• Interview

      Dossiers Publics interroge celles et ceux qui font bouger la Suisse: les actrices et acteurs issus du monde politique ainsi que des secteurs privés et publics
    • Simone Wyss Fedele fait rayonner les PME suisses à l’étranger

      Simone Wyss Fedele fait rayonner les PME suisses à l’étranger

      Qui dit entreprises suisses pense Nestlé, Novartis, Glencore et autres titans que le monde entier nous envie. Mais comme l’arbre de Noël qui cache la forêt des lutins œuvrant dans l’ombre, ces géants de la Bourse ne doivent pas faire oublier que la Suisse regorge de...

      Garde suisse: un corps d’élite dans les coulisses du Vatican
      Garde suisse: un corps d’élite dans les coulisses du Vatican

      Hallebardier ayant servi sous le pape François, Guillaume Vergain se confie à Dossiers Publics et raconte ses années au sein de la Garde suisse pontificale, ce corps aussi légendaire que mystérieux. Comment devient-on garde suisse ? Quels sont les critères de...

      Entreprises de sécurité : le côté privé de la Force
      Entreprises de sécurité : le côté privé de la Force

      Les politiciens nous l’ont répété à l’envi depuis des années : « On ne peut pas mettre un policier derrière chaque citoyen » ! Ce qui, avouons-le, est plutôt une bonne nouvelle pour les plus paranoïaques d’entre nous… Garde du corps et directeur de deux entreprise...

    • JU: les soins aigus au cœur de Delémont

      JU: les soins aigus au cœur de Delémont

      Modulable, fonctionnel et accessible, c’est ainsi que Jacques Gygax, directeur de l’Hôpital du Jura, décrit l’établissement dédié aux soins aigus qu’il souhaite voir construire au cœur de Delémont, sur un terrain de 12'000 m2, propriété de la municipalité. Futur jalon...

    • VD: une maturité onéreuse

      VD: une maturité onéreuse

      L’harmonisation des pratiques a un coût, et le canton de Vaud pourrait bien en faire les frais dans le cadre de la nouvelle Ordonnance fédérale sur la reconnaissance des certificats de maturité gymnasiale, visant à harmoniser les disparités cantonales quant au cursus...

    • GE : moins de fonctionnaires pour Genève  ?

      GE : moins de fonctionnaires pour Genève  ?

      La fonction publique pèse-t-elle trop lourd sur les finances du canton ? C’est en tout cas l’avis émis par la droite genevoise, qui estime que le canton, régulièrement dans le rouge, pourrait bénéficier d’un gel de l’embauche de nouveaux fonctionnaires en cas de...

    • Gilles Stuck reprend les rênes du marché suisse chez Julius Bär

      Gilles Stuck reprend les rênes du marché suisse chez Julius Bär

      À nouvelle stratégie, nouvelle équipe dirigeante. Ainsi en a décidé Julius Bär, qui a choisi d’accompagner l’harmonisation de son approche du marché suisse par la désignation aux responsabilités de Gilles Stuck, collaborateur de la banque zurichoise depuis 2018 à la...

    • Key Family Partners accueille Emanuele Zanon Di Valgiurata

      Key Family Partners accueille Emanuele Zanon Di Valgiurata

      Connu pour avoir donné le jour à une nouvelle génération de multi-family offices offrant des solutions d’investissement sophistiquées et les plus hauts standards en matière de gouvernance, Key Family Partners agrandit son équipe avec la nomination au rang d’associé...

    • Hans Peter Wyss intègre la commission OPA de la FINMA

      Hans Peter Wyss intègre la commission OPA de la FINMA

      La Commission des offres publiques d’acquisition de la FINMA accueille un nouveau membre en la personne de Hans Peter Wyss, appelé en remplacement de Thomas Rufer, qui abandonnera le siège occupé depuis avril 2007 à la fin de cette année. Déjà vice-président du...

    • Un nouvel aumônier pour la garde pontificale

      Un nouvel aumônier pour la garde pontificale

      La garde pontificale ne saurait assurer son office sans l’encadrement et le soutien spirituels de son aumônier. Une mission d’importance, assurée pendant six ans par le père Thomas Widmer, auquel succède désormais le père Kolumban Reichlin. Né dans le canton de...

    • Événement

      Retrouvez les derniers événements auxquels Dossiers Publics était présent

    • Une aide-soignante engagée

      Une aide-soignante engagée

      Doris Abbyad, aide-soignante aux HUG depuis 1983 (en unité d’attente de placement en EMS) et présidente de l’association Culture & Loisirs (association de personnel hospitalier et de santé sociale), nous livre son vécu de la crise du covid-19. Quelles difficultés...

    • Rentrée des entreprises 2019

      Rentrée des entreprises 2019

      Dossiers Publics était présent à la Rentrée des Entreprises 2019 à l'Arena de Genève, l'événement...

  • Kits média

Publicités

À l’heure où le confinement est venu perturber le déroulement du semestre dans les universités suisses et mondiales, la formation à distance n’a pas été affectée négativement par la pandémie. Petit tour d’horizon des options offertes en Suisse et ailleurs.

Se réveiller à 8:00 du matin pour assister à son cours de 8:15, sans se préoccuper d’arriver en retard, tout en ayant le temps de se préparer une tasse de café. Une utopie? Pour nombre d’étudiants universitaires devant penduler chaque jour, oui. Mais pas pour ceux qui suivent une formation à distance. Rendu possible grâce à l’évolution de la technologie, suivre un cursus universitaire depuis son salon n’a jamais été aussi facile, et comporte de nombreux avantages, comme le gain de temps vu l’absence de déplacements et la possibilité de mieux combiner travail et études grâce à une plus grande flexibilité, susceptibles de convaincre nombre d’étudiants potentiels. Le covid-19 pourrait, lui aussi, ajouter de l’attrait à cette formule.

Si la crise du coronavirus a perturbé pratiquement toutes les activités humaines à travers le monde, un des secteurs les plus affectés a été celui de la formation. En effet, en Suisse comme ailleurs, distanciation sociale oblige, la plupart des universités ont dû fermer leurs portes au mois de mars, comme cela a été le cas à l’Université de Lausanne (UNIL). Les étudiants ont pu tout de même poursuivre leur semestre grâce à des plateformes électroniques comme Zoom, et des aménagements spécifiques ont été introduits pour leur permettre de terminer l’année académique le plus normalement possible, en dépit des circonstances. La plupart des examens de la session de juin ont d’ailleurs eu lieu, mais en ligne, et en cas d’échec, les évaluations de ce semestre ne seront pas comptées comme une tentative.

Cela va donc de soi que le monde universitaire, basé depuis des siècles sur l’enseignement dispensé dans des salles de classe en présence des étudiants, a subi une petite révolution. Et ce chamboulement a mis en lumière un secteur moins en vue que le monde académique, mais qui existe tout de même depuis des années: la formation à distance. Longtemps dans l’ombre des formations en présentiel, la crise sanitaire a involontairement donné aux formations à distance un formidable coup de pouce.

D’abord présentes aux Etats-Unis, les universités proposant des cursus à distance ont gagné en popularité dans le monde entier, notamment grâce à l’avantage de pouvoir suivre les cours d’un établissement réputé depuis n’importe quel endroit du globe. D’après Financial Advisor, qui a établi un classement des 10 meilleures universités américaines en ligne pour 2020, les trois meilleures sont celles du Minnesota, de l’Arizona et du Missouri.

Le monde universitaire, basé depuis des siècles sur l’enseignement dispensé dans des salles de classe en présence des étudiants, a subi une petite révolution.

Mais les options existent aussi en Suisse pour celles et ceux intéressés par cette variante d’études. Il y a par exemple Uni Distance, qui est depuis 1992 le seul institut universitaire à distance reconnu par la Confédération et offrant des cursus en français ou en allemand conformes aux directives universitaires internationales du système de Bologne. Ses diplômes sont d’ailleurs reconnus au même titre que ceux délivrés par les universités suisses.

Parmi les bachelors et masters dispensés dans la langue de Molière il y a le droit, l’économie, l’histoire et psychologie. La palette de choix disponible en allemand est en revanche plus restreinte, puisque l’on retrouve uniquement le droit, l’histoire et la psychologie. La formule d’études se compose de cours virtuels et de devoirs à rendre sur une plateforme en ligne, mais les enseignements en présence ne sont pas totalement absents non plus, ayant lieu cinq samedis par semestre, dont trois sont obligatoires. Ils permettent aux étudiants de rencontrer leurs professeurs et de faire connaissance entre eux.

Le succès est d’ailleurs au rendez-vous puisque entre 2004 et 2019 les effectifs d’Uni Distance sont passés de 550 à 1719, augmentant chaque année de 10 % en moyenne. La durée d’études avant l’obtention d’un bachelor est toutefois un peu plus longue que dans une université « normale », car il faut compter quatre années et demie, contre trois en général dans les universités suisses.

Le prix est aussi plus élevé car un semestre de bachelor coûte 1300 francs, alors que le prix est de 500 francs à l’Université de Genève, 580 francs à l’UNIL ou 750 francs à l’Université de Berne. Il est à noter en revanche que les bachelors dans certaines universités du pays ont un prix similaire ou sont même plus chers qu’Uni Distance, comme c’est le cas à Saint Gall (1226 francs) mais surtout à Lugano à l’Université de la Suisse Italienne (2000 francs par semestre).

Une autre option en Suisse pour la formation à distance est la Haute école spécialisée à distance de Suisse. Reconnue elle aussi par la Confédération, elle appartient à la SUPSI, la Haute école professionnelle de la Suisse Italienne. Tout comme avec Uni Distance, la plus grande partie des études sont effectuées à domicile, les étudiants se retrouvant, en fonction de leur lieu de résidence, deux jours par mois en moyenne aux centres de formation de Berne, Bâle, Brigue ou Zurich.

Alors que l’UNIL et les autres universités du pays se préparent déjà à une reprise normale des enseignements en présentiel dès la rentrée de septembre, on peut voir que quelle que soit la formule d’études choisie, il y en a pour tout le monde.