• Interview

      Dossiers Publics interroge celles et ceux qui font bouger la Suisse: les actrices et acteurs issus du monde politique ainsi que des secteurs privés et publics
    • Career Women’s Forum, Les femmes sur le devant de la scène

      Career Women’s Forum, Les femmes sur le devant de la scène

      Œuvrer à l’égalité entre les sexes via une association de femmes professionnelles qui se réunissent, échangent et s’entraident ? C’est le postulat de base du Career Women’s Forum, qui fête ses 40 ans en 2022. Rencontre avec sa présidente, Véronique Riondel Angebault...

      Nils Soguel : Au cœur de l’action publique
      Nils Soguel : Au cœur de l’action publique

      Le directeur de l'Institut de hautes études en administration publique (IDHEAP) revient pour Dossiers Publics sur l'historique et le rôle de la haute école située sur le campus de l'Université de Lausanne, à l'occasion de son 40e anniversaire. D.P. : Cher professeur,...

      Olga Darazs : ingénieuse par nature
      Olga Darazs : ingénieuse par nature

      Présidente du conseil d'administration du Groupe CSD INGÉNIEURS depuis 2011, l'hydrogéologue Olga Darazs revient, dans cet entretien, sur les moments marquants de ce groupe qui a su évoluer en apportant des solutions aux principaux défis environnementaux. Plus grande...

    • VS : enjeux environnementaux expliqués aux élèves

      VS : enjeux environnementaux expliqués aux élèves

      Le Musée de la nature du Valais et la Haute École pédagogique du Valais présentent l’exposition itinérante Objectif Terre aux établissements du secondaire post-obligatoire. Cette expo permet de mieux comprendre les enjeux liés aux choix relatifs à l’avenir de la...

    • JU : archives de journaux locaux numérisés

      JU : archives de journaux locaux numérisés

      La Bibliothèque cantonale jurassienne en collaboration avec la Bibliothèque nationale suisse met à disposition librement en ligne toutes les éditions des journaux L’Ajoie et Le Franc-Montagnard de leur création jusqu’à nos jours. Les archives des deux titres sont...

    • Suisse : effets indésirables du vaccin

      Suisse : effets indésirables du vaccin

      Au total, 12 334 déclarations d’effets indésirables de vaccins contre le COVID-19 ont été évaluées en Suisse par Swissmedic à la date du 8 février 2022. Quelque 67,7 % des déclaration portaient sur le vaccin Moderna (63 % des doses administrées en Suisse) et...

    • De la RTS au canton de Genève

      De la RTS au canton de Genève

      Cheffe de la rubrique politique de la RTS, Esther Mamarbachi va désormais travailler pour le compte du canton de Genève. La journaliste et présentatrice a été nommée secrétaire générale adjointe du Département genevois de l'économie et de l'emploi dirigé par la...

    • OFROU: une nouvelle responsable pour les autoroutes romandes

      OFROU: une nouvelle responsable pour les autoroutes romandes

      Dès août 2022, Valentina Kumpusch, 48 ans, sera la nouvelle vice-directrice de l’Office fédéral des routes (OFROU) et cheffe de la division Infrastructure routière en remplacement de Pascal Mertenat, démissionnaire pour des raisons de santé. Elle assumera la...

    • VD: du service pénitentiaire au commandement de la police

      VD: du service pénitentiaire au commandement de la police

      Cheffe du Service pénitentiaire (SPEN) depuis un peu plus de 10 ans, Sylvie Bula a été nommée commandante de la Police cantonale vaudoise par le Conseil d'État. Elle va entrer en fonction en juillet prochain à l'occasion du départ à la retraite de l'ancien juge...

    • GE: nouveau Secrétaire général du département des infrastructures

      GE: nouveau Secrétaire général du département des infrastructures

      Secrétaire général du département des infrastructures (DI) depuis 18 ans, Philippe Matthey, va quitter l’État en juillet prochain pour une rente-pont AVS. Le Conseil d'État a désigné M. Guy Schrenzel pour lui succéder. Secrétaire général adjoint au DI depuis 2017, il...

    • Virginie Masserey, de Berne à Lausanne

      Virginie Masserey, de Berne à Lausanne

      Avec Patrick Mathys, elle a été le visage de l’OFSP durant la crise du COVID-19. Médecin et infectiologue, Virginie Masserey, 57 ans, responsable de la section Contrôle de l’infection et programme de vaccination, va quitter l’Office fédéral de la santé publique (OFSP)...

    • Cahiers spéciaux

      Retrouvez ici nos Cahiers Spéciaux traitant des grandes thématiques relatives à la Romandie
    • Environnement

      9e Forum mondial de l’eau

      9e Forum mondial de l’eau

      Organisée conjointement par le Conseil mondial de l’eau et le Gouvernement sénégalais, la 9e édition du Forum mondial de l’eau se tient à Dakar du 21 au 26 mars 2022 avec pour thème « la sécurité de l’eau pour la paix et le développement ». En l’absence d’un...

      Canton de Vaud

      Pascal Broulis: « l’État doit être un catalyseur de projets »

      Pascal Broulis: « l’État doit être un catalyseur de projets »

      Cathédrale de Lausanne, Château St-Maire, Vaudoise Arena, Vortex, Maison de l’Environnement, MCBA ou encore Plateforme 10, autant de noms évocateurs de chantiers et de réalisations d’envergure entrepris depuis 2017 dans le canton avec l’Etat de Vaud comme point commun...

      Vaud+, la marque territoriale qui rayonne

      Vaud+, la marque territoriale qui rayonne

      Le branding territorial n’est pas vraiment une nouveauté et ce n’est pas les cantons du Valais ou des Grisons qui diront le contraire. Et comme les Vaudoises et les Vaudois ont du talent, il fallait le dire haut et fort, il fallait le faire...

  • Kits média

Publicités

Dans le film Le troisième homme, Orson Welles (probablement un recalé du forfait fiscal mal embouché) déclarait que 500 ans de paix et de démocratie en Suisse n’avaient engendré que l’horloge à coucou. Or, les 140 dernières années ont donné on ne peut plus tort à tonton Orson. La preuve ci-après, avec quelques inventions qui ont changé la face du monde, et dont les origines helvétiques sont souvent tenues dans l’ombre. Génie et modestie…

1884. La tour Eiffel, une Suissesse à Paris

Le vrai concepteur de la tour Eiffel se nomme Maurice Koechlin, diplômé du Polytechnikum de Zurich, spécialisé dans la construction métallique et employé de la société Eiffel. L’avant-projet établi par Koechlin n’intéresse pas Gustave Eiffel, qui autorise toutefois ses deux ingénieurs (l’ami Maurice et son collègue Émile Nouguier) à poursuivre l’étude. Ils font établir un dessin à grande échelle par un architecte, le soumettent au sculpteur Bartholdi et au commissaire général de l’Exposition des arts décoratifs de 1884, qui décide de l’exposer. Et là, comme une fleur, Gustave Eiffel revient sur sa position et décide de valider le projet… Ben tiens donc !

Pour la petite histoire, Koechlin se serait fortement inspiré de la morphologie de la girafe – son animal fétiche – pour le dessin de la tour…

1903. Le goudron, l’invention qui en remettait une couche

Ernest Guglielminetti

Les poumons de tous les fumeurs vous le diront, le goudron est une bien belle invention. Nous sommes en 1902. Le prince Albert Ier de Monaco (las des fortunes dépensées en nettoyage à sec ?), cherche à résoudre le problème de la poussière dégagée par les véhicules sur les routes. Le Valaisan Ernest Guglielminetti lui soumet son idée, venue des Indes, où les sols des hôpitaux sont enduits de goudron pour faciliter leur entretien et les rendre plus étanches. Dès 1903, toutes les routes entre Cannes et Menton en sont recouvertes, avant de recouvrir une bonne partie de la planète. À la clé, moins de poussière… et de bruit !

Boulevard Albert-Ier, à Monaco, une plaque commémorative est fixée en l’honneur de Guglielminetti, mieux connu sous son petit nom de « Docteur Goudron ».

1905. E=mc2, la formule qui avait de l’énergie à revendre

Albert Einstein E=mc2

Probablement l’un des faits les plus connus de cette liste, mais pourquoi se priver du plaisir de le répéter ? Albert Einstein, devenu citoyen zurichois en 1901, découvre cette formule en Suisse en 1905. C’est peu dire que cette équation, qui expose le principe d’inertie de l’énergie, aura marqué l’histoire.

En termes profanes, cette équivalence de la masse inerte et de l’énergie implique qu’une particule de masse m isolée et au repos dans un référentiel possède, du fait de cette masse, une énergie E appelée énergie de masse, dont la valeur est donnée par le produit de m par le carré de la vitesse de la lumière dans le vide. Comment personne n’y avait-il pensé plus tôt  ? Ça semble tellement évident, dit comme ça…

1908. La cellophane, l’invention qui emballait grave

Contraction de « cellulose » – une matière première végétale – et de « diaphane », qui signifie transparent en grec ancien, la « cellophane » a été inventé en 1908 par Jacques Edwin Brandenberger, l’un de nos dignes compatriotes.

Cette pellicule d’emballage connaît rapidement un énorme succès, notamment grâce à sa transparence et à son étanchéité. Jusque dans les années cinquante, elle dispose presque du monopole de l’emballage dans l’industrie. Pour l’anecdote, Apple a pour la première fois supprimé le cellophane de l’emballage de ses iPhones cette année, avec le lancement de la série 13, pour des considérations écologiques. Et les autres marques semblent lui emboîter le pas, notamment Google avec sa toute nouvelle ligne de smartphones Pixel 6 sortie le 19 octobre.

1910. La feuille d’aluminium, l’invention qui papillotait









Aluminium emballage Toblerone

C’est à l’ingénieur suisse Robert Victor Neher que l’on doit la feuille d’aluminium, dont le brevet a été déposé en 1910, succédant à la feuille d’étain.

Petite anecdote pour briller en société ou le soir à table après avoir usé tous les sujets de discussion et/ou de dispute : elle fut utilisée pour la première fois pour l’emballage du Toblerone.

Il se raconte également que, lorsque Napoléon III recevait des invités de marque, il les faisait servir dans de la vaisselle en aluminium, les autres devant se contenter d’une vulgaire vaisselle… en or. Quel manque de savoir-vivre, le Napo ! L’aluminium était en effet alors considéré comme un métal précieux. C’est décidé, je retourne à une forme de vie dénuée de luxe superflu, et ne mangerai désormais plus que dans de la vaisselle en or massif.

1925. La fermeture éclair,le petit doigt sur la couture

Fermeture éclair invention suisse

Le fameux zip dont les Américains sont si prompts à s’attribuer l’invention est en fait dû à un Suisse (encore   !), Martin Winterhalter, en 1925. Se basant effectivement sur une idée venue d’outre-Atlantique, cet industriel Saint-Gallois a remplacé les perles et les mâchoires de serrage, qui constituaient le système initial, par des nervures et des rainures, donnant à son invention le nom de Riri sous lequel elle a été connue à ses débuts.

Peu de temps après, les fermetures à glissière Riri ont été fabriquées industriellement en tant que produit de masse, initialement dans la première usine de fermetures à glissière de Wuppertal, pour ensuite déferler sous licence dans le monde entier. Depuis lors, on zippe tous azimuts.

1941. Le Velcro,la bande qui scratchait tout sur son passage

Bande Velcro invention suisse

Comme bien souvent, cette invention est partie d’une observation de la nature. En 1941, au retour d’une partie de chasse, Georges de Mestral remarque une quantité de fruits de bardane accrochés à ses vêtements et dans les poils de son chien. Observant le fruit au microscope, il constate que les épines du fruit se terminent par des crochets déformables, qui se prennent dans les poils et les tissus à boucle pour revenir à leur forme initiale une fois arrachés du support. Ce qui lui donne l’idée de créer un type de fermeture rapide pour vêtement.

Contractant velours et crochet, l’ingénieur électricien suisse dépose son invention sous le nom de Velcro. Un nom devenu antonomase, au même titre que Kleenex ou Frigidaire. Un nom qui accroche, quoi…

1989. Le World Wide Web,le réseau qui nous CERNait

le World Wide Web invention suisse

À la fin des années 80, le Britannique Tim Berners-Lee travaillait dans un laboratoire du CERN à Genève, quand il a imaginé une manière d’accéder facilement à des fichiers sur des ordinateurs reliés entre eux. Il l’a formalisée dans un article le 12 mars 1989, considéré comme l’acte fondateur du «  World Wide Web  ».

Mais conformément à l’adage « nul n’est prophète en son pays » (ou dans le pays dont il est titulaire du permis C, pour helvétiser quelque peu la maxime), ce système a bien failli être mort-né, avant d’être adopté in extremis par les instances du CERN.

Quelques années plus tard, en 1994, Internet faisait ses débuts auprès du grand public sur la scène mondiale. La suite de l’histoire ? Internet prit peu à peu le contrôle de la planète et les machines régnèrent à tout jamais sur l’humanité asservie. Mais bon, nous anticipons probablement de quelques mois, là…