grotte de Lourdes.