• Interview

      Dossiers Publics interroge celles et ceux qui font bouger la Suisse: les actrices et acteurs issus du monde politique ainsi que des secteurs privés et publics
    • Career Women’s Forum, Les femmes sur le devant de la scène

      Career Women’s Forum, Les femmes sur le devant de la scène

      Œuvrer à l’égalité entre les sexes via une association de femmes professionnelles qui se réunissent, échangent et s’entraident ? C’est le postulat de base du Career Women’s Forum, qui fête ses 40 ans en 2022. Rencontre avec sa présidente, Véronique Riondel Angebault...

      Nils Soguel : Au cœur de l’action publique
      Nils Soguel : Au cœur de l’action publique

      Le directeur de l'Institut de hautes études en administration publique (IDHEAP) revient pour Dossiers Publics sur l'historique et le rôle de la haute école située sur le campus de l'Université de Lausanne, à l'occasion de son 40e anniversaire. D.P. : Cher professeur,...

      Olga Darazs : ingénieuse par nature
      Olga Darazs : ingénieuse par nature

      Présidente du conseil d'administration du Groupe CSD INGÉNIEURS depuis 2011, l'hydrogéologue Olga Darazs revient, dans cet entretien, sur les moments marquants de ce groupe qui a su évoluer en apportant des solutions aux principaux défis environnementaux. Plus grande...

    • VS : enjeux environnementaux expliqués aux élèves

      VS : enjeux environnementaux expliqués aux élèves

      Le Musée de la nature du Valais et la Haute École pédagogique du Valais présentent l’exposition itinérante Objectif Terre aux établissements du secondaire post-obligatoire. Cette expo permet de mieux comprendre les enjeux liés aux choix relatifs à l’avenir de la...

    • JU : archives de journaux locaux numérisés

      JU : archives de journaux locaux numérisés

      La Bibliothèque cantonale jurassienne en collaboration avec la Bibliothèque nationale suisse met à disposition librement en ligne toutes les éditions des journaux L’Ajoie et Le Franc-Montagnard de leur création jusqu’à nos jours. Les archives des deux titres sont...

    • Suisse : effets indésirables du vaccin

      Suisse : effets indésirables du vaccin

      Au total, 12 334 déclarations d’effets indésirables de vaccins contre le COVID-19 ont été évaluées en Suisse par Swissmedic à la date du 8 février 2022. Quelque 67,7 % des déclaration portaient sur le vaccin Moderna (63 % des doses administrées en Suisse) et...

    • De la RTS au canton de Genève

      De la RTS au canton de Genève

      Cheffe de la rubrique politique de la RTS, Esther Mamarbachi va désormais travailler pour le compte du canton de Genève. La journaliste et présentatrice a été nommée secrétaire générale adjointe du Département genevois de l'économie et de l'emploi dirigé par la...

    • OFROU: une nouvelle responsable pour les autoroutes romandes

      OFROU: une nouvelle responsable pour les autoroutes romandes

      Dès août 2022, Valentina Kumpusch, 48 ans, sera la nouvelle vice-directrice de l’Office fédéral des routes (OFROU) et cheffe de la division Infrastructure routière en remplacement de Pascal Mertenat, démissionnaire pour des raisons de santé. Elle assumera la...

    • VD: du service pénitentiaire au commandement de la police

      VD: du service pénitentiaire au commandement de la police

      Cheffe du Service pénitentiaire (SPEN) depuis un peu plus de 10 ans, Sylvie Bula a été nommée commandante de la Police cantonale vaudoise par le Conseil d'État. Elle va entrer en fonction en juillet prochain à l'occasion du départ à la retraite de l'ancien juge...

    • GE: nouveau Secrétaire général du département des infrastructures

      GE: nouveau Secrétaire général du département des infrastructures

      Secrétaire général du département des infrastructures (DI) depuis 18 ans, Philippe Matthey, va quitter l’État en juillet prochain pour une rente-pont AVS. Le Conseil d'État a désigné M. Guy Schrenzel pour lui succéder. Secrétaire général adjoint au DI depuis 2017, il...

    • Virginie Masserey, de Berne à Lausanne

      Virginie Masserey, de Berne à Lausanne

      Avec Patrick Mathys, elle a été le visage de l’OFSP durant la crise du COVID-19. Médecin et infectiologue, Virginie Masserey, 57 ans, responsable de la section Contrôle de l’infection et programme de vaccination, va quitter l’Office fédéral de la santé publique (OFSP)...

    • Cahiers spéciaux

      Retrouvez ici nos Cahiers Spéciaux traitant des grandes thématiques relatives à la Romandie
    • Environnement

      9e Forum mondial de l’eau

      9e Forum mondial de l’eau

      Organisée conjointement par le Conseil mondial de l’eau et le Gouvernement sénégalais, la 9e édition du Forum mondial de l’eau se tient à Dakar du 21 au 26 mars 2022 avec pour thème « la sécurité de l’eau pour la paix et le développement ». En l’absence d’un...

      Canton de Vaud

      Pascal Broulis: « l’État doit être un catalyseur de projets »

      Pascal Broulis: « l’État doit être un catalyseur de projets »

      Cathédrale de Lausanne, Château St-Maire, Vaudoise Arena, Vortex, Maison de l’Environnement, MCBA ou encore Plateforme 10, autant de noms évocateurs de chantiers et de réalisations d’envergure entrepris depuis 2017 dans le canton avec l’Etat de Vaud comme point commun...

      Vaud+, la marque territoriale qui rayonne

      Vaud+, la marque territoriale qui rayonne

      Le branding territorial n’est pas vraiment une nouveauté et ce n’est pas les cantons du Valais ou des Grisons qui diront le contraire. Et comme les Vaudoises et les Vaudois ont du talent, il fallait le dire haut et fort, il fallait le faire...

  • Kits média

Publicités

Un catalyseur intelligent basé sur la nanotechnologie permet d’économiser le coût de la production et de réduire l’empreinte carbone du béton. Développée par l’équipe de Nanogence SA, cette innovation vise à créer des bénéfices concrets en faveur de la durabilité.

Après l’eau, le béton est la substance la plus utilisée au monde. « Il est aussi le matériau de construction le plus abordable avec le moins d’empreinte carbone par kilogramme par rapport à d’autres substances telles que le verre ou l’acier », explique Abhishek Kumar, PDG et fondateur de Nanogence SA. Nos villes et cités regorgent d’infrastructures construites en béton, un matériau structurel indispensable composé de divers minéraux, notamment le ciment, et qui constitue l’une des plus importantes sources de CO2 générant le plus d’émissions de gaz à effet de serre que la plupart de toutes autres industries manufacturières. Selon notre expert, chaque tonne de ciment est égale à environ une tonne de CO2, qui est responsable de 8 % des émissions dans le monde. Un chiffre qui dépasse les quantités générées par toutes les industries du transport maritime, du camionnage, et de l’aviation confondues, comme le rapporte One Minute Earth en collaboration avec la fondation Bill et Melinda Gates.

Industrie polluante

Très intéressé par les questions liées à la durabilité, une passion éveillée lors de ses voyages d’études aux États-Unis, Abhishek Kumar aspire à rendre la vie plus durable pour les générations futures. C’est pourquoi ses connaissances approfondies de la structure nanoscopique du béton, acquises durant sa thèse de doctorat, l’ont amené à se focaliser sur l’industrie la plus polluante au monde. Pour le chimiste, les deux principaux défis auxquels le secteur est confronté aujourd’hui concernent le coût et le CO2, notamment en provenance du calcaire qui se trouve dans le ciment. Vu que ce calcaire a besoin d’être réchauffé avant utilisation – jusqu’à ce qu’il ait suffisamment durci –, procéder ainsi nécessite une quantité importante de combustibles fossiles. En effet, le calcaire est la principale cause des émissions, car une fois chauffé il se décompose en chaux et en dioxyde de carbone. Force est de constater que moins il y aura de calcaire, plus il y aura de bénéfices. « En Suisse, il y a 3 ou 4 sites de production de ciment : c’est peu par rapport au nombre d’usines qui se trouvent ailleurs en Europe, en Inde ou en Chine. Toutefois, nous produisons 4 à 5 millions de tonnes de ciment par an », souligne Abhishek Kumar. 

À l’heure actuelle, les techniques visant à préserver l’environnement tout en diminuant les coûts énergétiques se multiplient, dont certaines qui misent sur la capture et le recyclage de du dioxyde de carbone, par exemple. Pourtant, ces méthodes restent coûteuses et difficilement applicables. À ce propos, le jeune patron nous rappelle que le peuple suisse a rejeté la révision de la loi sur le CO2 lors des dernières votations, à savoir par 51,59 % de non contre 48,41 % de oui. Dès à présent, en attendant que le contribuable accepte d’assumer les charges supplémentaires pour financer de telles mesures, Nanogence SA est parvenue à trouver une solution économe, propre et smart.

Le produit, une fois activé à l’échelle nanométrique, offre une réduction de 50 % des émissions de CO2

catalyseur intelligent structures béton

Formule magique

Dans le cadre de ses recherches à l’EPFL, Abhishek Kumar a développé des substances chimiques basées sur la nanotechnologie afin d’améliorer la qualité des matériaux. Par la même occasion, il a mis au point un nouvel additif qui permet de donner au béton, au mortier ou au ciment la texture adéquate en un seul geste. De plus, la procédure permet d’augmenter l’efficacité de liaison des ciments et des structures en béton. Composé de matériaux non organiques, soit sans carbone, l’adjuvant permet d’empêcher la détérioration des fers d’armature et de prolonger la durée de vie des constructions. À bien des égards, il s’agit d’une véritable formule magique. Facilement intégré dans les processus de fabrication existants, « comme le sel que l’on rajoute pour relever un plat en cuisine », précise le chercheur, le produit, une fois activé à l’échelle nanométrique, offre une réduction de 50 % des émissions de CO2.  

Lancée en 2018, Nanogence SA commercialise dorénavant sa recette sous forme de catalyseurs intelligents destinés aux producteurs désireux de réduire leurs émissions de dioxyde de carbone. Grâce à une demande de plus en plus grande, la start-up connaît un bel essor et dispose désormais d’une belle brochette de clients des États-Unis à l’Inde, de l’Australie à la Nouvelle-Zélande et de l’Afrique du Sud au Rwanda en passant, bien entendu, par la Suisse. D’autre part, trois filiales ont été créées à l’étranger à ce jour, notamment en Inde, en Chine et aux États-Unis. Toutefois, Abhishek Kumar ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. D’ici cinq ans, Nanogence SA vise un total de cinq succursales avec 500 collaborateurs à travers le monde. « À l’avenir, nous voulons que Nanogence dépasse son statut de simple entreprise de matériaux : nous voulons qu’elle devienne un centre d’innovation à part entière. » En tant qu’unique fournisseur de catalyseurs intelligents pour l’industrie de la construction, la société détient le sobriquet de first-mover et, coûte que coûte, elle compte conserver sa position de numéro un sur le marché.