• L’épargne suisse pas encore assez verte

      L’épargne suisse pas encore assez verte

      La finance durable est à la mode et le Conseil fédéral l’a bien compris, qui a réaffirmé en juin dernier sa volonté de faire de la Suisse l’un des principaux centres mondiaux du secteur. Pour autant, les petits épargnants semblent avoir encore du mal à suivre cette...

    • La Confédération mise sur l’Eurotube

      La Confédération mise sur l’Eurotube

      À l’heure où les questions climatiques et environnementales se font toujours plus prégnantes, l’accès à des solutions de transport durables s’impose comme l’un des grands défis de ces prochaines décennies. La Confédération l’a bien compris, qui a décidé de miser sur...

    • Licenciements en vue chez Implenia

      Licenciements en vue chez Implenia

      Qui dit restructuration dit, le plus souvent, licenciements. Implenia ne fait pas exception à la règle: le groupe compte se séparer de 2000 salariés d’ici 2023. Leader de la construction en Suisse, le groupe prévoit en effet de se réorganiser en profondeur avec,...

    • Élection bicéphale au Parti Socialiste Suisse

      Élection bicéphale au Parti Socialiste Suisse

      Mattea Meyer a été élue le samedi 17 octobre comme co-présidente du Parti socialiste suisse. Âgée de 32 ans, mère d'une fillette de trois ans, elle habite Winterthour et est entrée au Conseil national en 2015, après avoir siégé au Grand Conseil zurichois de 2011 à...

    • Prix environnemental de l’économie

      Prix environnemental de l’économie

      Ce prix prestigieux a été reçu le 17 septembre dernier par l'entreprise Eberhard Unternehmungen de Kloten. Placé pour la première fois sous la présidence de Doris Leuthardt, le jury a du choisir entre trois finalistes. Eberhard Unternehmungen, pionnière de l' urban...

    • Neuchâtel renouvelle sa confiance en Kilian Stoffel

      Neuchâtel renouvelle sa confiance en Kilian Stoffel

      Déjà nommé une première fois à la tête de l’Université de Neuchâtel en 2016, Kilian Stoffel a été reconduit pour un nouveau mandat de quatre ans au poste de recteur de l’institution. Une décision qui fait sens considérant les défis majeurs qu’il a su relever au cours...

    • Fabio Regazzi prend la tête de l’USAM

      Fabio Regazzi prend la tête de l’USAM

      L’Union suisse des arts et métiers (USAM) innove en élisant pour la première fois à sa tête un Tessinois: le conseiller national PDC Fabio Regazzi. Âgé de 57 ans, cet avocat et entrepreneur, qui succède ainsi à Jean-François Rime, se déclare «motivé et prêt à...

    • Livia Leu Agosti : une femme de tête pour négocier avec l’Europe

      Livia Leu Agosti : une femme de tête pour négocier avec l’Europe

      Lier le charme aux compétences pour composer avec Bruxelles? C’est le parti pris par Igniazio Cassis, chef du DFAE, avec l’élection à la tête du Département des affaires européennes de Livia Leu Agosti. Diplomate chevronnée et fine négociatrice, celle qui fut la...

    • Événement

      Retrouvez les derniers événements auxquels Dossiers Publics était présent

    • Une aide-soignante engagée

      Une aide-soignante engagée

      Doris Abbyad, aide-soignante aux HUG depuis 1983 (en unité d’attente de placement en EMS) et présidente de l’association Culture & Loisirs (association de personnel hospitalier et de santé sociale), nous livre son vécu de la crise du covid-19. Quelles difficultés...

    • Rentrée des entreprises 2019

      Rentrée des entreprises 2019

      Dossiers Publics était présent à la Rentrée des Entreprises 2019 à l'Arena de Genève, l'événement...

    • Articles

      Vous trouverez ici tous les articles de Dossiers Publics par catégorie
    • Recyclage du PET: révolution en marche

      Recyclage du PET: révolution en marche

      Un spin-off de l’EPFL sur le campus d’Energypolis à Sion, DePoly a mis au point une méthode de recyclage chimique du PET permettant de résoudre le problème des déchets plastiques qui polluent notre environnement, et cela de manière durable. En 2018, Dr. Samantha...

      La Star du béton en 3D
      La Star du béton en 3D

      Agnès Petit, l’étoile montante de la scène de la construction brille par son approche innovatrice. Elle a créé Mobbot, une start-up qui a pour ambition de développer et commercialiser des systèmes d’impression 3D de structures de béton, une technologie unique en son...

      O’VIVES, où il fait bon vivre
      O’VIVES, où il fait bon vivre

      Les nouveaux quartiers d’habitation, alliant infrastructures de transport, surfaces administratives et commerces sortent de terre à un rythme effréné, tandis que les architectes et ingénieurs affichent leur volonté de contribuer au monde plus durable. Piloté par CFF...

      Le Simplon célèbre ses 100 ans
      Le Simplon célèbre ses 100 ans

      L’année 2020 est l’occasion d’un important jubilé pour la Compagnie Générale de Navigation sur le Léman (CGN). Cette année, l’un des bateaux les plus imposants du lac fête son centenaire. Le fleuron de la flotte belle-époque lémanique aurait pu ne jamais souffler ses...

    • Cahiers spéciaux

      Retrouvez ici nos Cahiers Spéciaux traitant des grandes thématiques relatives à la Romandie
    • Environnement

      L’environnement, un creuset fertile pour la formation

      L’environnement, un creuset fertile pour la formation

      Face aux défis écologiques qui sous tendent notre marche vers l’avenir, les formations en lien avec l’environnement connaissent un essor sans précédent. Ainsi en Suisse, où les cursus se multiplient. S’il est un enjeu qui domine en ce début de siècle, c’est bien la...

      L’acier, matériau durable

      L’acier, matériau durable

      Bien que l'industrie sidérurgique soit responsable d’une consommation très importante de ressources et génère un volume de déchets proportionnel, les pressions exercées pour la rendre plus durable sont considérables. En tant que matériau de construction, l'acier offre...

      Canton de Vaud

      Pascal Broulis: “l’État doit être un catalyseur de projets”

      Pascal Broulis: “l’État doit être un catalyseur de projets”

      Cathédrale de Lausanne, Château St-Maire, Vaudoise Arena, Vortex, Maison de l’Environnement, MCBA ou encore Plateforme 10, autant de noms évocateurs de chantiers et de réalisations d’envergure entrepris depuis 2017 dans le canton avec l’Etat de Vaud comme point commun...

      Vaud+, la marque territoriale qui rayonne

      Vaud+, la marque territoriale qui rayonne

      Le branding territorial n’est pas vraiment une nouveauté et ce n’est pas les cantons du Valais ou des Grisons qui diront le contraire. Et comme les Vaudoises et les Vaudois ont du talent, il fallait le dire haut et fort, il fallait le faire...

    • Akon and the City

      Akon and the City

      En réaction au « village global » que notre planète devient un peu plus chaque jour, on assiste...

Publicités

Michel Joye, directeur des Transports publics de la région lausannoise (tl), dirige depuis 20 ans une entreprise qui compte aujourd’hui plus de 1500 collaborateurs. Il répond à nos questions sur sa gestion de la crise sanitaire et sur les changements à venir.

Comment le rythme des tl (Transports publics lausannois) a-t-il évolué au fil de la crise  ?
Michel Joye : Nous avons adapté notre offre au fil de l’évolution de la situation et des besoins particuliers notamment autour du m2 et de la desserte du CHUV. Au plus fort de la crise, pendant le semi-confinement, le plus grand défi était la protection. La protection de nos collaborateurs et aussi la préservation des équipes clés pour le fonctionnement du m2, par exemple les opérateurs du centre de gestion du trafic. La protection des clients, en particulier sur le m2 qui emmènent les collaborateurs du CHUV sur leur lieu de travail. Nous avons monitoré le trafic, chaque jour, pour chaque rame et pour chaque inter-station, pour assurer au mieux la distance sociale. Cela nous a conduit à mettre par exemple en service des navettes bus en complément entre les stations Ouchy-Olympique, Lausanne-Gare et CHUV.

« Mais après chaque crise, il y a des opportunités »

Michel Joye, directeur des tl

Ensuite, nous avons accompagné le déconfinement par étape en renforçant nos horaires dès le 27 avril et en diffusant une campagne de sensibilisation portant les messages de co-responsabilité et de solidarité des voyageurs pour la protection maximale de toutes et tous. Cette campagne « Responsables ensemble » nous a accompagné dans toutes les phases de l’assouplissement du confinement jusqu’au rétablissement complet de notre réseau de transports publics en juin. C’était très important pour nous d’entretenir le dialogue avec nos clients et de les rassurer dans cette période difficile.

Auriez-vous des chiffres à nous communiquer ?
Après être descendu à 15 % de la fréquentation habituelle pendant la période de semi-confinement, nous étions à la mi-juin autour de 55 %. La tendance de la fréquentation est clairement à la hausse, les clients reprennent confiance. Nous prévoyons une augmentation linéaire pour atteindre 90 % de la fréquentation habituelle à la fin de l’année.

Avec les transports publics limités et non préconisés durant la crise, vers quel type de transport pensez-vous que les Suisses vont se tourner à présent ?

Les fondamentaux n’ont pas changé. La crise climatique demeure un enjeu majeur et le transport public reste l’unique moyen de transports permettant de déplacer de grandes quantités de voyageurs, avec une excellente efficience énergétique et une faible consommation d’espace. J’aime bien rappeler qu’une file de voiture de 500 m représente sur la route l’équivalent d’un bus plein. En quelques mois, nous avons tous changé nos habitudes et pas seulement dans le domaine de la mobilité. Elles vont encore évoluer mais nul ne sait comment aujourd’hui. Pour regagner la confiance des clients, il faudra en revanche faire évoluer la proposition de valeur du transport public. En trois mots plus d’espace dans les véhicules, plus de netteté et plus de considération pour le voyageur individuel dans son déplacement.

A long terme, pensez-vous que l’on puisse revenir au niveau de mobilité en transports en commun précédant la crise ?
C’est certain que la fréquentation devrait être impactée par la pandémie. Cela prendra de longs mois pour retrouver la fréquentation de début mars, peut-être jusqu’en 2021. Il en va de même pour toute l’industrie des services qui est très dépendante des habitudes des gens. Mais après chaque crise il y a des opportunités. La capacité offerte et la qualité du service à l’heure de pointe ont été un sujet sensible. Les nouvelles habitudes de travail pourraient contribuer à amortir cette problématique. Dans cette idée, nous avons d’ailleurs lancé mi-mai un nouveau service, permettant d’identifier le taux d’occupation des véhicules pour accompagner les voyageurs dans la préparation de leur déplacement et éviter les heures de pointe lorsque c’est possible.