• L’épargne suisse pas encore assez verte

      L’épargne suisse pas encore assez verte

      La finance durable est à la mode et le Conseil fédéral l’a bien compris, qui a réaffirmé en juin dernier sa volonté de faire de la Suisse l’un des principaux centres mondiaux du secteur. Pour autant, les petits épargnants semblent avoir encore du mal à suivre cette...

    • La Confédération mise sur l’Eurotube

      La Confédération mise sur l’Eurotube

      À l’heure où les questions climatiques et environnementales se font toujours plus prégnantes, l’accès à des solutions de transport durables s’impose comme l’un des grands défis de ces prochaines décennies. La Confédération l’a bien compris, qui a décidé de miser sur...

    • Licenciements en vue chez Implenia

      Licenciements en vue chez Implenia

      Qui dit restructuration dit, le plus souvent, licenciements. Implenia ne fait pas exception à la règle: le groupe compte se séparer de 2000 salariés d’ici 2023. Leader de la construction en Suisse, le groupe prévoit en effet de se réorganiser en profondeur avec,...

    • Neuchâtel renouvelle sa confiance en Kilian Stoffel

      Neuchâtel renouvelle sa confiance en Kilian Stoffel

      Déjà nommé une première fois à la tête de l’Université de Neuchâtel en 2016, Kilian Stoffel a été reconduit pour un nouveau mandat de quatre ans au poste de recteur de l’institution. Une décision qui fait sens considérant les défis majeurs qu’il a su relever au cours...

    • Fabio Regazzi prend la tête de l’USAM

      Fabio Regazzi prend la tête de l’USAM

      L’Union suisse des arts et métiers (USAM) innove en élisant pour la première fois à sa tête un Tessinois: le conseiller national PDC Fabio Regazzi. Âgé de 57 ans, cet avocat et entrepreneur, qui succède ainsi à Jean-François Rime, se déclare «motivé et prêt à...

    • Livia Leu Agosti : une femme de tête pour négocier avec l’Europe

      Livia Leu Agosti : une femme de tête pour négocier avec l’Europe

      Lier le charme aux compétences pour composer avec Bruxelles? C’est le parti pris par Igniazio Cassis, chef du DFAE, avec l’élection à la tête du Département des affaires européennes de Livia Leu Agosti. Diplomate chevronnée et fine négociatrice, celle qui fut la...

    • Élection bicéphale au Parti Socialiste Suisse

      Élection bicéphale au Parti Socialiste Suisse

      Mattea Meyer a été élue le samedi 17 octobre comme co-présidente du Parti socialiste suisse. Âgée de 32 ans, mère d'une fillette de trois ans, elle habite Winterthour et est entrée au Conseil national en 2015, après avoir siégé au Grand Conseil zurichois de 2011 à...

    • Prix environnemental de l’économie

      Prix environnemental de l’économie

      Ce prix prestigieux a été reçu le 17 septembre dernier par l'entreprise Eberhard Unternehmungen de Kloten. Placé pour la première fois sous la présidence de Doris Leuthardt, le jury a du choisir entre trois finalistes. Eberhard Unternehmungen, pionnière de l' urban...

    • Événement

      Retrouvez les derniers événements auxquels Dossiers Publics était présent

    • Une aide-soignante engagée

      Une aide-soignante engagée

      Doris Abbyad, aide-soignante aux HUG depuis 1983 (en unité d’attente de placement en EMS) et présidente de l’association Culture & Loisirs (association de personnel hospitalier et de santé sociale), nous livre son vécu de la crise du covid-19. Quelles difficultés...

    • Rentrée des entreprises 2019

      Rentrée des entreprises 2019

      Dossiers Publics était présent à la Rentrée des Entreprises 2019 à l'Arena de Genève, l'événement...

    • Articles

      Vous trouverez ici tous les articles de Dossiers Publics par catégorie
    • Recyclage du PET: révolution en marche

      Recyclage du PET: révolution en marche

      Un spin-off de l’EPFL sur le campus d’Energypolis à Sion, DePoly a mis au point une méthode de recyclage chimique du PET permettant de résoudre le problème des déchets plastiques qui polluent notre environnement, et cela de manière durable. En 2018, Dr. Samantha...

      La Star du béton en 3D
      La Star du béton en 3D

      Agnès Petit, l’étoile montante de la scène de la construction brille par son approche innovatrice. Elle a créé Mobbot, une start-up qui a pour ambition de développer et commercialiser des systèmes d’impression 3D de structures de béton, une technologie unique en son...

      O’VIVES, où il fait bon vivre
      O’VIVES, où il fait bon vivre

      Les nouveaux quartiers d’habitation, alliant infrastructures de transport, surfaces administratives et commerces sortent de terre à un rythme effréné, tandis que les architectes et ingénieurs affichent leur volonté de contribuer au monde plus durable. Piloté par CFF...

      Le Simplon célèbre ses 100 ans
      Le Simplon célèbre ses 100 ans

      L’année 2020 est l’occasion d’un important jubilé pour la Compagnie Générale de Navigation sur le Léman (CGN). Cette année, l’un des bateaux les plus imposants du lac fête son centenaire. Le fleuron de la flotte belle-époque lémanique aurait pu ne jamais souffler ses...

    • Cahiers spéciaux

      Retrouvez ici nos Cahiers Spéciaux traitant des grandes thématiques relatives à la Romandie
    • Environnement

      L’environnement, un creuset fertile pour la formation

      L’environnement, un creuset fertile pour la formation

      Face aux défis écologiques qui sous tendent notre marche vers l’avenir, les formations en lien avec l’environnement connaissent un essor sans précédent. Ainsi en Suisse, où les cursus se multiplient. S’il est un enjeu qui domine en ce début de siècle, c’est bien la...

      L’acier, matériau durable

      L’acier, matériau durable

      Bien que l'industrie sidérurgique soit responsable d’une consommation très importante de ressources et génère un volume de déchets proportionnel, les pressions exercées pour la rendre plus durable sont considérables. En tant que matériau de construction, l'acier offre...

      Canton de Vaud

      Pascal Broulis: “l’État doit être un catalyseur de projets”

      Pascal Broulis: “l’État doit être un catalyseur de projets”

      Cathédrale de Lausanne, Château St-Maire, Vaudoise Arena, Vortex, Maison de l’Environnement, MCBA ou encore Plateforme 10, autant de noms évocateurs de chantiers et de réalisations d’envergure entrepris depuis 2017 dans le canton avec l’Etat de Vaud comme point commun...

      Vaud+, la marque territoriale qui rayonne

      Vaud+, la marque territoriale qui rayonne

      Le branding territorial n’est pas vraiment une nouveauté et ce n’est pas les cantons du Valais ou des Grisons qui diront le contraire. Et comme les Vaudoises et les Vaudois ont du talent, il fallait le dire haut et fort, il fallait le faire...

    • Akon and the City

      Akon and the City

      En réaction au « village global » que notre planète devient un peu plus chaque jour, on assiste...

Publicités

Dans le cadre de notre reportage sur la STEP de Vidy, Dossiers Publics s’est entretenu avec le conseiller municipal de la Ville de Lausanne, en charge du dicastère de la sécurité et de l’économie, qui est également en charge de l’eau, de son captage à son traitement, de sa distribution à son épuration. Pour lui, ici aussi, la sécurité est une priorité.

Dossiers Publics: Comment est l’eau «buvable» à Lausanne?

Pierre-Antoine Hildbrand: Elle est bonne, disent ses habitants. Voire très bonne! Mais afin de garantir à sa population une eau d’une qualité optimale, et afin aussi de prévenir la «crise de l’eau», une conséquence de la crise climatique, la ville fait le choix d’investir massivement dans ses infrastructures afin d’assurer l’excellence à sa population, comme aux communes voisines. Soit quelque 350 000 personnes à qui demain la nouvelle STEP de Vidy fournira plus de 31 milliards de litre d’eau sûre à 100 % par année. Une mission de première importance, donc, réalisée depuis une parcelle rendue respectueuse de son environnement et que, demain, les Lausannois pourront enfin se réapproprier. 

Quelle responsabilité incombe à la STEP de Vidy?

Elle est très importante. Depuis cette station d’épuration, la plus grande implantée au bord du Léman, nous gérons l’aboutissement du cycle de l’eau. Nous avons d’abord dû pomper l’eau du lac, la traiter, la distribuer aux Lausannois et aux habitants de 17 communes, puis épurer ces eaux avant leur retour dans le Léman. Ainsi rejetée, cette eau alimente toute la Vallée du Rhône jusqu’à la Méditerranée. Nous sommes un peu le château d’eau de l’Europe!

A Lausanne, l’eau est-elle encore en partie issue des sources de Château-d’Œx?

C’est en effet toujours le cas. Au début du XXe siècle, les touristes britanniques qui se rendaient sur la Riviera vaudoise ne voulaient pas boire d’eau du lac, mais seulement celle tirée de source. Les hôteliers et médecins lausannois, alors en concurrence avec ceux de Montreux, ont demandé que l’on prospecte afin de trouver des sources dans tout le canton. Lausanne a ainsi acheté des sources vers Château-d’Œx. On fait toujours venir de l’eau de là-bas grâce à la pression liée à la différence d’altitude, sans utiliser d’électricité. Il en est de même pour l’eau tirée du lac de Bret. 

La population de l’agglomération lausannoise est-elle satisfaite de la qualité de son eau?

Absolument. Une récente étude démontre que 90 % des personnes interrogées boivent de l’eau du robinet, car elle a bon goût, est économique et écologique. L’eau est d’ailleurs un sujet qui passionne les Lausannois. Il y a une véritable prise de conscience concernant l’avantage qu’il y a à consommer l’eau du robinet, plutôt que de l’eau en bouteille plastique.

En 2018, le Service de l’eau de la Ville de Lausanne a effectué plus de 6 000 prélèvements donnant lieu à quelque 100 000 résultats d’analyse. Que démontrent-ils?

Que le taux de conformité pour l’eau potable est proche de 100 %. Dans le cadre de la nouvelle STEP, nos efforts se portent tout particulièrement sur l’éradication des micropolluants afin de préserver l’environnement et la principale ressource en eau potable, et garantir une qualité optimale aux consommateurs actuels, comme aux générations futures.

Quel est le montant de l’investissement réalisé par la Ville afin de protéger ses ressources en eau et assurer le bien-être des consommateurs et de l’écosystème?

En clair, jamais Lausanne n’a autant investi dans l’eau que durant cette législature : 4,5 millions pour les premières études réalisées autour de la future STEP de Vidy, 350 millions pour sa reconstruction, 82 millions pour l’usine de pompage de Saint-Sulpice dont on refait tout le système, plus les différents investissements nécessaires dans le réseau et le laboratoire. En tout, on est à plus d’un demi-milliard investi dans le domaine de l’eau! Cet investissement nous garantit au quotidien une eau d’une qualité irréprochable, mais aussi un haut niveau de réponse face aux effets de la crise climatique : canicule ou pic de précipitations et inondations. 

Avec quels acteurs de la construction avez-vous choisi de travailler sur le chantier de la STEP?

Nous avons une équipe dédiée au sein d’Epura SA (Ville de Lausanne) qui œuvre à coordonner l’ensemble des travaux. Pour la construction en tant que telle, nous collaborons avec des bureaux d’ingénieurs et des entreprises majoritairement locales. Parmi elles, notamment, GIBES, Groupement d’ingénieurs Civils (Synaxis SA + Crisinel & Favez et Associés) pour le génie civil, le Consortium Suez-Techfina SA pour les traitements primaires et biologiques, le traitement des micropolluants et celui des boues, ou encore Implenia Suisse SA pour le béton armé. Chacune de ces entreprises a été recrutée à l’issue d’appels d’offres selon les règles des marchés publics.

À l’inauguration de la STEP en 2023, pariez-vous sur une réappropriation de ce lieu par les Lausannois?

Je le crois. Vidy est notamment un lieu important pour la faune et la flore. Il possède surtout un rôle social extraordinaire entre la présence du bâtiment du CIO, celle des universités ou de plusieurs espaces de loisirs. Une station d’épuration n’était pas forcément un ornement évident. Mais la STEP va s’adapter. Nous allons par exemple couvrir un certain nombre de bassins afin d’éliminer les nuisances olfactives et de favoriser la vie autour du site. 

Souhaitez-vous également faciliter l’accès au site?

Oui. Dans cette ville qui possède un réseau de transport public en étoile, nous créons une tangente avec la ligne 24 («Ligne olympique») qui relie Pully, les bords du lac, en passant par Vidy et jusqu’à la Bourdonnette. Cette initiative sera de nature à fortement transformer les usages de la Ville.