• Interview

      Dossiers Publics interroge celles et ceux qui font bouger la Suisse: les actrices et acteurs issus du monde politique ainsi que des secteurs privés et publics
    • Simone Wyss Fedele fait rayonner les PME suisses à l’étranger

      Simone Wyss Fedele fait rayonner les PME suisses à l’étranger

      Qui dit entreprises suisses pense Nestlé, Novartis, Glencore et autres titans que le monde entier nous envie. Mais comme l’arbre de Noël qui cache la forêt des lutins œuvrant dans l’ombre, ces géants de la Bourse ne doivent pas faire oublier que la Suisse regorge de...

      Garde suisse: un corps d’élite dans les coulisses du Vatican
      Garde suisse: un corps d’élite dans les coulisses du Vatican

      Hallebardier ayant servi sous le pape François, Guillaume Vergain se confie à Dossiers Publics et raconte ses années au sein de la Garde suisse pontificale, ce corps aussi légendaire que mystérieux. Comment devient-on garde suisse ? Quels sont les critères de...

      Entreprises de sécurité : le côté privé de la Force
      Entreprises de sécurité : le côté privé de la Force

      Les politiciens nous l’ont répété à l’envi depuis des années : « On ne peut pas mettre un policier derrière chaque citoyen » ! Ce qui, avouons-le, est plutôt une bonne nouvelle pour les plus paranoïaques d’entre nous… Garde du corps et directeur de deux entreprise...

    • JU: les soins aigus au cœur de Delémont

      JU: les soins aigus au cœur de Delémont

      Modulable, fonctionnel et accessible, c’est ainsi que Jacques Gygax, directeur de l’Hôpital du Jura, décrit l’établissement dédié aux soins aigus qu’il souhaite voir construire au cœur de Delémont, sur un terrain de 12'000 m2, propriété de la municipalité. Futur jalon...

    • VD: une maturité onéreuse

      VD: une maturité onéreuse

      L’harmonisation des pratiques a un coût, et le canton de Vaud pourrait bien en faire les frais dans le cadre de la nouvelle Ordonnance fédérale sur la reconnaissance des certificats de maturité gymnasiale, visant à harmoniser les disparités cantonales quant au cursus...

    • GE : moins de fonctionnaires pour Genève  ?

      GE : moins de fonctionnaires pour Genève  ?

      La fonction publique pèse-t-elle trop lourd sur les finances du canton ? C’est en tout cas l’avis émis par la droite genevoise, qui estime que le canton, régulièrement dans le rouge, pourrait bénéficier d’un gel de l’embauche de nouveaux fonctionnaires en cas de...

    • Gilles Stuck reprend les rênes du marché suisse chez Julius Bär

      Gilles Stuck reprend les rênes du marché suisse chez Julius Bär

      À nouvelle stratégie, nouvelle équipe dirigeante. Ainsi en a décidé Julius Bär, qui a choisi d’accompagner l’harmonisation de son approche du marché suisse par la désignation aux responsabilités de Gilles Stuck, collaborateur de la banque zurichoise depuis 2018 à la...

    • Key Family Partners accueille Emanuele Zanon Di Valgiurata

      Key Family Partners accueille Emanuele Zanon Di Valgiurata

      Connu pour avoir donné le jour à une nouvelle génération de multi-family offices offrant des solutions d’investissement sophistiquées et les plus hauts standards en matière de gouvernance, Key Family Partners agrandit son équipe avec la nomination au rang d’associé...

    • Hans Peter Wyss intègre la commission OPA de la FINMA

      Hans Peter Wyss intègre la commission OPA de la FINMA

      La Commission des offres publiques d’acquisition de la FINMA accueille un nouveau membre en la personne de Hans Peter Wyss, appelé en remplacement de Thomas Rufer, qui abandonnera le siège occupé depuis avril 2007 à la fin de cette année. Déjà vice-président du...

    • Un nouvel aumônier pour la garde pontificale

      Un nouvel aumônier pour la garde pontificale

      La garde pontificale ne saurait assurer son office sans l’encadrement et le soutien spirituels de son aumônier. Une mission d’importance, assurée pendant six ans par le père Thomas Widmer, auquel succède désormais le père Kolumban Reichlin. Né dans le canton de...

    • Événement

      Retrouvez les derniers événements auxquels Dossiers Publics était présent

    • Une aide-soignante engagée

      Une aide-soignante engagée

      Doris Abbyad, aide-soignante aux HUG depuis 1983 (en unité d’attente de placement en EMS) et présidente de l’association Culture & Loisirs (association de personnel hospitalier et de santé sociale), nous livre son vécu de la crise du covid-19. Quelles difficultés...

    • Rentrée des entreprises 2019

      Rentrée des entreprises 2019

      Dossiers Publics était présent à la Rentrée des Entreprises 2019 à l'Arena de Genève, l'événement...

  • Kits média

Publicités

Agnès Petit, l’étoile montante de la scène de la construction brille par son approche innovatrice. Elle a créé Mobbot, une start-up qui a pour ambition de développer et commercialiser des systèmes d’impression 3D de structures de béton, une technologie unique en son genre. L’ère de la pierre est révolue.

Parmi de nombreux pôles d’innovation en matière de construction, Mobbot se distingue. Cette jeune pousse fribourgeoise a été fondée en 2018 par Agnès Petit, lorsqu’elle développe une imprimante 3D qui permet d’imprimer toute sorte d’éléments de béton beaucoup plus rapidement que la concurrence. La technologie de fabrication additive brevetée par Mobbot repose sur l’utilisation du béton projeté dirigé par un robot industriel et contrôlé de façon automatisée en temps réel. Le système permet de fabriquer des éléments d’une tonne de béton en 10 minutes, d’économiser des frais de construction et de réduire le délai de livraison d’éléments taillés sur mesure, le tout avec 30% d’émissions de CO2 en moins, par rapport aux méthodes traditionnelles. De plus, le petit robot mobile est capable d’imprimer les structures en béton, en préfabrication, ou directement sur un chantier. En tenant compte du contexte digital, cette innovation incontournable séduit d’autant par sa flexibilité que par son efficience, et ouvre la voie à une amélioration au sens large du secteur de la construction du bâtiment.

L’idée de créer Mobbot a germé pendant qu’Agnès Petit travaillait dans le monde de l’industrie, notamment chez le géant cimentier Holcim et chez Creabeton Matériaux. Selon elle, il était temps d’entrer dans le monde numérique et de réaliser des impressions 3D en béton : « Les coffrages en bois traditionnels, trop rigides, ne permettent pas de créer des formes particulières rapidement et à moindre coûts. Quant à la fabrication de coffrage imprimés en 3D, elle demande beaucoup de matière première et génèrent autant de déchets. »
Lauréate du prix Isabelle Musy
À peine lancée dans son projet de start-up, Agnès Petit a remporté le Prix Isabelle Musy 2018 de l’EPFL – sous la forme de 50 000 francs – qui récompense une femme entrepreneur active dans le domaine des sciences et des technologies. Désignée gagnante parmi une dizaine de finalistes, elle a su convaincre les membres du jury avec son idée de rendre accessible la fabrication numérique et l’impression 3D en béton pour les sociétés de construction, dans le but notamment de raccourcir la durée des chantiers et de limiter les nuisances y associées. Pour ce faire, un robot mobile, facile à transporter, serait programmé pour construire l’ouvrage en béton sur place, selon les mesures exactes du terrain. Agnès Petit poursuit : « Habituellement vous avez un architecte qui fournit des plans sur papier à l’entreprise de construction qui, elle, dessine des plans 2D avant de s’atteler à la fabrication du coffrage. Cela demande du temps, des ressources, avec l’inconvénient de devoir encore adapter le coffrage sur le terrain. Ma vision consiste à éliminer toutes ces étapes pour passer directement au béton, sans dessins, sans coffrages. »

Forte de sa reconnaissance, Agnès Petit est sur la bonne voie, car l’étoile montante de la scène de la pierre, vient d’annoncer la mise en place d’une collaboration d’importance avec Matériaux Sabag, la société jurassienne active dans la fabrication et le commerce de matériaux de construction. À l’heure actuelle, les deux entreprises unissent leurs forces pour entreprendre la production de structures imprimées en 3D par projection de béton dans des ateliers flambant neufs à Delémont, ainsi Matériaux Sabag devient le premier partenaire à déployer le système MOBBOT en Suisse. Grâce à cette association, la technologie proposée par Mobbot révèle pleinement tout son potentiel. Conçu pour produire des pièces de grandes dimensions, en un temps record, avec la possibilité de modifier un projet jusqu’à la dernière minute, il est parfaitement compatible avec les standards en vigueur. Sans utilisation de coffrages, les structures en béton armé fabriquées par le robot mobile s’intègrent avec aisance dans l’écosystème de la construction existant.

« Il faut sans cesse en savoir plus que les hommes, je devais être une véritable encyclopédie car on ne pardonne rien aux femmes dans ce milieu »


Choix judicieux
Avec sa capacité d’adaptation et sa rapidité inégalées sur le marché actuel, Mobbot peut s’avérer être un choix judicieux pour le fabricant d’éléments en béton au bénéfice d’une expérience reconnue dans ce domaine très pointu. Matériaux Sabag se positionne en véritable précurseur en introduisant la production digitale d’éléments en béton dans sa nouvelle usine. D’après Cédric Theubet, Chef d’exploitation, « Nous serons ainsi en mesure de répondre à des demandes express et offrir à nos clients une grande flexibilité, répondant aux impératifs des chantiers. » Doté d’un grand réseau de partenaires bien établi dans le secteur des infrastructures et un savoir-faire unique, la plus-value pour leurs clients, apportée par la technologie Mobbot, réside notamment dans son bilan carbone, jusqu’à 30% en moins, en privilégiant d’une part la préfabrication sur mesure et d’autre part l’utilisation de matière première issue d’une exploitation locale. Un projet novateur, Mobbot fait le lien entre maquette numérique et le monde réel de la construction et fournit une solution technologique qui permet une production durable car l’impact CO2 est drastiquement réduit.

Aucun doute. Agnès Petit a créé un projet en béton, au sens propre comme au sens figuré. L’avenir de l’entreprise fribourgeoise semble assuré. Audacieuse, sa fondatrice a voulu changer et révolutionner un secteur, il faut le dire, peu féminin. Résultat, elle a tout simplement brisé « le plafond de verre ». Lors d’une interview dans le journal, Le Temps, elle a confié : «   Il faut sans cesse en savoir plus que les hommes, je devais être une véritable encyclopédie car on ne pardonne rien aux femmes dans ce milieu. » Cette passionnée d’aviation – elle dispose d’un brevet de pilote – et d’astronomie, a obtenu un doctorat en Cosmochimie à l’EPFZ, et a toujours mené carrière dans les milieux typiquement masculins. Toutefois, l’ingénieure avoue que cette voie est risquée et que l’échec est tout à fait possible, mais cela ne lui fait pas peur. Bien évidemment. Du fait de son expérience solide du terrain et de sa passion pour le monde planétaire, le parcours atypique de l’entrepreneuse nous rappelle la fameuse citation : « Visez toujours la lune, car même si vous la manquez, vous atterrirez parmi les étoiles. »