• Interview

      Dossiers Publics interroge celles et ceux qui font bouger la Suisse: les actrices et acteurs issus du monde politique ainsi que des secteurs privés et publics
    • Jean-Dominique Michel: apprendre à mieux mettre à profit l’intelligence collective

      Jean-Dominique Michel: apprendre à mieux mettre à profit l’intelligence collective

      Le Genevois Jean-Dominique Michel a beaucoup fait parler de lui tout au long de la crise sanitaire, notamment dans les médias français. L’anthropologue de la santé vient de publier un essai intitulé: covid: anatomie d’une crise sanitaire, aux éditions HumenSciences. Le « Raoult suisse » s’est confié à Dossiers Publics.

      Afrique: une force sous-estimée
      Afrique: une force sous-estimée

      Investir dans les pays émergents... Ne nous mentons pas : quand on évoque cette option, forcément, même chez les mieux intentionnés parmi nous, une kyrielle d'idées reçues, de craintes plus ou moins fondées se retrouvent inexorablement sous les projecteurs. Rencontre...

      Le CHUV au cœur d’une pandémie
      Le CHUV au cœur d’une pandémie

      Alors que la communauté scientifique se lance dans une course contre-la-montre pour trouver un vaccin, et que le peuple suisse sort de son semi-confinement, le CHUV se dit prêt à affronter le prochain pic. Du jour au lendemain, le nouveau coronavirus (SARS-CoV-2) a...

    • (VS) SEULEMENT 5 % DE BILINGUES

      (VS) SEULEMENT 5 % DE BILINGUES

      Le Valais a beau être l’un des trois cantons officiellement bilingues du pays, seul un valaisan sur vingt parle la seconde langue officielle. C’est ce que révèle le numéro de juillet du bulletin d’information de l’office cantonal de statistique et de péréquation....

    • (NE) UN BUS POUR RELIER LES BRENETS A LA PLACE DU TRAIN

      (NE) UN BUS POUR RELIER LES BRENETS A LA PLACE DU TRAIN

      Le petit train régional reliant Les Brenets au Locle fera bientôt partie de l’histoire. Inauguré en 1890, le chemin de fer à voie étroite arrivait en bout de course. Grâce à un accord entre la Confédération et le canton, un bus électrique circulant en site propre le...

    • (VS) NAISSANCE DE LOUVETAUX DANS LE BAS-VALAIS

      (VS) NAISSANCE DE LOUVETAUX DANS LE BAS-VALAIS

      Le service valaisan de la chasse a communiqué le 31 juillet la naissance de quatre louvetaux. C’est la deuxième année de suite que cela se produit dans la région. Les animaux ont été observés grâce à des pièges photographiques sur les hauteurs de Vionnaz et Vouvry,...

    • LILI, UN ADJUDANT QUI MIAULE À L’ARMÉE

      LILI, UN ADJUDANT QUI MIAULE À L’ARMÉE

      Mascotte du centre de recrutement de Sumiswald (BE), la chatte Lili est passée du grade d’adjudant sous-officier à celui d'adjudant EM. Elle a obtenu cette promotion pour «son service infaillible en soutien moral à la troupe». Bien qu’habitant une ferme voisine, le...

    • PROFESSEUR DE LA HES-SO VALAIS PRIMÉ

      PROFESSEUR DE LA HES-SO VALAIS PRIMÉ

      Professeur à la Haute école d’ingénierie, Manuele Margni a remporté le Prix du Gala Meritas du meilleur enseignant en développement durable à Polytechnique Montréal. Le concours a été présidé par les associations étudiantes de Polytechnique. Manuel Margni est...

    • UNE NOUVELLE DIRECTRICE AUX TRANSPORTS LAUSANNOIS

      UNE NOUVELLE DIRECTRICE AUX TRANSPORTS LAUSANNOIS

      Patricia Solioz Mathys (44 ans) a été nommée en juin directrice des Transports publics de la région lausannoise (tl). Elle entrera en fonction à partir du 1er décembre 2020, en remplacement de Michel Joye, qui a fait valoir son droit à la retraite. Avant ce poste,...

    • DARIUS ROCHEBIN: LE PRÉSENTATEUR VEDETTE DES ROMANDS PART EN FRANCE

      DARIUS ROCHEBIN: LE PRÉSENTATEUR VEDETTE DES ROMANDS PART EN FRANCE

      Une page se tourne dans le paysage audiovisuel romand. Darius Rochebin, le journaliste phare de la Suisse romande et présentateur du 19:30 depuis 1998 a quitté la RTS pour rejoindre la chaîne de télévision française d'information en continu LCI, qui appartient au...

    • Événement

      Retrouvez les derniers événements auxquels Dossiers Publics était présent

    • Une aide-soignante engagée

      Une aide-soignante engagée

      Doris Abbyad, aide-soignante aux HUG depuis 1983 (en unité d’attente de placement en EMS) et présidente de l’association Culture & Loisirs (association de personnel hospitalier et de santé sociale), nous livre son vécu de la crise du covid-19. Quelles difficultés...

    • Rentrée des entreprises 2019

      Rentrée des entreprises 2019

      Dossiers Publics était présent à la Rentrée des Entreprises 2019 à l'Arena de Genève, l'événement...

    • Articles

      Vous trouverez ici tous les articles de Dossiers Publics par catégorie
    • CONCOURS DE PONTS 2020

      CONCOURS DE PONTS 2020

      « Sortir des sentiers battus avec le bois» Ces dernières années, le développement durable est devenu l’une des préoccupations premières de la société. Le bois, en tant que biomasse renouvelable, est la seule matière première qui absorbe durablement le CO2. La...

      Une oasis aux portes de Lausanne
      Une oasis aux portes de Lausanne

      Entre le cadre agréable, la responsabilité environnementale et l’efficience économique, Oassis est un nouveau bijou immobilier qui voit le jour dans la région de l'ouest lausannois. Lausanne et sa région sont actuellement propulsées par une vague de constructions sans...

      Le salon RH 2020 «goes digital»
      Le salon RH 2020 «goes digital»

      Le covid-19 n'empêchera pas l'édition 2020 du salon RH mais le transformera en Salon Digital. C'est inédit, le salon qui devait déjà comporter un volet digital, se déroulera entièrement en ligne. Entretien avec son directeur, Achim Frerker. Le Salon RH aura lieu...

      Crise du covid-19 : la culture en danger ?
      Crise du covid-19 : la culture en danger ?

      Le secteur de la culture fait partie de ceux qui ont été le plus durement touchés par la crise sanitaire. Bilan sur l’impact social, économique et sur les perspectives à venir. Une économie à l’arrêt pendant près de deux mois. Pas de théâtres, pas de cinémas, des...

    • Cahiers spéciaux

      Retrouvez ici nos Cahiers Spéciaux traitant des grandes thématiques relatives à la Romandie
    • Canton de Vaud

      Pascal Broulis: “l’État doit être un catalyseur de projets”

      Pascal Broulis: “l’État doit être un catalyseur de projets”

      Cathédrale de Lausanne, Château St-Maire, Vaudoise Arena, Vortex, Maison de l’Environnement, MCBA ou encore Plateforme 10, autant de noms évocateurs de chantiers et de réalisations d’envergure entrepris depuis 2017 dans le canton avec l’Etat de...

      Vaud+, la marque territoriale qui rayonne

      Vaud+, la marque territoriale qui rayonne

      Le branding territorial n’est pas vraiment une nouveauté et ce n’est pas les cantons du Valais ou des Grisons qui diront le contraire. Et comme les Vaudoises et les Vaudois ont du talent, il fallait le dire haut et fort, il fallait le faire...

      Smart City

      Smart parking: quand se garer devient un plaisir

      Smart parking: quand se garer devient un plaisir

      Tous les lieux de stationnement sont différents. Et parfois cette différence affichée est pour son utilisateur source de stress. Désormais, grâce à l’information instantanée, trouver une place pour son véhicule devient (presque) un jeu d’enfant Tout d’abord, il y a...

      L’entrepreneur qui voulait transformer nos modes de vie

      L’entrepreneur qui voulait transformer nos modes de vie

      Né à Lausanne à l’ère du numérique, Christophe Haldi fait partie de la génération Y. À 30 ans, il est aujourd’hui CEO et fondateur de la société eeproperty, spécialiste de systèmes de gestion intelligents La liste des 30 under 30  du prestigieux magazine américain...

      Le SOC: la botte secrète de l’État de Vaud contre les cyberpirates

      Le SOC: la botte secrète de l’État de Vaud contre les cyberpirates

      Créée en 2015, cette unité de cinq personnes agit comme un poste de pilotage qui offre une vue consolidée et permet de mieux répondre aux cyber-attaques Perturbations, manipulations, sabotages et autres attaques ciblées par l’intermédiaire de réseaux électroniques...

Publicités

Les spécialistes avaient annoncé que la pandémie allait causer une hécatombe en Afrique. Mais aujourd’hui, le continent qui représente 17 % de la population mondiale ne compte que 2 % des personnes mortes du coronavirus.

Quand les premiers cas de coronavirus ont commencé à atteindre le continent africain, beaucoup ont prédit une situation catastrophique avec des structures hospitalières peu et mal équipées, dépassées et incapables de répondre aux besoins des patients qui affluent en masse.

Des experts ainsi que les instances onusiennes ont alors appelé l’Afrique à «se préparer au pire». L’OMS avait estimé entre 83 000 et 190 000 décès et entre 29 et 44 millions de personnes infectées. Dans la foulée, l’organisation mondiale a ainsi publié en mars un rapport avec des prévisions alarmantes. «Il y aurait 3,6 à 5,5 millions d’hospitalisations dues au covid-19, dont 82 000 à 167 000 de cas graves nécessitant l’administration d’oxygène, et 52 000 à 107 000 de cas critiques requérant une assistance respiratoire, estimait le rapport. Un nombre aussi important de patients hospitalisés mettrait à rude épreuve les capacités sanitaires des pays. Une enquête sur les services de santé, entreprise en mars 2020 sur la base des déclarations faites par 47 pays africains, a révélé qu’il y avait en moyenne neuf lits d’unité de soins intensifs par million d’habitants.»

Quatre mois plus tard, un constat s’impose: ce continent, qui représente 17 % de la population mondiale, ne compte que 2 % des morts du coronavirus. «Jusqu’à présent, le nombre de cas signalés est plus faible que ce que l’on craignait», a admis Antonio Guterres, le secrétaire général de l’ONU.

Pour expliquer cette résistance de l’Afrique au coronavirus, plusieurs pistes sont avancées. La principale est la jeunesse de sa population ainsi que son habitude à devoir faire face à des épidémies. «Il y a des facteurs sociaux et environnementaux qui ralentissent la transmission. Et une population plus jeune ayant bénéficié du contrôle des maladies transmissibles telles que le VIH et la tuberculose qui la rend moins vulnérable», analyse le Dr Socé Fall, sous-directeur général de l’OMS, chargé des interventions dans les situations d’urgence.

Des efforts importants ont également été consentis pour multiplier les tests. «Au départ, il n’y avait que deux pays qui pouvaient détecter la maladie: l’Afrique du Sud et le Sénégal. Aujourd’hui, pratiquement tous les pays sont en mesure d’effectuer des tests et ça c’est important», a ajouté le Dr Socé Fall de l’OMS. Du nord au sud du continent, beaucoup de pays ont appliqué des mesures de confinement pour limiter les contacts entre les individus et éviter les manifestations populaires. Ce qui a freiné potentiellement la vitesse de propagation du virus.

Au 9 août, selon le Centre pour la prévention et le contrôle des maladies de l’Union africaine, le continent comptait 22.491 décès confirmés et 705.016 guérisons pour 1.022.084 cas enregistrés. L’Afrique du Sud est le pays le plus touché avec 553 188 cas déclarés et 10 210 morts. Ce pays est suivi par l’Egypte qui compte 95 314 cas confirmés dont 4 992 morts.

Mais au début du mois de juin, quand la barre des 200 000 contaminations a été atteinte, l’OMS a lancé un nouveau cri d’alarme. «La vitesse à laquelle le nombre de cas confirmés de covid-19 a doublé en moins de 20 jours montre l’accélération de la propagation du nouveau coronavirus sur le continent. “Il a fallu 98 jours pour atteindre la barre des 100.000 cas et seulement 18 seulement pour franchir celle des 200.000. Même si les cas enregistrés en Afrique représentent moins de 3% du total mondial, il est clair que la pandémie s’accélère», a souligné la Dresse Matshidiso Moeti, directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique.

Autre particularité de la pandémie sur sol africain, elle reste concentrée dans les principales villes notamment dans les capitales, même si de plus en plus de cas apparaissent dans les provinces. L’Afrique se signale également par la concentration des infections. «Dix des 54 pays d’Afrique” recensent 80% des cas, et l’Afrique du Sud à elle seule 25% d’entre eux. Autre fait remarquable, 70% des décès sont enregistrés dans seulement cinq pays: Afrique du Sud, Algérie, Nigeria, Égypte et Soudan.

S’il est possible que certains cas asymptomatiques ou légers passent sous les radars, l’OMS ne pense pas qu’un nombre important de cas graves ou de décès ne soient pas comptabilisés en Afrique. La relative jeunesse de la population africaine comparée à celles d’autres continents, et l’expérience acquise dans la gestion d’autres épidémies ont été citées parmi les raisons expliquant le taux de décès en Afrique, inférieur à celui d’autres continents.

«Avant que nous ayons accès à un vaccin efficace, je crains que nous devions vivre avec une hausse constante dans la région, avec des foyers à gérer dans de nombreux pays, comme c’est le cas actuellement en Afrique du Sud, en Algérie, et au Cameroun, qui nécessitent de très fortes mesures de santé publique», a encore ajouté la Dresse Matshidiso Moeti.