Publicités

Instantanés

JU: les soins aigus au cœur de Delémont

Modulable, fonctionnel et accessible, c’est ainsi que Jacques Gygax, directeur...

VD: une maturité onéreuse

L’harmonisation des pratiques a un coût, et le canton de Vaud pourrait bien en...

VS: on ne chassera plus dans les districts francs…

La saison de la chasse n’aura plus tout à fait la même saveur pour les...
JU: les soins aigus au cœur de Delémont

JU: les soins aigus au cœur de Delémont

Modulable, fonctionnel et accessible, c’est ainsi que Jacques Gygax, directeur de l’Hôpital du Jura, décrit l’établissement dédié aux soins aigus qu’il souhaite voir construire au cœur de Delémont, sur un terrain de 12’000 m2, propriété de la municipalité. Futur jalon d’importance dans l’offre hospitalière sur l’axe Bâle-Delémont-Bienne, ce projet encore au stade d’ébauche fera l’objet, ces prochains mois et courant 2020, d’une étude de faisabilité technique et économique. Son financement, estimé entre 130 millions et 140 millions de francs, est également à l’examen.

VD: une maturité onéreuse

VD: une maturité onéreuse

L’harmonisation des pratiques a un coût, et le canton de Vaud pourrait bien en faire les frais dans le cadre de la nouvelle Ordonnance fédérale sur la reconnaissance des certificats de maturité gymnasiale, visant à harmoniser les disparités cantonales quant au cursus nécessaire à l’obtention du précieux diplôme. En terres vaudoises, cela se traduira notamment par une prolongation d’une à deux années de la formation gymnasiale menant à la maturité, selon le modèle choisi. Un changement qui pèsera sur les finances cantonales, l’adaptation au nouveau système nécessitant, a minima, la création d’environ 120 classes et de 185 postes d’enseignement supplémentaires.

VS: on ne chassera plus dans les districts francs…

VS: on ne chassera plus dans les districts francs…

La saison de la chasse n’aura plus tout à fait la même saveur pour les aficionados de la traque valaisans. À compter de cette année, l’abattage des chamois et des chevreuils leur sera interdit dans les sept districts francs fédéraux du canton, et celui des cerfs limité à un seul par chasseur tiré au sort. Désormais, seuls les prélèvements de régulation seront autorisés dans ces zones dédiées à la protection de l’environnement. À l’origine de ce changement, un recours de Pro Natura contre la chasse au cerf dans la vallée d’Aletsch, qui s’est traduit par un arrêt du Tribunal fédéral distinguant la chasse des tirs encadrés.

GE : moins de fonctionnaires pour Genève  ?

GE : moins de fonctionnaires pour Genève  ?

La fonction publique pèse-t-elle trop lourd sur les finances du canton ? C’est en tout cas l’avis émis par la droite genevoise, qui estime que le canton, régulièrement dans le rouge, pourrait bénéficier d’un gel de l’embauche de nouveaux fonctionnaires en cas de budget déficitaire. Forts de cette idée, le PLR et le PDC ont donc lancé, le 15 septembre dernier, une initiative en ce sens. Les deux partis, qui relèvent que le nombre de postes à plein temps au sein de la fonction a augmenté près de deux fois plus vite que la population au cours des 20 dernières années, espèrent ainsi pousser l‘État à mieux exploiter ses ressources déjà existantes, plutôt que de les augmenter encore.

Un passeport pour expliquer la démocratie

Un passeport pour expliquer la démocratie

La Fondation suisse pour la démocratie a édité, à l’occasion de la première édition de la Journée internationale de la démocratie, qui s’est tenue le 15 septembre dernier, un passeport rouge qui n’est pas sans rappeler le précieux sésame helvétique, mais qui au contraire de ce dernier, est librement accessible à tous. Baptisé Swiss Democracy Passeport, ce document dissimule sous sa couverture une brochure de 48 pages consacrées à la démocratie suisse et à ses particularismes, tout en tentant de mettre fin au mythe erroné qui voudrait que démocraties directe et parlementaire soient antagonistes et incompatibles.

Un palace suisse s’ouvre aux cryptomonnaies

Un palace suisse s’ouvre aux cryptomonnaies

Payer sa suite cinq étoiles en cryptomonnaie ? La chose est désormais possible pour peu que l’on réside au Chedi Andermatt, somptueux palace serti, telle une perle dans son écrin, au cœur des Alpes zurichoises. L’établissement a en effet annoncé, le 27 août dernier, qu’il acceptera les règlements en Bitcoin et en Ethereum. Seule condition à cette transaction virtuelle. Que le montant de la note se monte au minimum à 200 francs suisses ou à 185 euros. Pour d’offrir cette prestation à sa riche clientèle, le luxueux hôtel s’est appuyé sur une solution de payement récemment mise en place par Worldline et Bitcoin Suisse, qui a déjà permis à quelques 85 000 commerçants suisses d’accepter des payements en actifs numériques.

La diplomatie scientifique au secours des balkans

La diplomatie scientifique au secours des balkans

Promouvoir la paix grâce à la science, telle est la mission que s’est donnée la Suisse, qui ambitionne de d’encourager la paix dans les Balkans via la diplomatie scientifique. Desireuse de faciliter la coopération entre les différents états de cette région encore instable en les réunissant autour de projets scientifiques communs, la Confederation s’est associée au physicien Herwig Schopper, ancien directeur du CERN à Genève, pour créer dans la région un centre de recherche en médecine biologique et nucléaire spécialisé dans le développement de technologies de pointe dans le traitement de certains cancers. Baptisé «South East European International Institute for Sustainable Technologies» (SEEIIFST), ce projet qui rassemble sept des dix pays de la zone, vise à rassembler ces ennemis d’hier autour d’un même défi, dans une collaboration pacifique et apaisée.

Les fournisseurs d’énergie suisses peu impactés par la pandémie

Les fournisseurs d’énergie suisses peu impactés par la pandémie

Les retombées négatives de la pandémie n’ont que très peu impacté les sociétés suisses d’approvisionnement en énergie en 2020. Alors que de nombreux acteurs de l’économie helvétique ont durement souffert de la crise générée par l’émergence brutale de la Covid-19, la plupart des entreprises du secteur continuent d’afficher une santé florissante, avec des résultats qualifiés de bons à très bons. 22 % d’entre-elles admettent même avoir été plutôt favorisées par certains effets associés, notamment la valorisation des entreprises locales et le passage au numérique. Bien qu’affichant un optimisme prudent quant à leurs perspectives pour 2021, plus de la moitié d’entre-elles tablent sur une évolution positive de leurs activités dans l’avenir.

GE : 20 000 capteurs pour la géothermie

GE : 20 000 capteurs pour la géothermie

La transition écologique fait partie des grands défis que devra relever Genève ces prochaines décennies. Dans cette optique, le canton a entamé une vaste campagne de prospection géothermique, qui s’est matérialisée mi-septembre par l’apparition, en ville comme en campagne, de 20 000 capteurs installés à intervalle régulier, suivant un maillage serré. Associés à des camions spéciaux qui sillonneront le canton zone par zone en émettant de courtes vibrations dans le sous-sol, ces dispositifs permettront de repérer précisément les nappes de chaleur souterraines et d’en dresser une carte exhaustive.

NE: de nouvelles idées pour le projet d’agglomération neuchâtelois

NE: de nouvelles idées pour le projet d’agglomération neuchâtelois

Grandir pour mieux rayonner, telle est l’ambition de la ville de Neuchâtel, dont le projet d’agglomération fait l’objet d’une nouvelle version, déposée le 14 septembre dernier auprès de la Confédération. Dernier volet d’un plan mis en œuvre voilà plus d’une décennie, cette quatrième mouture prévoit, entre autres mesures phare, de favoriser la mobilité douce et la réappropriation des espaces urbains par ses habitants, ainsi que la mise en œuvre d’infrastructures d’importance cantonale, tels les contournements autoroutiers du Locle et de La Chaux-de-Fonds et la requalification de la traversée de Peseux.

Nestlé investit dans l’agriculture régénératrice

Nestlé investit dans l’agriculture régénératrice

Attentif à la santé déclinante de notre planète, le groupe Nestlé a annoncé début septembre qu’il investira, au cours des cinq prochaines années, quelques 1,2 milliards de francs suisses dans l’agriculture régénératrice. Au travers de ce programme ambitieux, la multinationale helvétique souhaite encourager une approche agricole davantage centrée sur la protection et la restauration de l’environnement, avec en ligne de mire une réduction significative des émissions de gaz à effet de serre de sa chaîne d’approvisionnement. Le géant de l’agroalimentaire, qui s’intéresse tout particulièrement à la production laitière, compte notamment travailler avec 30 fermes dans 12 pays, et planche sur la sélection et la culture de légumineuses pouvant être utilisées en remplacement du lait.

VS: des mesures pour préserver la vache d’hérens

VS: des mesures pour préserver la vache d’hérens

Star emblématique des alpages valaisans, la vache d’Hérens tend à se raréfier, malgré le succès sans cesse renouvelé de ses fameux combats de Reines. Une diminution du cheptel que connaissent aussi les neuf autres races ovines et bovines locales, et que le canton a décidé de contrer par diverses mesures, priorité étant donnée à la belle belliqueuse. Au total, une vingtaine d’aides contributives seront prises en charge par les instances cantonales, pour un montant annuel de CHF 250 000.

GE: pour une meilleure gestion de l’eau potable…

GE: pour une meilleure gestion de l’eau potable…

Face aux défis posés par l’urgence climatique, la pollution et une démographie galopante, l’eau s’impose plus que jamais comme un enjeu majeur en matière de santé publique. Confrontée en 2019 à un rapport de sa Cour des comptes pointant certaines faiblesses dans sa gestion du précieux liquide, Genève s’est doté début 2021 d’une feuille de route centrée sur ces problématiques. Accessible sur le web, cette brochure de 60 pages explore la question de l’eau potable au niveau cantonal, des ressources disponibles à leur distribution, en passant par les menaces potentielles et les moyens de lutte à disposition.

Vers des hivers soumis aux pannes de courant?

Vers des hivers soumis aux pannes de courant?

Se pourrait-il qu’à l’image de la cigale, la fée électricité cesse, dans un avenir proche, de chanter l’hiver venu ? C’est en tout cas l’un des principaux scénarios prédits par l’Office fédéral de la protection de la population (OFPP) dans sa récente analyse des risques de catastrophes et de situation d’urgence en Suisse. D’après cette étude, qui a porté sur 44 dangers potentiels, les pénuries longue durée de courant en période hivernale constitueraient le plus grand péril auquel la population suisse pourrait devoir faire face dans le futur. Les conséquences de tels black-outs toucheraient notamment à la mobilité et à l’approvisionnement, sans parler des retombées économiques. La Confédération veille au grain toutefois, avec des plans d’urgence adaptés.

VS : des vagues au cœur des alpes

VS : des vagues au cœur des alpes

Les adeptes du surf vont s’en donner à cœur joie ! Non contents de pouvoir pratiquer leur sport de glisse favori sur les pentes enneigées du Valais, ils sont désormais invités à tester leur agilité sur les rouleaux océaniques d’Alaïa Bay. Première piscine à vagues artificielles d’Europe continentale, ce bassin de 8300 m2 capable d’accueillir jusqu’à 40 personnes à la fois sur ses eaux ondoyantes a ouvert ses portes le 1er mai 2021 dans la zone des îles à Sion. Il viendra compléter l’offre en sports extrêmes du complexe associé Alaïa Chalet.

Les PME suisses peu sensibles à la sécurité informatique

Les PME suisses peu sensibles à la sécurité informatique

Corollaire de la pandémie de Covid-19, le télétravail ne fait plus figure d’exception au sein des en-treprises helvétiques. Pour autant, et bien que cette pratique augmente les risques informatiques, nos PME restent, d’après une récente étude de Digitalswitzerland, peu sensibilisées aux questions de cybersécurité. Certes, la plupart prennent des mesures pour se protéger, mais celles-ci s’avèrent souvent insuffisantes. Ainsi, seul un tiers des PME offrirait une formation aux employés, tandis que la moitié des dirigeants s’avouent mal informés. Parallèlement, 50% des entreprises ne disposeraient d’aucun plan d’urgence, sans même parler d’une cyberassurance. Quant aux précautions supplémentaires nécessaires à la suite du boom du télétravail en 2020, elles ne seraient qu’une sur dix à y avoir songé.

La suisse championne du monde de l’e-commerce

La suisse championne du monde de l’e-commerce

Déjà plébiscitée, ces dernières années, pour sa compétitivité, sa capacité à innover, son taux d’industrialisation ou la qualité de son système éducatif, la Suisse vient d’accrocher une nouvelle étoile à son palmarès en devenant pour la première fois championne du monde de l’e-commerce. Devançant les Pays-Bas en tête de ce classement dressé par la Commission des Nations-Unies sur le commerce et le développement (CNUCED), la Confédération peut en effet s’enorgueillir, avec 97% de sa population usant d’Internet et 98% disposant d’un compte en banque en 2020, d’être le pays le mieux armé de la planète en matière d’échanges électroniques entre entreprises et clients individuels. Une bonne nouvelle face à un pan de l’économie globale estimé à plus de 3900 milliards de francs en 2018.

L’épargne suisse pas encore assez verte

L’épargne suisse pas encore assez verte

La finance durable est à la mode et le Conseil fédéral l’a bien compris, qui a réaffirmé en juin dernier sa volonté de faire de la Suisse l’un des principaux centres mondiaux du secteur. Pour autant, les petits épargnants semblent avoir encore du mal à suivre cette tendance, alors même que leurs dépôts représentent, tous comptes confondus, quelques 2000 milliards de francs. Une manne qui, d’après la conseillère aux États Marianne Maret, pourrait constituer «un levier immense pour favoriser la finance durable», pour peu qu’elle soit correctement investie. Forte de cette idée, la PDC valaisanne a déposé mi décembre une interpellation dont elle espère qu’elle permettra d’engendrer de nouvelles pratiques et davantage d’innovation de la part des banques.

La Confédération mise sur l’Eurotube

La Confédération mise sur l’Eurotube

À l’heure où les questions climatiques et environnementales se font toujours plus prégnantes, l’accès à des solutions de transport durables s’impose comme l’un des grands défis de ces prochaines décennies. La Confédération l’a bien compris, qui a décidé de miser sur l’Eurotube, projet de train sous-vide ultra rapide inspiré de l’Hyperloop, en soutenant l’installation d’un pôle de recherches et d’une piste d’essai de 3 km – la plus longue du monde – à Collombey-Muraz, en Valais. Ces infrastructures, qui devraient être opérationnelles dès 2023, permettront de poursuivre le développement de ce supertrain capable d’atteindre les 900 km/h, tout en rejetant 95% de CO2 de moins que l’aviation.

Le vote électronique à nouveau sur les rails

Le vote électronique à nouveau sur les rails

Temporairement suspendu en 2019 à fin de réévaluation, le projet suisse de vote électronique revient enfin sur le devant de la scène. Conscient qu’il existe un réel besoin pour un tel système dans notre pays, le Conseil fédéral a en effet décidé la reprise d’essais limités avec des dispositifs tous équipés de la vérifiabilité complète, à même de détecter de possibles manipulations. La Confédération mise également, pour garantir la fiabilité des votes, sur des exigences de sécurité précises, des règles de transparence rigoureuses, ainsi qu’une collaboration étroite et accrue avec des experts indépendants. Plusieurs cantons, dont Fribourg, Saint-Gall et Thurgovie, ont déjà manifesté leur intérêt, pour un lancement des tests en 2022.

Incrivez-vous à la newsletter !

Publicité

advertisement

Publicité

advertisement

Publicité

advertisement

Catégories

Lire nos précédentes éditions

advertisement

Archives