• Interview

      Dossiers Publics interroge celles et ceux qui font bouger la Suisse: les actrices et acteurs issus du monde politique ainsi que des secteurs privés et publics
    • Garde suisse: un corps d’élite dans les coulisses du Vatican
      Garde suisse: un corps d’élite dans les coulisses du Vatican

      Hallebardier ayant servi sous le pape François, Guillaume Vergain se confie à Dossiers Publics et raconte ses années au sein de la Garde suisse pontificale, ce corps aussi légendaire que mystérieux. Comment devient-on garde suisse ? Quels sont les critères de...

      Entreprises de sécurité : le côté privé de la Force
      Entreprises de sécurité : le côté privé de la Force

      Les politiciens nous l’ont répété à l’envi depuis des années : « On ne peut pas mettre un policier derrière chaque citoyen » ! Ce qui, avouons-le, est plutôt une bonne nouvelle pour les plus paranoïaques d’entre nous… Garde du corps et directeur de deux entreprise...

      EGEN, un pressing à succès
      EGEN, un pressing à succès

      À 21 ans, Serhat Açig a lancé sa première start-up dans un milieu peu prisé des jeunes: le pressing à sec. Pourtant, EGEN, qui signifie « propre à soi » en romanche, emploie la technique de l’aquanettoyage ou le « wet cleaning » à 100%, un traitement numérique et...

    • JU: les soins aigus au cœur de Delémont

      JU: les soins aigus au cœur de Delémont

      Modulable, fonctionnel et accessible, c’est ainsi que Jacques Gygax, directeur de l’Hôpital du Jura, décrit l’établissement dédié aux soins aigus qu’il souhaite voir construire au cœur de Delémont, sur un terrain de 12'000 m2, propriété de la municipalité. Futur jalon...

    • VD: une maturité onéreuse

      VD: une maturité onéreuse

      L’harmonisation des pratiques a un coût, et le canton de Vaud pourrait bien en faire les frais dans le cadre de la nouvelle Ordonnance fédérale sur la reconnaissance des certificats de maturité gymnasiale, visant à harmoniser les disparités cantonales quant au cursus...

    • GE : moins de fonctionnaires pour Genève  ?

      GE : moins de fonctionnaires pour Genève  ?

      La fonction publique pèse-t-elle trop lourd sur les finances du canton ? C’est en tout cas l’avis émis par la droite genevoise, qui estime que le canton, régulièrement dans le rouge, pourrait bénéficier d’un gel de l’embauche de nouveaux fonctionnaires en cas de...

    • Gilles Stuck reprend les rênes du marché suisse chez Julius Bär

      Gilles Stuck reprend les rênes du marché suisse chez Julius Bär

      À nouvelle stratégie, nouvelle équipe dirigeante. Ainsi en a décidé Julius Bär, qui a choisi d’accompagner l’harmonisation de son approche du marché suisse par la désignation aux responsabilités de Gilles Stuck, collaborateur de la banque zurichoise depuis 2018 à la...

    • Key Family Partners accueille Emanuele Zanon Di Valgiurata

      Key Family Partners accueille Emanuele Zanon Di Valgiurata

      Connu pour avoir donné le jour à une nouvelle génération de multi-family offices offrant des solutions d’investissement sophistiquées et les plus hauts standards en matière de gouvernance, Key Family Partners agrandit son équipe avec la nomination au rang d’associé...

    • Hans Peter Wyss intègre la commission OPA de la FINMA

      Hans Peter Wyss intègre la commission OPA de la FINMA

      La Commission des offres publiques d’acquisition de la FINMA accueille un nouveau membre en la personne de Hans Peter Wyss, appelé en remplacement de Thomas Rufer, qui abandonnera le siège occupé depuis avril 2007 à la fin de cette année. Déjà vice-président du...

    • Un nouvel aumônier pour la garde pontificale

      Un nouvel aumônier pour la garde pontificale

      La garde pontificale ne saurait assurer son office sans l’encadrement et le soutien spirituels de son aumônier. Une mission d’importance, assurée pendant six ans par le père Thomas Widmer, auquel succède désormais le père Kolumban Reichlin. Né dans le canton de...

    • Événement

      Retrouvez les derniers événements auxquels Dossiers Publics était présent

    • Une aide-soignante engagée

      Une aide-soignante engagée

      Doris Abbyad, aide-soignante aux HUG depuis 1983 (en unité d’attente de placement en EMS) et présidente de l’association Culture & Loisirs (association de personnel hospitalier et de santé sociale), nous livre son vécu de la crise du covid-19. Quelles difficultés...

    • Rentrée des entreprises 2019

      Rentrée des entreprises 2019

      Dossiers Publics était présent à la Rentrée des Entreprises 2019 à l'Arena de Genève, l'événement...

    • Cahiers spéciaux

      Retrouvez ici nos Cahiers Spéciaux traitant des grandes thématiques relatives à la Romandie
    • Environnement

      La protection du climat grâce à des technologies innovantes

      La protection du climat grâce à des technologies innovantes

      Le Fonds de technologie cautionne des prêts aux entreprises suisses dont les produits innovants permettent d'obtenir une réduction durable des émissions de gaz à effet de serre. Qu'est-ce que le Fonds de technologie ? Le fonds de technologie est un instrument de la...

      Un catalyseur intelligent pour structures en béton

      Un catalyseur intelligent pour structures en béton

      Un catalyseur intelligent basé sur la nanotechnologie permet d’économiser le coût de la production et de réduire l’empreinte carbone du béton. Développée par l’équipe de Nanogence SA, cette innovation vise à créer des bénéfices concrets en faveur de la durabilité....

      Gamaya, quand les drones volent au secours de l’agriculture

      Gamaya, quand les drones volent au secours de l’agriculture

      Avec sa caméra hyperspectrale miniature, combinée à l’intelligence artificielle et embarquée sur un drone, la start-up Gamaya permet aux agriculteurs d’estimer les besoins de leurs champs avec une précision inédite : un pas de géant pour l’agriculture durable. Dans le...

      Canton de Vaud

      Pascal Broulis: “l’État doit être un catalyseur de projets”

      Pascal Broulis: “l’État doit être un catalyseur de projets”

      Cathédrale de Lausanne, Château St-Maire, Vaudoise Arena, Vortex, Maison de l’Environnement, MCBA ou encore Plateforme 10, autant de noms évocateurs de chantiers et de réalisations d’envergure entrepris depuis 2017 dans le canton avec l’Etat de Vaud comme point commun...

      Vaud+, la marque territoriale qui rayonne

      Vaud+, la marque territoriale qui rayonne

      Le branding territorial n’est pas vraiment une nouveauté et ce n’est pas les cantons du Valais ou des Grisons qui diront le contraire. Et comme les Vaudoises et les Vaudois ont du talent, il fallait le dire haut et fort, il fallait le faire...

  • Kits Média

Publicités

Qui dit entreprises suisses pense Nestlé, Novartis, Glencore et autres titans que le monde entier nous envie. Mais comme l’arbre de Noël qui cache la forêt des lutins œuvrant dans l’ombre, ces géants de la Bourse ne doivent pas faire oublier que la Suisse regorge de PME incroyablement dynamiques et innovantes, qui gagnent à être connues bien au-delà de nos frontières. C’est là que Switzerland Global Enterprise (S-GE) entre en scène…

Organisation officielle suisse chargée de la promotion des exportations et de la place économique, S-GE a des bureaux dans les trois régions linguistiques suisses et des antennes dans 31 pays. De l’assistance à l’export, pays par pays, jusqu’à la recherche de partenaires commerciaux, en passant par l’analyse de marchés et la présence dans les foires internationales, elle s’apparente à la pierre philosophale pour les entreprises helvétiques en quête d’expansion à l’international. Mais sur le plan local aussi, S-GE s’avère un allié précieux pour nos entrepreneurs, assurant sans relâche la promotion des investissements en Suisse.

A sa tête, une femme… de tête, justement. Docteur en économie et spécialiste des questions économiques internationales, la Bâloise Simone Wyss Fedele n’a que 39 ans lorsqu’elle se voit confier le rôle de CEO de S-GE en 2019. Elle répond aux questions de Dossiers Publics.

Dossiers Publics : Switzerland Global Enterprise (S-GE) est l’organisation officielle suisse chargée de la promotion des exportations et de la place économique. Expliquez-nous en quelques mots en quoi consiste cette activité et qui sont vos principaux partenaires.

Simone Wyss Fedele : Avec plaisir. Dans le domaine de la promotion des exportations, nous aidons les PME suisses à développer pleinement leur potentiel à l’international sur de nouveaux marchés ou des marchés existants grâce à des services ciblés tels que l’aide à la recherche de partenaires locaux. Avec nos partenaires, nous déployons ces services à l’échelle mondiale car nous sommes présents dans une trentaine de pays par l’intermédiaire de nos antennes dans les ambassades de Suisse, les « Swiss Business Hubs ». Nous avons pu fournir un appui efficace à plus de 5000 PME en 2020 et jouer un rôle de stabilisateur pendant la crise. Dans le cadre de la promotion de la place économique, nous nous employons à positionner la Suisse comme un pôle d’innovation technologique de premier plan, à identifier les entreprises particulièrement innovantes capables de renforcer l’économie suisse à long terme et à accompagner ces sociétés dans leur implantation en Suisse si elles le souhaitent. Tout cela se fait en étroite collaboration avec nos partenaires, les promoteurs régionaux, comme GGBa, et les cantons. Ainsi, nous avons contribué ensemble à la création de 1200 nouveaux emplois en Suisse en 2020. À noter que, hormis l’Irlande, seule la Suisse a vu augmenter les investissements directs de l’étranger en 2020. Cela illustre bien de quelle façon nous créons de la valeur.

Quels sont les principaux marchés cibles en 2021 et pour les années qui viennent?

Cette année, les exportateurs suisses ont montré un intérêt marqué pour les grands marchés comme les États-Unis et la Chine, pour les pays de l’UE comme la France, l’Espagne, l’Allemagne, ainsi que pour le Japon et la Corée. De façon générale, il ressort de nos activités de conseil que les exportateurs suisses privilégient actuellement les marchés à moindre risque, car leur marge de manœuvre financière et donc leur résistance aux risques ne sont pas encore revenus au niveau d’avant la crise. Nous pensons que ces deux prochaines années, nos clients PME se concentreront en Amérique, sur les États-Unis, en Europe, sur l’Allemagne et la France et en Asie sur la Chine, la Corée du Sud, le Japon et certains pays de l’ASEAN.

En ce qui concerne la promotion de la place économique, nous ciblons des entreprises innovantes dans dix marchés prioritaires, dont les États-Unis, la Chine, la France et l’Allemagne. Nous entendons par entreprises innovantes des leaders mondiaux dans des technologies clés. Dans les projets d’implantation transmis aux cantons au premier semestre 2021, les sociétés intéressées par une installation en Suisse provenaient majoritairement des États-Unis, d’Allemagne et d’Inde. Ce sont les projets d’implantation dans les sciences de la vie et les TIC qui génèrent la plus forte création de valeur, à l’exemple de la société medtech américaine Align Technology qui a transféré son siège européen d’Amsterdam à Rotkreuz (ZG).

Pourriez-vous nous donner un exemple de projet marquant?

Concernant la promotion de la place économique, j’ai déjà mentionné Align Technology. Pour la promotion des exportations, la société romande Droople, spécialisée dans les cleantech, est un bon exemple de réussite. L’entreprise propose des solutions de surveillance numérique pour des installations sanitaires et de traitement des eaux. Sa technologie innovante permet d’économiser l’eau et l’énergie. Les clients de Droople sont des entreprises de services, des écoles ou des fabricants de systèmes de traitement de l’eau. S-GE a aidé Droople à valider des marchés et à s’établir en Inde et au Japon. Nous l’avons accompagnée et conseillée pour trouver des projets sur le marché des smart cities et rationaliser au mieux les flux logistiques. Sa réussite prouve que l’innovation suisse peut apporter une contribution importante à un avenir durable à l’échelle mondiale.

Quelle est la part des cleantech dans votre promotion des industries suisses à l’export? Quelle est son évolution?

Elles prennent de plus en plus d’importance dans la promotion des exportations, car les entreprises suisses proposent des solutions innovantes qui contribuent à la durabilité mondiale. S-GE encourage spécifiquement les exportations de solutions cleantech. Nous avons en effet reçu un mandat complémentaire en 2016 du Secrétariat d’État à l’économie (SECO) et de l’Office fédéral de l’énergie (OFEN). Les sociétés actives dans les cleantech représentent environ 10% des entreprises que nous soutenons. Au fil des ans, nos activités de conseil pour les entreprises cleantech ont considérablement évolué. Par exemple, ces sociétés demandent aujourd’hui de plus en plus de renseignements très ciblés sur le marché, alors que, il y a quelques années, lorsqu’elles étaient encore des start-up, elles demandaient des informations de base plutôt simples, en matière douanière, par exemple. On voit bien que les entreprises cleantech, qui sont parfois d’anciennes spin-off, ont gagné en maturité et en expérience et ont manifestement amélioré leur capacité à se développer à l’international. 

“Nous sommes présents dans 150 pays dans le monde. Par l’intermédiaire de nos antennes  les Swiss Business Hubs nous sommes présents dans les 30 pays les plus porteurs de l’économie suisse ”

© Gaël Gaborel

Parlez-nous de vos antennes étrangères et de leur répartition sur le globe

Conjointement avec nos partenaires, nous sommes présents dans 150 pays dans le monde. Par l’intermédiaire de nos antennes les Swiss Business Hubs nous sommes présents dans les 30 pays les plus porteurs de l’économie suisse, avec une centaine de collaborateurs qui proposent une gamme de services complète. Nos hubs sont une réussite commune de S-GE et du Département fédéral des affaires étrangères DFAE. La majorité de nos employés sont issus du privé et ont une vraie expertise du monde des affaires dans leurs pays respectifs. Grâce à notre étroite collaboration avec le DFAE, nous disposons des meilleures connaissances possible sur le terrain et d’un excellent réseau de contacts au sein des autorités et du monde économique, atouts que nous mettons à profit de manière ciblée pour nos clients. Et bien sûr, nos équipes locales travaillent étroitement avec des partenaires tels que les chambres de commerce bilatérales, d’autres institutions suisses et des experts. À cette trentaine de pays, s’ajoutent 120 pays où nous pouvons fournir des services de base aux PME suisses par l’intermédiaire des missions diplomatiques et de notre réseau de partenaires sur le terrain. De cette manière, nous déployons nos ressources là où elles apportent le plus de valeur, tout en assurant une large couverture de nos services dans le monde.

Vous êtes à la tête de S-GE depuis deux ans maintenant. Pourriez-vous nous donner un aperçu de votre parcours personnel ?

J’ai toujours été fascinée par le commerce international. Après avoir obtenu mon doctorat en économie internationale, j’ai travaillé ces 20 dernières années pour les sciences de la vie, l’industrie MEM et les assurances. Cela soit en prise direct avec mon cœur de métier – chez Takeda Pharmaceuticals j’étais responsable du lancement de produits dans plus de 30 pays, et, chez Endress+Hauser, j’ai travaillé dans le marketing –, soit à l’interface avec l’extérieur : chez Novartis, j’étais responsable de la gestion des risques, comme la crise de l’euro ou la guerre commerciale, et, chez Helvetia, je représentais les intérêts de la compagnie dans les associations et auprès des autorités. Dans ma fonction actuelle chez S-GE, je peux combiner ces différentes expériences avec mon envie d’œuvrer à la prospérité de la Suisse. Et la collaboration avec les clients, les partenaires et mes équipes est une grande motivation pour moi.

Décrivez-nous les défis à relever pour les exportations suisses en cette période très spéciale liée à la crise sanitaire.

En pleine crise Covid, la situation pouvait se résumer à une fermeture généralisée des frontières : un très gros problème lorsqu’on opère à l’international. La bonne nouvelle est que cette époque est derrière nous. Certes, il y a encore des restrictions: les entreprises suisses ne pourront probablement pas revenir en Chine avant l’été 2022, la Suisse figure à nouveau sur la liste des pays à hauts risques des États-Unis depuis la fin août, et les perturbations des chaînes d’approvisionnement, c’est-à-dire les pénuries de pièces pour la production, se poursuivent. Mais la tendance est positive: les exportations suisses sont à nouveau à la hausse. Nous accompagnons aujourd’hui beaucoup plus de PME vers de nouveaux marchés que l’an dernier. Nous menons actuellement environ 40 % d’entretiens export de plus qu’à la même période en 2020. À l’heure où les affaires internationales sont toujours plus imprévisibles et plus complexes en raison des tensions géopolitiques, cette embellie arrive au bon moment. Elle montre que les entreprises ont pris le temps de réfléchir pour prendre des décisions stratégiques à long terme en matière d’expansion à l’international. C’est précisément dans cette démarche que nous les soutenons avec nos partenaires.