• Interview

      Dossiers Publics interroge celles et ceux qui font bouger la Suisse: les actrices et acteurs issus du monde politique ainsi que des secteurs privés et publics
    • Simone Wyss Fedele fait rayonner les PME suisses à l’étranger

      Simone Wyss Fedele fait rayonner les PME suisses à l’étranger

      Qui dit entreprises suisses pense Nestlé, Novartis, Glencore et autres titans que le monde entier nous envie. Mais comme l’arbre de Noël qui cache la forêt des lutins œuvrant dans l’ombre, ces géants de la Bourse ne doivent pas faire oublier que la Suisse regorge de...

      Garde suisse: un corps d’élite dans les coulisses du Vatican
      Garde suisse: un corps d’élite dans les coulisses du Vatican

      Hallebardier ayant servi sous le pape François, Guillaume Vergain se confie à Dossiers Publics et raconte ses années au sein de la Garde suisse pontificale, ce corps aussi légendaire que mystérieux. Comment devient-on garde suisse ? Quels sont les critères de...

      Entreprises de sécurité : le côté privé de la Force
      Entreprises de sécurité : le côté privé de la Force

      Les politiciens nous l’ont répété à l’envi depuis des années : « On ne peut pas mettre un policier derrière chaque citoyen » ! Ce qui, avouons-le, est plutôt une bonne nouvelle pour les plus paranoïaques d’entre nous… Garde du corps et directeur de deux entreprise...

    • JU: les soins aigus au cœur de Delémont

      JU: les soins aigus au cœur de Delémont

      Modulable, fonctionnel et accessible, c’est ainsi que Jacques Gygax, directeur de l’Hôpital du Jura, décrit l’établissement dédié aux soins aigus qu’il souhaite voir construire au cœur de Delémont, sur un terrain de 12'000 m2, propriété de la municipalité. Futur jalon...

    • VD: une maturité onéreuse

      VD: une maturité onéreuse

      L’harmonisation des pratiques a un coût, et le canton de Vaud pourrait bien en faire les frais dans le cadre de la nouvelle Ordonnance fédérale sur la reconnaissance des certificats de maturité gymnasiale, visant à harmoniser les disparités cantonales quant au cursus...

    • GE : moins de fonctionnaires pour Genève  ?

      GE : moins de fonctionnaires pour Genève  ?

      La fonction publique pèse-t-elle trop lourd sur les finances du canton ? C’est en tout cas l’avis émis par la droite genevoise, qui estime que le canton, régulièrement dans le rouge, pourrait bénéficier d’un gel de l’embauche de nouveaux fonctionnaires en cas de...

    • Gilles Stuck reprend les rênes du marché suisse chez Julius Bär

      Gilles Stuck reprend les rênes du marché suisse chez Julius Bär

      À nouvelle stratégie, nouvelle équipe dirigeante. Ainsi en a décidé Julius Bär, qui a choisi d’accompagner l’harmonisation de son approche du marché suisse par la désignation aux responsabilités de Gilles Stuck, collaborateur de la banque zurichoise depuis 2018 à la...

    • Key Family Partners accueille Emanuele Zanon Di Valgiurata

      Key Family Partners accueille Emanuele Zanon Di Valgiurata

      Connu pour avoir donné le jour à une nouvelle génération de multi-family offices offrant des solutions d’investissement sophistiquées et les plus hauts standards en matière de gouvernance, Key Family Partners agrandit son équipe avec la nomination au rang d’associé...

    • Hans Peter Wyss intègre la commission OPA de la FINMA

      Hans Peter Wyss intègre la commission OPA de la FINMA

      La Commission des offres publiques d’acquisition de la FINMA accueille un nouveau membre en la personne de Hans Peter Wyss, appelé en remplacement de Thomas Rufer, qui abandonnera le siège occupé depuis avril 2007 à la fin de cette année. Déjà vice-président du...

    • Un nouvel aumônier pour la garde pontificale

      Un nouvel aumônier pour la garde pontificale

      La garde pontificale ne saurait assurer son office sans l’encadrement et le soutien spirituels de son aumônier. Une mission d’importance, assurée pendant six ans par le père Thomas Widmer, auquel succède désormais le père Kolumban Reichlin. Né dans le canton de...

    • Événement

      Retrouvez les derniers événements auxquels Dossiers Publics était présent

    • Une aide-soignante engagée

      Une aide-soignante engagée

      Doris Abbyad, aide-soignante aux HUG depuis 1983 (en unité d’attente de placement en EMS) et présidente de l’association Culture & Loisirs (association de personnel hospitalier et de santé sociale), nous livre son vécu de la crise du covid-19. Quelles difficultés...

    • Rentrée des entreprises 2019

      Rentrée des entreprises 2019

      Dossiers Publics était présent à la Rentrée des Entreprises 2019 à l'Arena de Genève, l'événement...

    • Cahiers spéciaux

      Retrouvez ici nos Cahiers Spéciaux traitant des grandes thématiques relatives à la Romandie
    • Environnement

      La protection du climat grâce à des technologies innovantes

      La protection du climat grâce à des technologies innovantes

      Le Fonds de technologie cautionne des prêts aux entreprises suisses dont les produits innovants permettent d'obtenir une réduction durable des émissions de gaz à effet de serre. Qu'est-ce que le Fonds de technologie ? Le fonds de technologie est un instrument de la...

      Un catalyseur intelligent pour structures en béton

      Un catalyseur intelligent pour structures en béton

      Un catalyseur intelligent basé sur la nanotechnologie permet d’économiser le coût de la production et de réduire l’empreinte carbone du béton. Développée par l’équipe de Nanogence SA, cette innovation vise à créer des bénéfices concrets en faveur de la durabilité....

      Gamaya, quand les drones volent au secours de l’agriculture

      Gamaya, quand les drones volent au secours de l’agriculture

      Avec sa caméra hyperspectrale miniature, combinée à l’intelligence artificielle et embarquée sur un drone, la start-up Gamaya permet aux agriculteurs d’estimer les besoins de leurs champs avec une précision inédite : un pas de géant pour l’agriculture durable. Dans le...

      Canton de Vaud

      Pascal Broulis: “l’État doit être un catalyseur de projets”

      Pascal Broulis: “l’État doit être un catalyseur de projets”

      Cathédrale de Lausanne, Château St-Maire, Vaudoise Arena, Vortex, Maison de l’Environnement, MCBA ou encore Plateforme 10, autant de noms évocateurs de chantiers et de réalisations d’envergure entrepris depuis 2017 dans le canton avec l’Etat de Vaud comme point commun...

      Vaud+, la marque territoriale qui rayonne

      Vaud+, la marque territoriale qui rayonne

      Le branding territorial n’est pas vraiment une nouveauté et ce n’est pas les cantons du Valais ou des Grisons qui diront le contraire. Et comme les Vaudoises et les Vaudois ont du talent, il fallait le dire haut et fort, il fallait le faire...

  • Kits Média

Publicités

Le cinéma, on le sait, est à bien des égards un reflet des réalités et des tendances au sein de la société, un instantané de notre rapport au monde qui nous entoure. Le 7e art évolue avec les mentalités, il nous tend un miroir tour à tour passionnant, inquiétant, drôle, optimiste ou tragique de ce qui se trame sur notre petite planète. Une sorte de compte rendu de nos espoirs, nos inquiétudes, nos doutes, nos rêves et nos désillusions à un instant T.

Aussi avons-nous décidé de faire le tour de quelques films emblématiques qui ont contribué à façonner l’image de la police au fil des dernières décennies, et à souligner le regard que portent les jeunes générations successives sur ce métier/vocation/sacerdoce (biffez les mentions inutiles). Le film policier est un genre en soi, un pan titanesque du cinéma de toutes les époques. La relation d’une société à ses forces de l’ordre est en effet le standard à l’aune duquel se mesure le degré de confiance de la population envers le pouvoir établi, le quotient amour/haine à l’égard des institutions, mais aussi des individus (ou groupes) les uns vis-à-vis des autres.

Jusqu’à la fin des années 60, les policiers de fiction sont le plus souvent propres sur eux, des gendres idéaux, défenseurs de la veuve et de l’orphelin, unanimement respectés pour leur dévouement en faveur du bien commun. Les méchants sont facilement identifiables : ils ont une sale tête, ils opèrent en gang et tout le monde les déteste ou du moins les craint. Dans cet esprit, le célèbre Clan des Siciliens (1969) établit une ligne claire entre la pègre et la police à ses trousses. Entre camps opposés, on se connaît voire on se respecte, mais on ne fricote pas.

L’affiche du film: Le Clan des Siciliens

C’est dans les 70’s que ça se gâte. L’amour universel engendré par la fin de la Seconde Guerre mondiale commence à avoir du plomb dans l’aile, les trente glorieuses sentent un peu le roussi, les mouvements de contestation en tout genre deviennent pain quotidien. Les jeunes ne veulent plus de la société de papa, réac, austère et bien-pensante. Tuer le père, on en revient toujours là… C’est là qu’apparaît l’un des premiers hard-boiled cops à ouvertement braver une hiérarchie aux cols amidonnés et à dézinguer sec les pourris de tous bords, que la loi laisse un peu trop peinards à son goût : L’Inspecteur Harry (1971, Dirty Harry pour les intimes). En filigrane, c’est la remise en question d’un système figé et dépassé, qui ne correspond plus à son époque troublée, et qui, par sa mollesse naïve et conservatrice, protège de facto une frange de privilégiés.

À la même époque en France, nombreux sont les films qui dépeignent une police corrompue, abusant de son pouvoir à des fins personnelles, en toute impunité (une perle méconnue : Les Assassins de l’ordre, de Marcel Carné avec Jacques Brel, 1971). Entre la société et ses gardiens de la paix, c’est le désamour, le divorce est consommé. Ceux qui sont dépeints en héros sont toujours en marge du système, comme leur cousin américain Harry. Un bel exemple de cette dichotomie : Flic ou voyou (1979), où Jean-Paul Belmondo incarne un policier insoumis aux prises avec des collègues pourris jusqu’à l’os. L’incontournable Bébel taillera d’ailleurs sa légende en incarnant à de nombreuses reprises un flic franc-tireur et décomplexé, à qui on ne la fait pas. Désormais, l’ennemi, c’est la police à l’ancienne et l’establishment très Ancien Régime qu’elle représente. On casse tout et on recommence.

Les policiers donnent dans le biceps, ils tabassent, castagnent, dérouillent

La maréchaussée redore un peu son blason dans les années 80, à l’heure où les méchants sont désormais plutôt dans le camp des trafiquants (drogue, armes, êtres humains, on vous laisse choisir), des dealers et autres énergumènes qu’il serait sage d’éviter la nuit dans les parkings mal éclairés. Les policiers donnent dans le biceps, ils tabassent, castagnent, dérouillent. Ils demeurent le plus souvent allergiques aux procédures, prennent des libertés avec le protocole, s’attirent les foudres de leurs supérieurs, mais toujours pour faire triompher un idéal de justice face aux manquements de la loi. Le flic de Beverly Hills (1984) ou L’Arme fatale (1988) sont deux des figures de proue mythiques de cette vague de films policiers aux héros aussi irrévérencieux que furieusement fun.

Dans les années 90, on assiste à l’essor du « flic de substitution », le quidam propulsé plus ou moins malgré lui au cœur de l’action, contraint de faire le boulot d’une police totalement dépassée par les événements. Une sorte de Monsieur Presque-tout-le-Monde sous amphétamines, bien souvent un ancien policier déchu ou un ex-taulard repenti, quand ce n’est pas les deux à la fois. Cette tendance (qui en dit long sur l’impuissance et/ou l’incompétence policières telles que vues par le public ?) avait formellement été amorcée en 1988 déjà, avec le cultissime Piège de Cristal. Mais c’est la décennie suivante qui lui déroule véritablement le tapis rouge. Les ailes de l’enfer (1996), Cliffhanger (1993), The Rock (1996), Piège en haute mer (1992) : les vrais torpilleurs de bad guys ne sont pas des fonctionnaires à badge. Mais soyons honnêtes, tout cela était surtout une belle excuse pour envoyer du gros film d’action sur fond d’intrigue vaguement policière !

L’affiche du film: Training Days

Depuis les années 2000, les flics de cinéma se permettent d’être fragiles, parfois dépressifs, presque toujours autodestructeurs, se posent de véritables questions existentielles quant à la société et leur rôle au sein de celle-ci. Cynique et manipulateur comme Denzel Washington dans Training Day (2002), ambitieux et désenchanté comme Gérard Depardieu dans 36, quai des Orfèvres (2004). Après celle du héros ordinaire, puis du super-héros, c’est clairement l’ère de l’antihéros. On voit percer l’humain sous le bouclier fissuré. Des séries comme Braquo (2009) ou Engrenages (2005) démontent méthodiquement le mythe du policier omnipotent et omniscient. C’est sombre, complexe, comme sait l’être la vie parfois. Le manichéisme a disparu au profit de notions souvent aussi contradictoires qu’inextricablement liées, au point d’en perdre tous les repères de bien et de mal.

On vous le disait, le cinéma est avant tout l’enfant de son époque…