• L’épargne suisse pas encore assez verte

      L’épargne suisse pas encore assez verte

      La finance durable est à la mode et le Conseil fédéral l’a bien compris, qui a réaffirmé en juin dernier sa volonté de faire de la Suisse l’un des principaux centres mondiaux du secteur. Pour autant, les petits épargnants semblent avoir encore du mal à suivre cette...

    • La Confédération mise sur l’Eurotube

      La Confédération mise sur l’Eurotube

      À l’heure où les questions climatiques et environnementales se font toujours plus prégnantes, l’accès à des solutions de transport durables s’impose comme l’un des grands défis de ces prochaines décennies. La Confédération l’a bien compris, qui a décidé de miser sur...

    • Licenciements en vue chez Implenia

      Licenciements en vue chez Implenia

      Qui dit restructuration dit, le plus souvent, licenciements. Implenia ne fait pas exception à la règle: le groupe compte se séparer de 2000 salariés d’ici 2023. Leader de la construction en Suisse, le groupe prévoit en effet de se réorganiser en profondeur avec,...

    • Élection bicéphale au Parti Socialiste Suisse

      Élection bicéphale au Parti Socialiste Suisse

      Mattea Meyer a été élue le samedi 17 octobre comme co-présidente du Parti socialiste suisse. Âgée de 32 ans, mère d'une fillette de trois ans, elle habite Winterthour et est entrée au Conseil national en 2015, après avoir siégé au Grand Conseil zurichois de 2011 à...

    • Prix environnemental de l’économie

      Prix environnemental de l’économie

      Ce prix prestigieux a été reçu le 17 septembre dernier par l'entreprise Eberhard Unternehmungen de Kloten. Placé pour la première fois sous la présidence de Doris Leuthardt, le jury a du choisir entre trois finalistes. Eberhard Unternehmungen, pionnière de l' urban...

    • Neuchâtel renouvelle sa confiance en Kilian Stoffel

      Neuchâtel renouvelle sa confiance en Kilian Stoffel

      Déjà nommé une première fois à la tête de l’Université de Neuchâtel en 2016, Kilian Stoffel a été reconduit pour un nouveau mandat de quatre ans au poste de recteur de l’institution. Une décision qui fait sens considérant les défis majeurs qu’il a su relever au cours...

    • Fabio Regazzi prend la tête de l’USAM

      Fabio Regazzi prend la tête de l’USAM

      L’Union suisse des arts et métiers (USAM) innove en élisant pour la première fois à sa tête un Tessinois: le conseiller national PDC Fabio Regazzi. Âgé de 57 ans, cet avocat et entrepreneur, qui succède ainsi à Jean-François Rime, se déclare «motivé et prêt à...

    • Livia Leu Agosti : une femme de tête pour négocier avec l’Europe

      Livia Leu Agosti : une femme de tête pour négocier avec l’Europe

      Lier le charme aux compétences pour composer avec Bruxelles? C’est le parti pris par Igniazio Cassis, chef du DFAE, avec l’élection à la tête du Département des affaires européennes de Livia Leu Agosti. Diplomate chevronnée et fine négociatrice, celle qui fut la...

    • Événement

      Retrouvez les derniers événements auxquels Dossiers Publics était présent

    • Une aide-soignante engagée

      Une aide-soignante engagée

      Doris Abbyad, aide-soignante aux HUG depuis 1983 (en unité d’attente de placement en EMS) et présidente de l’association Culture & Loisirs (association de personnel hospitalier et de santé sociale), nous livre son vécu de la crise du covid-19. Quelles difficultés...

    • Rentrée des entreprises 2019

      Rentrée des entreprises 2019

      Dossiers Publics était présent à la Rentrée des Entreprises 2019 à l'Arena de Genève, l'événement...

    • Articles

      Vous trouverez ici tous les articles de Dossiers Publics par catégorie
    • Le Simplon célèbre ses 100 ans

      Le Simplon célèbre ses 100 ans

      L’année 2020 est l’occasion d’un important jubilé pour la Compagnie Générale de Navigation sur le Léman (CGN). Cette année, l’un des bateaux les plus imposants du lac fête son centenaire. Le fleuron de la flotte belle-époque lémanique aurait pu ne jamais souffler ses...

      La Star du béton en 3D
      La Star du béton en 3D

      Agnès Petit, l’étoile montante de la scène de la construction brille par son approche innovatrice. Elle a créé Mobbot, une start-up qui a pour ambition de développer et commercialiser des systèmes d’impression 3D de structures de béton, une technologie unique en son...

      La technologie au service des aînés
      La technologie au service des aînés

      DomoSafety, une start-up issue de l’EPFL, a développé des outils d’aide à la décision à destination des professionnels de la santé. Ces outils intègrent des objets connectés installés à domicile, et permettent de suivre au plus près la santé de l’occupant. En...

      STEIMER DS SA : nouvelle direction, nouveaux horizons
      STEIMER DS SA : nouvelle direction, nouveaux horizons

      Reconnue depuis des dizaines d’années, Steimer DS SA (DS-SA) poursuit son développement avec l’arrivée d’Alain Fuglister à sa tête en remplacement du fondateur Didier Steimer. Diplômé de l’EPFL et plein de projets en tête, le trentenaire donne un nouveau souffle à la...

    • Cahiers spéciaux

      Retrouvez ici nos Cahiers Spéciaux traitant des grandes thématiques relatives à la Romandie
    • Environnement

      L’environnement, un creuset fertile pour la formation

      L’environnement, un creuset fertile pour la formation

      Face aux défis écologiques qui sous tendent notre marche vers l’avenir, les formations en lien avec l’environnement connaissent un essor sans précédent. Ainsi en Suisse, où les cursus se multiplient. S’il est un enjeu qui domine en ce début de siècle, c’est bien la...

      L’acier, matériau durable

      L’acier, matériau durable

      Bien que l'industrie sidérurgique soit responsable d’une consommation très importante de ressources et génère un volume de déchets proportionnel, les pressions exercées pour la rendre plus durable sont considérables. En tant que matériau de construction, l'acier offre...

      30e prix solaire suisse

      30e prix solaire suisse

      L'événement s’est déroulé le 20 octobre dernier au Kultur & Kongresshaus à Aarau. Les lauréats sont les installations solaires et bâtiments les plus efficaces sur le plan énergétique ainsi que les personnalités et institutions les plus engagées dans le solaire....

      Canton de Vaud

      Pascal Broulis: “l’État doit être un catalyseur de projets”

      Pascal Broulis: “l’État doit être un catalyseur de projets”

      Cathédrale de Lausanne, Château St-Maire, Vaudoise Arena, Vortex, Maison de l’Environnement, MCBA ou encore Plateforme 10, autant de noms évocateurs de chantiers et de réalisations d’envergure entrepris depuis 2017 dans le canton avec l’Etat de Vaud comme point commun...

      Vaud+, la marque territoriale qui rayonne

      Vaud+, la marque territoriale qui rayonne

      Le branding territorial n’est pas vraiment une nouveauté et ce n’est pas les cantons du Valais ou des Grisons qui diront le contraire. Et comme les Vaudoises et les Vaudois ont du talent, il fallait le dire haut et fort, il fallait le faire...

    • Akon and the City

      Akon and the City

      En réaction au « village global » que notre planète devient un peu plus chaque jour, on assiste...

Publicités

Serge Dal Busco, Vice-Président du Conseil d’Etat chargé du département des infrastructures, nous explique les enjeux et les atouts du Léman Express, à l’aube de son inauguration

Depuis quelques années déjà, nous entendons beaucoup parler du Leman Express. Pouvez-vous revenir brièvement sur ses enjeux et sa couverture géographique?

Serge Dal Busco : Le 15 décembre 2019, nous allons inaugurer le plus grand réseau ferroviaire transfrontalier d’Europe. Ce réseau va bouleverser les habitudes en matière de mobilité à Genève et dans la région. Imaginez : 230 km de rail et 45 gares réparties entre Genève, Vaud et la France voisine. Des trains toutes les quinze minutes entre Coppet et Annemasse, des connexions fréquentes pour Evian, Annecy ou Bellegarde, la possibilité de rejoindre Lausanne ou le Valais depuis la gare des Eaux-Vives. Ces infrastructures vont enfin nous mettre au niveau des grands centres urbains de notre pays comme Zurich. Quand je dis que c’est une révolution, je n’exagère pas! 

Un chantier régional tel que celui du CEVA/le Léman Express a pris racine dans un réseau de partenaires locaux, régionaux et suprarégionaux. 

Le nouveau réseau implique les opérateurs CFF et SNCF, avec leur filiale commune Lémanis chargée de l’exploitation, les autorités, les cantons de Genève et de Vaud, ainsi que la Confédération et, côté français, la région Auvergne Rhône-Alpes et les collectivités départementales et du Grand Genève. C’est un dispositif d’une grande complexité, qui a connu parfois d’inévitables accrocs, mais qui a permis de faire aboutir cet énorme projet grâce à la volonté et à la compétence des uns et des autres. 

Peut-on considérer cette collaboration comme une étape du «Grand Genève»?

Le Grand Genève existait heureusement déjà et comptait de nombreuses avancées à son actif. Le Groupement local de coopération transfrontalière qui est son organe de gouvernance, actuellement présidé par mon collègue Antonio Hodgers, a été créée en 2012. Ses structures ont eu l’occasion de faire la preuve de leur bon fonctionnement à travers ce projet d’une dimension inédite, qui a certainement pour effet de consolider durablement la coopération régionale. Le Léman Express jouera d’ailleurs le rôle d’un véritable trait d’union au sein du Grand Genève. Les entités de la région et leurs institutions s’en trouveront plus fortes et plus proches. 

Où en est le projet à ce jour, du point de vue mobilité/infrastructures?

Les réseaux de transports publics connexes seront intégralement réorganisés pour accompagner le nouveau réseau ferroviaire. En particulier, sur le canton, le réseau tpg a été adapté et le sera encore afin de renforcer l’attractivité des transports collectifs en diminuant les temps de parcours grâce aux combinaisons bus + train.

Le concept qui prévaut dans le plan d’action des transports collectifs 2020-2024 implique que chaque commune devra bénéficier d’un rabattement sur une gare du Léman Express. À terme, l’extension de notre réseau de tramways, ainsi que la création de lignes de bus à haut niveau de service viendront renforcer encore l’attractivité des transports publics. S’agissant des gares, les finitions sont en cours. Un accent fort sera mis sur la signalétique et l’accompagnement des voyageurs durant les premières semaines de mise en service. Certains chantiers seront encore en cours au moment de la mise en service du réseau, notamment pour la réalisation des zones commerciales. Tout ne sera pas encore parfait, mais du point de vue du réseau ferroviaire, le dispositif sera parfaitement opérationnel pour le 15 décembre prochain. 

Quid du débat autour des parkings prévus aux abords des gares principales? Subsiste-t-il des freins? 

Du côté genevois, le programme de P+R est tenu. Plus de 3000 places seront à disposition autour des différentes gares. On n’oublie pas les cyclistes : près de 5000 places sont planifiées dans les diverses vélos-stations installées près des gares. Du côté français, il subsiste quelques retards. J’ai fortement rendu attentives les autorités de nos voisins quant à la nécessité d’accélérer le programme, et je crois que le message a été entendu. Il y a désormais une réelle volonté de faire en sorte que les automobilistes, notamment pendulaires, soient incités à prendre le nouveau train. Tout ne sera pas terminé en décembre, certaines réalisations seront achevées dans les deux années suivantes. Mais le réseau fonctionnera. Grâce à son efficacité et aux tarifs proposés, il sera immédiatement attractif. 

Un seul billet ou abonnement permettra de combiner le Léman Express et l’ensemble des transports urbains des villes inclues dans le périmètre de tarification

La ligne 61 relie la gare Cornavin à Annemasse. Quels sont les avantages supplémentaires qu’offrira l’arrivée du CEVA?

La ligne 61 sera supprimée car elle n’aura plus de raison d’être. Le Léman Express amène en effet une tout autre dimension! Sur ce réseau, ce sont environ 50 000 voyageurs par jour qui pourront circuler. De quoi faire potentiellement diminuer la charge du trafic à Genève de quelque 12 %, soit nettement plus que ce que l’on constate en plein mois d’août! Et puis, s’agissant d’Annemasse, n’oublions pas que parallèlement au Léman Express, décembre 2019 verra aussi la mise en service du nouveau tramway transfrontalier, qui offrira une autre alternative de transport efficace. A celle-ci s’ajoute encore la Voie verte pour la mobilité douce, dont le succès a été immédiat dès sa mise en service au printemps 2018. Cette voie doit désormais être prolongée en vue de constituer un axe traversant le canton. 

Cérémonie du percement du tunnel du Champel, le 8 juin 2017

Quel était le budget planifié au départ? Le cadre financier sera-t-il respecté à la fin des travaux, prévus en décembre?

La direction du CEVA présentera prochainement son bilan final. Selon les dernières projections, le budget a été pratiquement tenu, une véritable performance pour un projet d’une telle dimension (plus de 1,5 milliard de francs côté genevois) et comportant autant de risques et de complexités! On ne peut que féliciter chaleureusement la maîtrise d’ouvrage et l’ensemble des entreprises qui ont permis cette formidable réalisation. 

Quelles sont les innovations technologiques mises en place sur le réseau CEVA/Léman Expres?

S’agissant des trains, la question doit être posée à l’exploitant du réseau, la société Lémanis. Mais je puis vous affirmer que tous les efforts ont visé à assurer un confort optimal pour les voyageurs, avec toutes les prestations que l’on attend de nos jours, une forte attention aux contraintes des personnes en situation de handicap et un soin particulier pour les toilettes ou la conception des espaces. Au-delà des trains eux-mêmes, on s’emploie aussi à offrir les meilleures prestations en matière de tarifs, d’interface avec les autres transports publics, de lisibilité des horaires, d’accueil ou de signalétique dans les gares. Les gens doivent notamment comprendre qu’un seul billet ou abonnement permettra de combiner le Léman Express et l’ensemble des transports urbains des villes inclues dans le périmètre de tarification. 

De quelle manière cette nouvelle mobilité entraînera-telle la croissance économique régionale?

Je parlerai d’abord du gain majeur en termes de qualité de vie que nous pouvons espérer. Et cela induit un effet positif sur l’économie. J’ai toujours dit qu’à mes yeux, une bonne mobilité est un facteur d’attractivité économique. En diminuant le trafic sur les routes grâce à des alternatives efficaces, nous libérons la chaussée pour l’ensemble des transporteurs professionnels. Les entreprises savent parfaitement les sommes qui sont perdues à cause des heures passées par leurs véhicules dans les bouchons et les encombrements. Nous les incitons aussi à ne plus offrir massivement des places de stationnement gratuites à leurs employés, afin de pousser les pendulaires à changer de moyen de transport. C’est dans l’intérêt des entreprises de ne pas contribuer par l’offre de parkings gratuits au problème dont elles subissent les conséquences! Mon département collabore étroitement avec les milieux économiques et les entreprises pour les aider à mettre en place des plans de mobilité qui vont dans ce sens. Et je crois que nous sommes aujourd’hui tous sur la même longueur d’ondes. 

En dehors du Léman Express, quels sont les autres chantiers en cours?

Nous nous trouvons dans une période d’intense activité, due pour une grande part au rattrapage de ce qui n’a pas été accompli au cours des trente dernières années. Ainsi, rien que cette année on dénombre une cinquantaine de chantiers qui ont un impact notable sur la circulation. Nous avons récemment communiqué à ce sujet, en toute transparence, car les citoyens ont droit à cette information, même si elle n’est pas des plus plaisantes à transmettre. Certains de ces chantiers sont en lien avec la mise en service du Léman Express, d’autres avec la mise en œuvre de la loi sur la mobilité cohérente et équilibrée, votée par le peuple, qui prévoit notamment la réalisation d’une moyenne ceinture fluide pour le trafic automobile et une priorité aux transports publics et à la mobilité douce dans le centre. Ces chantiers, on s’efforce de les coordonner au mieux et d’en minimiser les impacts. Malgré tout, ils créent évidemment des irritations. Mais on doit aussi les considérer comme un signe de grand dynamisme. Car nous sommes en train de construire la Genève de demain, avec de gros moyens et une forte volonté. Et le but, c’est un cadre de vie plus agréable, moins stressant pour se déplacer, plus respectueux de l’environnement aussi. En somme, les chantiers sont nécessaires pour améliorer une situation qui est largement insatisfaisante, et on ne peut pas à la fois vouloir améliorer ce cadre et refuser de faire ce qui est nécessaire pour cela!