• Interview

      Dossiers Publics interroge celles et ceux qui font bouger la Suisse: les actrices et acteurs issus du monde politique ainsi que des secteurs privés et publics
    • Simone Wyss Fedele fait rayonner les PME suisses à l’étranger

      Simone Wyss Fedele fait rayonner les PME suisses à l’étranger

      Qui dit entreprises suisses pense Nestlé, Novartis, Glencore et autres titans que le monde entier nous envie. Mais comme l’arbre de Noël qui cache la forêt des lutins œuvrant dans l’ombre, ces géants de la Bourse ne doivent pas faire oublier que la Suisse regorge de...

      Garde suisse: un corps d’élite dans les coulisses du Vatican
      Garde suisse: un corps d’élite dans les coulisses du Vatican

      Hallebardier ayant servi sous le pape François, Guillaume Vergain se confie à Dossiers Publics et raconte ses années au sein de la Garde suisse pontificale, ce corps aussi légendaire que mystérieux. Comment devient-on garde suisse ? Quels sont les critères de...

      Entreprises de sécurité : le côté privé de la Force
      Entreprises de sécurité : le côté privé de la Force

      Les politiciens nous l’ont répété à l’envi depuis des années : « On ne peut pas mettre un policier derrière chaque citoyen » ! Ce qui, avouons-le, est plutôt une bonne nouvelle pour les plus paranoïaques d’entre nous… Garde du corps et directeur de deux entreprise...

    • JU: les soins aigus au cœur de Delémont

      JU: les soins aigus au cœur de Delémont

      Modulable, fonctionnel et accessible, c’est ainsi que Jacques Gygax, directeur de l’Hôpital du Jura, décrit l’établissement dédié aux soins aigus qu’il souhaite voir construire au cœur de Delémont, sur un terrain de 12'000 m2, propriété de la municipalité. Futur jalon...

    • VD: une maturité onéreuse

      VD: une maturité onéreuse

      L’harmonisation des pratiques a un coût, et le canton de Vaud pourrait bien en faire les frais dans le cadre de la nouvelle Ordonnance fédérale sur la reconnaissance des certificats de maturité gymnasiale, visant à harmoniser les disparités cantonales quant au cursus...

    • GE : moins de fonctionnaires pour Genève  ?

      GE : moins de fonctionnaires pour Genève  ?

      La fonction publique pèse-t-elle trop lourd sur les finances du canton ? C’est en tout cas l’avis émis par la droite genevoise, qui estime que le canton, régulièrement dans le rouge, pourrait bénéficier d’un gel de l’embauche de nouveaux fonctionnaires en cas de...

    • Gilles Stuck reprend les rênes du marché suisse chez Julius Bär

      Gilles Stuck reprend les rênes du marché suisse chez Julius Bär

      À nouvelle stratégie, nouvelle équipe dirigeante. Ainsi en a décidé Julius Bär, qui a choisi d’accompagner l’harmonisation de son approche du marché suisse par la désignation aux responsabilités de Gilles Stuck, collaborateur de la banque zurichoise depuis 2018 à la...

    • Key Family Partners accueille Emanuele Zanon Di Valgiurata

      Key Family Partners accueille Emanuele Zanon Di Valgiurata

      Connu pour avoir donné le jour à une nouvelle génération de multi-family offices offrant des solutions d’investissement sophistiquées et les plus hauts standards en matière de gouvernance, Key Family Partners agrandit son équipe avec la nomination au rang d’associé...

    • Hans Peter Wyss intègre la commission OPA de la FINMA

      Hans Peter Wyss intègre la commission OPA de la FINMA

      La Commission des offres publiques d’acquisition de la FINMA accueille un nouveau membre en la personne de Hans Peter Wyss, appelé en remplacement de Thomas Rufer, qui abandonnera le siège occupé depuis avril 2007 à la fin de cette année. Déjà vice-président du...

    • Un nouvel aumônier pour la garde pontificale

      Un nouvel aumônier pour la garde pontificale

      La garde pontificale ne saurait assurer son office sans l’encadrement et le soutien spirituels de son aumônier. Une mission d’importance, assurée pendant six ans par le père Thomas Widmer, auquel succède désormais le père Kolumban Reichlin. Né dans le canton de...

    • Événement

      Retrouvez les derniers événements auxquels Dossiers Publics était présent

    • Une aide-soignante engagée

      Une aide-soignante engagée

      Doris Abbyad, aide-soignante aux HUG depuis 1983 (en unité d’attente de placement en EMS) et présidente de l’association Culture & Loisirs (association de personnel hospitalier et de santé sociale), nous livre son vécu de la crise du covid-19. Quelles difficultés...

    • Rentrée des entreprises 2019

      Rentrée des entreprises 2019

      Dossiers Publics était présent à la Rentrée des Entreprises 2019 à l'Arena de Genève, l'événement...

    • Cahiers spéciaux

      Retrouvez ici nos Cahiers Spéciaux traitant des grandes thématiques relatives à la Romandie
    • Environnement

      La protection du climat grâce à des technologies innovantes

      La protection du climat grâce à des technologies innovantes

      Le Fonds de technologie cautionne des prêts aux entreprises suisses dont les produits innovants permettent d'obtenir une réduction durable des émissions de gaz à effet de serre. Qu'est-ce que le Fonds de technologie ? Le fonds de technologie est un instrument de la...

      Un catalyseur intelligent pour structures en béton

      Un catalyseur intelligent pour structures en béton

      Un catalyseur intelligent basé sur la nanotechnologie permet d’économiser le coût de la production et de réduire l’empreinte carbone du béton. Développée par l’équipe de Nanogence SA, cette innovation vise à créer des bénéfices concrets en faveur de la durabilité....

      Gamaya, quand les drones volent au secours de l’agriculture

      Gamaya, quand les drones volent au secours de l’agriculture

      Avec sa caméra hyperspectrale miniature, combinée à l’intelligence artificielle et embarquée sur un drone, la start-up Gamaya permet aux agriculteurs d’estimer les besoins de leurs champs avec une précision inédite : un pas de géant pour l’agriculture durable. Dans le...

      Canton de Vaud

      Pascal Broulis: “l’État doit être un catalyseur de projets”

      Pascal Broulis: “l’État doit être un catalyseur de projets”

      Cathédrale de Lausanne, Château St-Maire, Vaudoise Arena, Vortex, Maison de l’Environnement, MCBA ou encore Plateforme 10, autant de noms évocateurs de chantiers et de réalisations d’envergure entrepris depuis 2017 dans le canton avec l’Etat de Vaud comme point commun...

      Vaud+, la marque territoriale qui rayonne

      Vaud+, la marque territoriale qui rayonne

      Le branding territorial n’est pas vraiment une nouveauté et ce n’est pas les cantons du Valais ou des Grisons qui diront le contraire. Et comme les Vaudoises et les Vaudois ont du talent, il fallait le dire haut et fort, il fallait le faire...

  • Kits Média

Publicités

Alors que la communauté scientifique se lance dans une course contre-la-montre pour trouver un vaccin, et que le peuple suisse sort de son semi-confinement, le CHUV se dit prêt à affronter le prochain pic.

Du jour au lendemain, le nouveau coronavirus (SARS-CoV-2) a bouleversé notre vie. Pendant douze semaines le monde s’est refermé comme une huître. Frontières barrées, avions cloués au sol, manifestations sportives annulées. À l’heure actuelle, le gros de la vague est derrière nous. Le nombre de nouveaux cas covid-19 et de patients hospitalisés continue à baisser et, pour reprendre le fameux slogan de notre Conseiller Fédéral, Alain Berset, nous sortons de notre semi-confinement « aussi vite que possible et aussi lentement que nécessaire. »

Le pic maximal de la pandémie atteint, les questions d’économie, de politique, de culture, et surtout les modalités pour bien relancer la société, reprennent le dessus. Désormais citoyens et citoyennes suivent soigneusement les nouvelles mesures de sécurité, et adoptent systématiquement les gestes barrières, notamment lavage méticuleux des mains, distanciation sociale, et port de masque. Cependant, la prochaine crise sanitaire reste prévisible. Les armes pour lutter contre un virus émergeant mais invisible, qui nous ramène à notre faiblesse devant un danger imminent, se multiplient. Désormais, l’OFSP mise sur une application de traçage du covid-19, tandis que la communauté scientifique s’engage dans une course contre-la-montre pour trouver un vaccin. Étroitement associé à la Faculté de Biologie et Médecine de l’Université de Lausanne (UNIL), le Centre Hospitalier Universitaire Vaudois (CHUV) joue un rôle de pointe d’envergure européenne dans les domaines des soins médicaux, et de la recherche. Depuis le début de l’année, le Prof. Philippe Eckert, directeur général, se retrouve au cœur de la pandémie.

Philippe Eckert, vous êtes responsable d’une institution médicale pendant une période de crise inédite. Avez-vous le sentiment, en quelque sorte, de devoir sauver le monde  ?
Philippe Eckert : Notre responsabilité est de prendre toutes les mesures, y compris dans la recherche, pour prévenir la maladie, la traiter quand elle survient, soigner les patients et les guérir si possible. Mais malgré toutes les technologies actuelles, nous ne pouvons pas sauver tout le monde. Certains patients ont été gravement atteints, certains sont morts et d’autres présenteront encore des séquelles longtemps après leur sortie de l’hôpital. La pandémie a montré que la médecine a des limites et ce n’est pas une mauvaise chose. Je suis fier de voir que nos équipes continuent à travailler, notamment au développement de tests sérologiques. Cela fait partie de nos tâches.

«Nous faisons tout pour prévenir ce deuxième pic, grâce à des mesures de protection adaptées au sein de l’hôpital et aussi en participant à la détection précoce des cas»

Prof. Philippe Eckert

La crise du coronavirus a mis les hôpitaux, hautement exposés, à rude épreuve. Comment avez-vous soutenu votre équipe afin d’éviter un scénario catastrophe comme celui vécu chez nos voisins Italiens  ?
Nous avons pu observer et analyser la situation italienne, justement, et avons eu le temps de nous organiser en conséquence. Nous avons pu adapter le nombre de lits, les équipes autour des patients et préparer celles venues en soutien de tout le système hospitalier. Nous avons toujours eu un coup d’avance. À l’interne, la circulation de l’information et la communication avec l’ensemble des équipes a été un axe très important de la gestion de la crise. J’ajoute que ce sont les décisions politiques, prises au bon moment, qui ont permis d’atténuer la vague.

La prochaine pandémie est prévisible. Comment le CHUV appréhende-t-il ce défi  ?
Nous faisons tout pour prévenir ce deuxième pic, grâce à des mesures de protection adaptées au sein de l’hôpital et aussi en participant à la détection précoce des cas. Mais le CHUV est prêt. Nous avons des plans pour réagir très rapidement et remobiliser les collaborateurs pour s’occuper de ces patients. Nous avons déjà des zones équipées, des lits réservés et du matériel en suffisance. Si le deuxième pic s’avère important, nous devrons à nouveau reporter les activités qui peuvent l’être, afin de nous assurer la disponibilité des ressources et des forces nécessaires.

Qu’espérez-vous de positif pour la suite de cette situation si particulière ?
Avant tout, maintenir l’état d’esprit et la cohésion qui ont animé l’hôpital durant cette période. Les valeurs de solidarité et d’entraide ont pris une dimension nouvelle, qui, je l’espère, restera présente. A la faveur de cette crise, un certain nombre de procédures ont aussi gagné en simplicité et en efficacité. Enfin, la situation nous a également poussés à imaginer et utiliser de nouveaux outils, notamment en télémédecine. Nous en garderons le meilleur.

Professeur Philippe Eckert

Directeur général du CHUV
Également à la tête de la Direction médicale, Philippe Eckert assure encore le rôle de chef du Service des soins intensifs en attendant l’entrée de son successeur à ce poste.

Après une formation en médecine interne à Lausanne, il rencontre au CHUV des figures marquantes de la médecine intensive romande, dont Marie-Denise Schaller, René Chioléro et Claude Perret. En 1998, Philippe Eckert rejoint l’hôpital de Sion pour réaliser l’agrandissement des soins intensifs. En 2004, il est désigné président de la Société suisse de médecine intensive et, en 2006, directeur médical du Centre hospitalier valaisan. Le professeur obtient un MBA en management des institutions de santé à l’Université de Genève. En 2015, le CHUV lui propose de revenir pour prendre la direction des soins intensifs. Il est nommé pour succéder au Pr. Pierre-François Leyvraz à la direction générale du CHUV en 2019 et entre en fonction en janvier 2020.