• Licenciements en vue chez Implenia

      Licenciements en vue chez Implenia

      Qui dit restructuration dit, le plus souvent, licenciements. Implenia ne fait pas exception à la règle: le groupe compte se séparer de 2000 salariés d’ici 2023. Leader de la construction en Suisse, le groupe prévoit en effet de se réorganiser en profondeur avec,...

    • YVERDON (VD) : La machine à écrire dans tous ses états

      YVERDON (VD) : La machine à écrire dans tous ses états

      Cinq expositions sur un même thème! Il n’en fallait pas moins pour rendre hommage à la machine à écrire, jadis fleuron du paysage industriel du nord vaudois. Intitulée « Rock me Baby » en référence à la « Baby », modèle star des ateliers yverdonnois Hermès, cette...

    • Philipp Hildebrand candidat à la tête de l’OCDE

      Philipp Hildebrand candidat à la tête de l’OCDE

      L’ancien président de la BNS Philipp Hildebrand succèdera-t-il à Angel Gurria à la tête de l’OCDE? C’est du moins ce que souhaite le Conseil fédéral, qui a annoncé soutenir la candidature aux fonctions de secrétaire général de l’organisation de celui qu’elle considère...

    • Élection bicéphale au Parti Socialiste Suisse

      Élection bicéphale au Parti Socialiste Suisse

      Mattea Meyer a été élue le samedi 17 octobre comme co-présidente du Parti socialiste suisse. Âgée de 32 ans, mère d'une fillette de trois ans, elle habite Winterthour et est entrée au Conseil national en 2015, après avoir siégé au Grand Conseil zurichois de 2011 à...

    • Prix environnemental de l’économie

      Prix environnemental de l’économie

      Ce prix prestigieux a été reçu le 17 septembre dernier par l'entreprise Eberhard Unternehmungen de Kloten. Placé pour la première fois sous la présidence de Doris Leuthardt, le jury a du choisir entre trois finalistes. Eberhard Unternehmungen, pionnière de l' urban...

    • Neuchâtel renouvelle sa confiance en Kilian Stoffel

      Neuchâtel renouvelle sa confiance en Kilian Stoffel

      Déjà nommé une première fois à la tête de l’Université de Neuchâtel en 2016, Kilian Stoffel a été reconduit pour un nouveau mandat de quatre ans au poste de recteur de l’institution. Une décision qui fait sens considérant les défis majeurs qu’il a su relever au cours...

    • Fabio Regazzi prend la tête de l’USAM

      Fabio Regazzi prend la tête de l’USAM

      L’Union suisse des arts et métiers (USAM) innove en élisant pour la première fois à sa tête un Tessinois: le conseiller national PDC Fabio Regazzi. Âgé de 57 ans, cet avocat et entrepreneur, qui succède ainsi à Jean-François Rime, se déclare «motivé et prêt à...

    • Livia Leu Agosti : une femme de tête pour négocier avec l’Europe

      Livia Leu Agosti : une femme de tête pour négocier avec l’Europe

      Lier le charme aux compétences pour composer avec Bruxelles? C’est le parti pris par Igniazio Cassis, chef du DFAE, avec l’élection à la tête du Département des affaires européennes de Livia Leu Agosti. Diplomate chevronnée et fine négociatrice, celle qui fut la...

    • Événement

      Retrouvez les derniers événements auxquels Dossiers Publics était présent

    • Une aide-soignante engagée

      Une aide-soignante engagée

      Doris Abbyad, aide-soignante aux HUG depuis 1983 (en unité d’attente de placement en EMS) et présidente de l’association Culture & Loisirs (association de personnel hospitalier et de santé sociale), nous livre son vécu de la crise du covid-19. Quelles difficultés...

    • Rentrée des entreprises 2019

      Rentrée des entreprises 2019

      Dossiers Publics était présent à la Rentrée des Entreprises 2019 à l'Arena de Genève, l'événement...

    • Articles

      Vous trouverez ici tous les articles de Dossiers Publics par catégorie
    • La Star du béton en 3D

      La Star du béton en 3D

      Agnès Petit, l’étoile montante de la scène de la construction brille par son approche innovatrice. Elle a créé Mobbot, une start-up qui a pour ambition de développer et commercialiser des systèmes d’impression 3D de structures de béton, une technologie unique en son...

      La technologie au service des aînés
      La technologie au service des aînés

      DomoSafety, une start-up issue de l’EPFL, a développé des outils d’aide à la décision à destination des professionnels de la santé. Ces outils intègrent des objets connectés installés à domicile, et permettent de suivre au plus près la santé de l’occupant. En...

      STEIMER DS SA : nouvelle direction, nouveaux horizons
      STEIMER DS SA : nouvelle direction, nouveaux horizons

      Reconnue depuis des dizaines d’années, Steimer DS SA (DS-SA) poursuit son développement avec l’arrivée d’Alain Fuglister à sa tête en remplacement du fondateur Didier Steimer. Diplômé de l’EPFL et plein de projets en tête, le trentenaire donne un nouveau souffle à la...

      Afrique, Black to the Future
      Afrique, Black to the Future

      Après avoir longtemps été confinée (sans mauvais jeu de mots) à un statut de continent sous-développé, l’Afrique connaît un essor sans précédent, brûlant allègrement les étapes vers la modernité, voire le futurisme. À tel point que le néologisme «afro-futurisme» est...

    • Cahiers spéciaux

      Retrouvez ici nos Cahiers Spéciaux traitant des grandes thématiques relatives à la Romandie
    • Environnement

      L’environnement, un creuset fertile pour la formation

      L’environnement, un creuset fertile pour la formation

      Face aux défis écologiques qui sous tendent notre marche vers l’avenir, les formations en lien avec l’environnement connaissent un essor sans précédent. Ainsi en Suisse, où les cursus se multiplient. S’il est un enjeu qui domine en ce début de siècle, c’est bien la...

      L’acier, matériau durable

      L’acier, matériau durable

      Bien que l'industrie sidérurgique soit responsable d’une consommation très importante de ressources et génère un volume de déchets proportionnel, les pressions exercées pour la rendre plus durable sont considérables. En tant que matériau de construction, l'acier offre...

      30e prix solaire suisse

      30e prix solaire suisse

      L'événement s’est déroulé le 20 octobre dernier au Kultur & Kongresshaus à Aarau. Les lauréats sont les installations solaires et bâtiments les plus efficaces sur le plan énergétique ainsi que les personnalités et institutions les plus engagées dans le solaire....

      Canton de Vaud

      Pascal Broulis: “l’État doit être un catalyseur de projets”

      Pascal Broulis: “l’État doit être un catalyseur de projets”

      Cathédrale de Lausanne, Château St-Maire, Vaudoise Arena, Vortex, Maison de l’Environnement, MCBA ou encore Plateforme 10, autant de noms évocateurs de chantiers et de réalisations d’envergure entrepris depuis 2017 dans le canton avec l’Etat de Vaud comme point commun...

      Vaud+, la marque territoriale qui rayonne

      Vaud+, la marque territoriale qui rayonne

      Le branding territorial n’est pas vraiment une nouveauté et ce n’est pas les cantons du Valais ou des Grisons qui diront le contraire. Et comme les Vaudoises et les Vaudois ont du talent, il fallait le dire haut et fort, il fallait le faire...

    • Akon and the City

      Akon and the City

      En réaction au « village global » que notre planète devient un peu plus chaque jour, on assiste...

Publicités

Antonio Hodgers, Président du Conseil d’Etat chargé du département du territoire, revient sur les chantiers réalisés et les projets en cours dans le cadre du développement urbain. Dans ce contexte, la protection de l’environnement est, pour lui, une priorité.

Dossiers Publics: Les villes intelligentes et les écoquartiers sont-ils vraiment l’avenir dans le bassin lémanique? Comment cela se retranscrira-t-il selon vous en termes économiques, écologiques et sociaux?

Antonio Hodgers: Les écoquartiers ne sont pas une musique d’avenir mais déjà bien implantés dans le tissu urbain genevois. Je pense par exemple  à l’écoquartier des Vergers à Meyrin, qui accueillera 3000 nouveaux habitants d’ici 2020, ces quartiers durables sont une nécessité de nos jours pour respecter au mieux notre environnement, être performant en matière énergétique et favoriser les liens sociaux. Ce nouveau mode d’habiter allie plusieurs axes d’importance qui manifestement correspondent aux attentes de la population en matière de qualité urbaine.

Les villes intelligentes, aussi appelées «Smart cities», permettent d’articuler la révolution numérique avec la qualité attendue dans les villes. Les applications potentielles sont multiples, par exemple en matière de gestion de la mobilité ou d’accès aux donnés du territoire. L’essentiel me semble être que ces dispositifs servent d’abord l’intérêt général.

Quels sont à votre avis les opportunités et les risques de ce regroupement local de représentants de différentes couches de la population (transculturalité, commerce de proximité, inclusivité …)?

La mixité, qu’elle soit culturelle, sociale ou d’activités, représente à mes yeux plus d’atouts et d’opportunités que de risques. La mixité sociale par exemple passe par la définition des types de logements à réaliser dans chaque quartier. Nous devons tendre à un ratio de 1/3 de logements sociaux, 1/3 de locatifs pour la classe moyenne et 1/3 de propriétés par étage pour la classe moyenne et supérieure. Ce mélange des catégories permet d’éviter le phénomène des ghettos ou la gentrification de quartiers entiers, néfastes au vivre ensemble. Car un quartier ne se résume pas uniquement à un alignement d’immeubles, il lui faut une âme; il faut certes créer du logement, mais aussi y proposer des liens sociaux entre les habitants.

En quoi consiste la stratégie énergétique 2050, adoptée par le conseil Fédéral?

Elle a pour but une société à 2000 Watts sans nucléaire, c’est-à-dire qui ne consomme pas plus que ce que la planète peut lui donner. Concrètement, au niveau suisse, il s’agit de diviser par trois la consommation énergétique par personne d’ici 2050 et de développer les énergies renouvelables, comme le solaire, l’éolien, l’hydraulique ou la biomasse, pour couvrir trois quarts des besoins.

Quels sont les grands axes prévus par le canton de Genève pour mettre en œuvre tout cela?

Pour Genève, l’objectif intermédiaire de réduire la consommation thermique d’énergie fossile annuelle par personne de -29% d’ici 2020 (objectif fixé en 2000) a déjà été atteint en 2016! La prochaine étape est d’atteindre ­une baisse de 53 % de consommation en 2035. D’ici 2023 déjà, nous visons une diminution de 10 % de watts par habitant.

Nous travaillons sur deux principaux projets d’importance à Genève : la géothermie profonde et Genilac. Le premier consiste à utiliser la chaleur de la terre pour le chauffage ou la production d’électricité. C’est une source d’énergie locale, propre, renouvelable et disponible en continu. La géothermie pourrait couvrir environ 20% des besoins de chaleur du canton d’ici à une vingtaine d’années. Le second, Genilac, est un réseau qui utilise l’eau du lac pour amener du chaud et du froid au centre-ville et dans le secteur de l’aéroport. Je mentionnerai aussi les toits de Genève qui représentent une belle opportunité : l’objectif est de doubler tous les cinq ans la production d’énergie solaire.


Le forage exploratoire de Satigny, réalisé dans le cadre du programme de géothermie profonde: GEothermie 2020

Quel budget a été alloué au Canton pour les rénovations énergétiques?

Concernant les rénovations énergétiques, le Canton en collaboration avec la Confédération, via le programme Bâtiments, offre chaque année des subventions généreuses aux propriétaires immobiliers. En 2019, ce sont 35 millions de francs qui sont mis à disposition pour effectuer une rénovation énergétique d’un bâtiment, contre 32 millions en 2018 et 25 millions en 2017.

Un quartier ne se résume pas uniquement à un alignement d’immeubles, il lui faut une âme; il faut certes créer du logement, mais aussi y proposer du lien social entre les habitants

Quels sont les avantages qu’offre le canton pour inciter les propriétaires à la rénovation?

Le Canton de Genève et les services industriels de Genève (SIG) unissent désormais leurs forces pour accélérer la transition énergétique du canton. Cela se concrétise par la mise en œuvre de mesures conjointes. Il s’agit, d’une part, de favoriser la rénovation énergétique du bâti grâce aux subventions coordonnées entre la Confédération, le Canton et les SIG et, d’autre part, de trouver des solutions inédites pour encourager les initiatives de rénovation. Ces mesures permettent d’apporter un coup d’accélérateur à l’assainissement énergétique du parc immobilier genevois ainsi qu’au développement des énergies renouvelables. Par exemple, les économies d’énergie réalisées depuis plus de dix ans grâce au programme SIG-éco21 et la rénovation énergétique du domaine bâti permettent au canton de Genève d’être un leader de la transition énergétique.

Le Canton a aussi engagé des partenariats avec des grands consommateurs, des acteurs du secteur de l’hôtellerie et des propriétaires de parc immobilier pour réaliser un audit de leur consommation énergétique.

Les communes genevoises s’emparent aussi de cette problématique. C’est le cas de Bernex avec son programme «Sortir du Mazout», dont l’objectif est de réduire de 96 % la consommation de mazout à l’horizon 2030 ou encore le projet pilote «Onex-Rénove», qui a pour but de faciliter et d’encourager les rénovations énergétiques des bâtiments de la Cité.

Quel impact le Léman Express aura-t-il sur l’urbanisme?

Le Léman Express, c’est bien plus qu’une ligne de transport. Cet axe ferroviaire deviendra la colonne vertébrale du développement urbain du canton avec de nouveaux quartiers qui naissent le long de la ligne. Autour des cinq gares en construction côté suisse et celle d’Annemasse, de nouveaux quartiers vont voir le jour avec pas moins de 3000 logements en perspective. Le Léman Express permettra aussi de relier les nouveaux quartiers, tels que ceux des Cherpines, ainsi que les secteurs de l’aéroport et de Sécheron.

Ce nouvel axe de transport agira comme un aimant pour construire la ville de demain que l’on souhaite être celle des courtes distances. Par ailleurs, le Conseil d’Etat prévoit de mettre à disposition de la population une offre supplémentaire de 20 % de transports collectifs par rapport à 2019. Cela se traduira notamment par un grand nombre de rabattements de lignes vers les gares du Léman Express, qui vont fortement modifier les habitudes en termes de mobilité à Genève et dans la région.

Genève est l’un des six cantons romands les plus actifs en termes de constructions (tous chantiers confondus). L’impact environnemental a-t-il été calculé? Quelles mesures ont été mises en place pour protéger l’environnement?

La protection de notre environnement, qu’il soit naturel ou bâti, me tient à cœur. Il s’agit de protéger la zone agricole, les cours d’eau, les forêts et de construire des centres urbains là où cela a du sens. Le développement urbain est à inscrire dans une logique de durabilité. L’aménagement du territoire doit diminuer son impact sur l’environnement et intégrer des notions de transition énergétique, de protection de la zone agricole et de corridors biologiques. C’est justement là que réside l’un des principaux enjeux du Projet d’agglomération, car la nature ne se préoccupe pas des frontières humaines; les pénétrantes de verdure sont à préserver selon une approche de nature «sauvage».

Désirez-vous aussi combiner ville dense et nature?

Nous devons aussi pouvoir combiner la ville dense avec la nature : construire «la ville en ville» est un moyen de préserver des espaces de nature intacts! Vivre en ville est le mode le plus écologique, c’est à dire avec le moins d’impact possible sur l’environnement. C’est pour cela que nous devons densifier autour des axes de transports publics. Une autre mesure consiste à ramener de la nature en ville, dans les nouveaux quartiers. Nous y planifions la création d’environ 900 000 m2 d’espaces verts, dont 50 % seront des parcs à usage public, soit près de huit fois le parc des Bastions. La plantation d’arbres va aussi s’intensifier et les toits végétalisés sont encouragés par le biais de subventions. Une ville plus végétale et aussi blanche nous aidera à lutter contre le phénomène des îlots de chaleur.