• Interview

      Dossiers Publics interroge celles et ceux qui font bouger la Suisse: les actrices et acteurs issus du monde politique ainsi que des secteurs privés et publics
    • Jean-Dominique Michel: apprendre à mieux mettre à profit l’intelligence collective

      Jean-Dominique Michel: apprendre à mieux mettre à profit l’intelligence collective

      Le Genevois Jean-Dominique Michel a beaucoup fait parler de lui tout au long de la crise sanitaire, notamment dans les médias français. L’anthropologue de la santé vient de publier un essai intitulé: covid: anatomie d’une crise sanitaire, aux éditions HumenSciences. Le « Raoult suisse » s’est confié à Dossiers Publics.

      Afrique: une force sous-estimée
      Afrique: une force sous-estimée

      Investir dans les pays émergents... Ne nous mentons pas : quand on évoque cette option, forcément, même chez les mieux intentionnés parmi nous, une kyrielle d'idées reçues, de craintes plus ou moins fondées se retrouvent inexorablement sous les projecteurs. Rencontre...

      Le CHUV au cœur d’une pandémie
      Le CHUV au cœur d’une pandémie

      Alors que la communauté scientifique se lance dans une course contre-la-montre pour trouver un vaccin, et que le peuple suisse sort de son semi-confinement, le CHUV se dit prêt à affronter le prochain pic. Du jour au lendemain, le nouveau coronavirus (SARS-CoV-2) a...

    • (VS) SEULEMENT 5 % DE BILINGUES

      (VS) SEULEMENT 5 % DE BILINGUES

      Le Valais a beau être l’un des trois cantons officiellement bilingues du pays, seul un valaisan sur vingt parle la seconde langue officielle. C’est ce que révèle le numéro de juillet du bulletin d’information de l’office cantonal de statistique et de péréquation....

    • (NE) UN BUS POUR RELIER LES BRENETS A LA PLACE DU TRAIN

      (NE) UN BUS POUR RELIER LES BRENETS A LA PLACE DU TRAIN

      Le petit train régional reliant Les Brenets au Locle fera bientôt partie de l’histoire. Inauguré en 1890, le chemin de fer à voie étroite arrivait en bout de course. Grâce à un accord entre la Confédération et le canton, un bus électrique circulant en site propre le...

    • (VS) NAISSANCE DE LOUVETAUX DANS LE BAS-VALAIS

      (VS) NAISSANCE DE LOUVETAUX DANS LE BAS-VALAIS

      Le service valaisan de la chasse a communiqué le 31 juillet la naissance de quatre louvetaux. C’est la deuxième année de suite que cela se produit dans la région. Les animaux ont été observés grâce à des pièges photographiques sur les hauteurs de Vionnaz et Vouvry,...

    • LILI, UN ADJUDANT QUI MIAULE À L’ARMÉE

      LILI, UN ADJUDANT QUI MIAULE À L’ARMÉE

      Mascotte du centre de recrutement de Sumiswald (BE), la chatte Lili est passée du grade d’adjudant sous-officier à celui d'adjudant EM. Elle a obtenu cette promotion pour «son service infaillible en soutien moral à la troupe». Bien qu’habitant une ferme voisine, le...

    • PROFESSEUR DE LA HES-SO VALAIS PRIMÉ

      PROFESSEUR DE LA HES-SO VALAIS PRIMÉ

      Professeur à la Haute école d’ingénierie, Manuele Margni a remporté le Prix du Gala Meritas du meilleur enseignant en développement durable à Polytechnique Montréal. Le concours a été présidé par les associations étudiantes de Polytechnique. Manuel Margni est...

    • UNE NOUVELLE DIRECTRICE AUX TRANSPORTS LAUSANNOIS

      UNE NOUVELLE DIRECTRICE AUX TRANSPORTS LAUSANNOIS

      Patricia Solioz Mathys (44 ans) a été nommée en juin directrice des Transports publics de la région lausannoise (tl). Elle entrera en fonction à partir du 1er décembre 2020, en remplacement de Michel Joye, qui a fait valoir son droit à la retraite. Avant ce poste,...

    • DARIUS ROCHEBIN: LE PRÉSENTATEUR VEDETTE DES ROMANDS PART EN FRANCE

      DARIUS ROCHEBIN: LE PRÉSENTATEUR VEDETTE DES ROMANDS PART EN FRANCE

      Une page se tourne dans le paysage audiovisuel romand. Darius Rochebin, le journaliste phare de la Suisse romande et présentateur du 19:30 depuis 1998 a quitté la RTS pour rejoindre la chaîne de télévision française d'information en continu LCI, qui appartient au...

    • Événement

      Retrouvez les derniers événements auxquels Dossiers Publics était présent

    • Une aide-soignante engagée

      Une aide-soignante engagée

      Doris Abbyad, aide-soignante aux HUG depuis 1983 (en unité d’attente de placement en EMS) et présidente de l’association Culture & Loisirs (association de personnel hospitalier et de santé sociale), nous livre son vécu de la crise du covid-19. Quelles difficultés...

    • Rentrée des entreprises 2019

      Rentrée des entreprises 2019

      Dossiers Publics était présent à la Rentrée des Entreprises 2019 à l'Arena de Genève, l'événement...

    • Articles

      Vous trouverez ici tous les articles de Dossiers Publics par catégorie
    • CONCOURS DE PONTS 2020

      CONCOURS DE PONTS 2020

      « Sortir des sentiers battus avec le bois» Ces dernières années, le développement durable est devenu l’une des préoccupations premières de la société. Le bois, en tant que biomasse renouvelable, est la seule matière première qui absorbe durablement le CO2. La...

      Une oasis aux portes de Lausanne
      Une oasis aux portes de Lausanne

      Entre le cadre agréable, la responsabilité environnementale et l’efficience économique, Oassis est un nouveau bijou immobilier qui voit le jour dans la région de l'ouest lausannois. Lausanne et sa région sont actuellement propulsées par une vague de constructions sans...

      Le salon RH 2020 «goes digital»
      Le salon RH 2020 «goes digital»

      Le covid-19 n'empêchera pas l'édition 2020 du salon RH mais le transformera en Salon Digital. C'est inédit, le salon qui devait déjà comporter un volet digital, se déroulera entièrement en ligne. Entretien avec son directeur, Achim Frerker. Le Salon RH aura lieu...

      Crise du covid-19 : la culture en danger ?
      Crise du covid-19 : la culture en danger ?

      Le secteur de la culture fait partie de ceux qui ont été le plus durement touchés par la crise sanitaire. Bilan sur l’impact social, économique et sur les perspectives à venir. Une économie à l’arrêt pendant près de deux mois. Pas de théâtres, pas de cinémas, des...

    • Cahiers spéciaux

      Retrouvez ici nos Cahiers Spéciaux traitant des grandes thématiques relatives à la Romandie
    • Canton de Vaud

      Pascal Broulis: “l’État doit être un catalyseur de projets”

      Pascal Broulis: “l’État doit être un catalyseur de projets”

      Cathédrale de Lausanne, Château St-Maire, Vaudoise Arena, Vortex, Maison de l’Environnement, MCBA ou encore Plateforme 10, autant de noms évocateurs de chantiers et de réalisations d’envergure entrepris depuis 2017 dans le canton avec l’Etat de...

      Vaud+, la marque territoriale qui rayonne

      Vaud+, la marque territoriale qui rayonne

      Le branding territorial n’est pas vraiment une nouveauté et ce n’est pas les cantons du Valais ou des Grisons qui diront le contraire. Et comme les Vaudoises et les Vaudois ont du talent, il fallait le dire haut et fort, il fallait le faire...

      Smart City

      Smart parking: quand se garer devient un plaisir

      Smart parking: quand se garer devient un plaisir

      Tous les lieux de stationnement sont différents. Et parfois cette différence affichée est pour son utilisateur source de stress. Désormais, grâce à l’information instantanée, trouver une place pour son véhicule devient (presque) un jeu d’enfant Tout d’abord, il y a...

      L’entrepreneur qui voulait transformer nos modes de vie

      L’entrepreneur qui voulait transformer nos modes de vie

      Né à Lausanne à l’ère du numérique, Christophe Haldi fait partie de la génération Y. À 30 ans, il est aujourd’hui CEO et fondateur de la société eeproperty, spécialiste de systèmes de gestion intelligents La liste des 30 under 30  du prestigieux magazine américain...

      Le SOC: la botte secrète de l’État de Vaud contre les cyberpirates

      Le SOC: la botte secrète de l’État de Vaud contre les cyberpirates

      Créée en 2015, cette unité de cinq personnes agit comme un poste de pilotage qui offre une vue consolidée et permet de mieux répondre aux cyber-attaques Perturbations, manipulations, sabotages et autres attaques ciblées par l’intermédiaire de réseaux électroniques...

Publicités

Antonio Hodgers, Président du Conseil d’Etat chargé du département du territoire, revient sur les chantiers réalisés et les projets en cours dans le cadre du développement urbain. Dans ce contexte, la protection de l’environnement est, pour lui, une priorité.

Dossiers Publics: Les villes intelligentes et les écoquartiers sont-ils vraiment l’avenir dans le bassin lémanique? Comment cela se retranscrira-t-il selon vous en termes économiques, écologiques et sociaux?

Antonio Hodgers: Les écoquartiers ne sont pas une musique d’avenir mais déjà bien implantés dans le tissu urbain genevois. Je pense par exemple  à l’écoquartier des Vergers à Meyrin, qui accueillera 3000 nouveaux habitants d’ici 2020, ces quartiers durables sont une nécessité de nos jours pour respecter au mieux notre environnement, être performant en matière énergétique et favoriser les liens sociaux. Ce nouveau mode d’habiter allie plusieurs axes d’importance qui manifestement correspondent aux attentes de la population en matière de qualité urbaine.

Les villes intelligentes, aussi appelées «Smart cities», permettent d’articuler la révolution numérique avec la qualité attendue dans les villes. Les applications potentielles sont multiples, par exemple en matière de gestion de la mobilité ou d’accès aux donnés du territoire. L’essentiel me semble être que ces dispositifs servent d’abord l’intérêt général.

Quels sont à votre avis les opportunités et les risques de ce regroupement local de représentants de différentes couches de la population (transculturalité, commerce de proximité, inclusivité …)?

La mixité, qu’elle soit culturelle, sociale ou d’activités, représente à mes yeux plus d’atouts et d’opportunités que de risques. La mixité sociale par exemple passe par la définition des types de logements à réaliser dans chaque quartier. Nous devons tendre à un ratio de 1/3 de logements sociaux, 1/3 de locatifs pour la classe moyenne et 1/3 de propriétés par étage pour la classe moyenne et supérieure. Ce mélange des catégories permet d’éviter le phénomène des ghettos ou la gentrification de quartiers entiers, néfastes au vivre ensemble. Car un quartier ne se résume pas uniquement à un alignement d’immeubles, il lui faut une âme; il faut certes créer du logement, mais aussi y proposer des liens sociaux entre les habitants.

En quoi consiste la stratégie énergétique 2050, adoptée par le conseil Fédéral?

Elle a pour but une société à 2000 Watts sans nucléaire, c’est-à-dire qui ne consomme pas plus que ce que la planète peut lui donner. Concrètement, au niveau suisse, il s’agit de diviser par trois la consommation énergétique par personne d’ici 2050 et de développer les énergies renouvelables, comme le solaire, l’éolien, l’hydraulique ou la biomasse, pour couvrir trois quarts des besoins.

Quels sont les grands axes prévus par le canton de Genève pour mettre en œuvre tout cela?

Pour Genève, l’objectif intermédiaire de réduire la consommation thermique d’énergie fossile annuelle par personne de -29% d’ici 2020 (objectif fixé en 2000) a déjà été atteint en 2016! La prochaine étape est d’atteindre ­une baisse de 53 % de consommation en 2035. D’ici 2023 déjà, nous visons une diminution de 10 % de watts par habitant.

Nous travaillons sur deux principaux projets d’importance à Genève : la géothermie profonde et Genilac. Le premier consiste à utiliser la chaleur de la terre pour le chauffage ou la production d’électricité. C’est une source d’énergie locale, propre, renouvelable et disponible en continu. La géothermie pourrait couvrir environ 20% des besoins de chaleur du canton d’ici à une vingtaine d’années. Le second, Genilac, est un réseau qui utilise l’eau du lac pour amener du chaud et du froid au centre-ville et dans le secteur de l’aéroport. Je mentionnerai aussi les toits de Genève qui représentent une belle opportunité : l’objectif est de doubler tous les cinq ans la production d’énergie solaire.


Le forage exploratoire de Satigny, réalisé dans le cadre du programme de géothermie profonde: GEothermie 2020

Quel budget a été alloué au Canton pour les rénovations énergétiques?

Concernant les rénovations énergétiques, le Canton en collaboration avec la Confédération, via le programme Bâtiments, offre chaque année des subventions généreuses aux propriétaires immobiliers. En 2019, ce sont 35 millions de francs qui sont mis à disposition pour effectuer une rénovation énergétique d’un bâtiment, contre 32 millions en 2018 et 25 millions en 2017.

Un quartier ne se résume pas uniquement à un alignement d’immeubles, il lui faut une âme; il faut certes créer du logement, mais aussi y proposer du lien social entre les habitants

Quels sont les avantages qu’offre le canton pour inciter les propriétaires à la rénovation?

Le Canton de Genève et les services industriels de Genève (SIG) unissent désormais leurs forces pour accélérer la transition énergétique du canton. Cela se concrétise par la mise en œuvre de mesures conjointes. Il s’agit, d’une part, de favoriser la rénovation énergétique du bâti grâce aux subventions coordonnées entre la Confédération, le Canton et les SIG et, d’autre part, de trouver des solutions inédites pour encourager les initiatives de rénovation. Ces mesures permettent d’apporter un coup d’accélérateur à l’assainissement énergétique du parc immobilier genevois ainsi qu’au développement des énergies renouvelables. Par exemple, les économies d’énergie réalisées depuis plus de dix ans grâce au programme SIG-éco21 et la rénovation énergétique du domaine bâti permettent au canton de Genève d’être un leader de la transition énergétique.

Le Canton a aussi engagé des partenariats avec des grands consommateurs, des acteurs du secteur de l’hôtellerie et des propriétaires de parc immobilier pour réaliser un audit de leur consommation énergétique.

Les communes genevoises s’emparent aussi de cette problématique. C’est le cas de Bernex avec son programme «Sortir du Mazout», dont l’objectif est de réduire de 96 % la consommation de mazout à l’horizon 2030 ou encore le projet pilote «Onex-Rénove», qui a pour but de faciliter et d’encourager les rénovations énergétiques des bâtiments de la Cité.

Quel impact le Léman Express aura-t-il sur l’urbanisme?

Le Léman Express, c’est bien plus qu’une ligne de transport. Cet axe ferroviaire deviendra la colonne vertébrale du développement urbain du canton avec de nouveaux quartiers qui naissent le long de la ligne. Autour des cinq gares en construction côté suisse et celle d’Annemasse, de nouveaux quartiers vont voir le jour avec pas moins de 3000 logements en perspective. Le Léman Express permettra aussi de relier les nouveaux quartiers, tels que ceux des Cherpines, ainsi que les secteurs de l’aéroport et de Sécheron.

Ce nouvel axe de transport agira comme un aimant pour construire la ville de demain que l’on souhaite être celle des courtes distances. Par ailleurs, le Conseil d’Etat prévoit de mettre à disposition de la population une offre supplémentaire de 20 % de transports collectifs par rapport à 2019. Cela se traduira notamment par un grand nombre de rabattements de lignes vers les gares du Léman Express, qui vont fortement modifier les habitudes en termes de mobilité à Genève et dans la région.

Genève est l’un des six cantons romands les plus actifs en termes de constructions (tous chantiers confondus). L’impact environnemental a-t-il été calculé? Quelles mesures ont été mises en place pour protéger l’environnement?

La protection de notre environnement, qu’il soit naturel ou bâti, me tient à cœur. Il s’agit de protéger la zone agricole, les cours d’eau, les forêts et de construire des centres urbains là où cela a du sens. Le développement urbain est à inscrire dans une logique de durabilité. L’aménagement du territoire doit diminuer son impact sur l’environnement et intégrer des notions de transition énergétique, de protection de la zone agricole et de corridors biologiques. C’est justement là que réside l’un des principaux enjeux du Projet d’agglomération, car la nature ne se préoccupe pas des frontières humaines; les pénétrantes de verdure sont à préserver selon une approche de nature «sauvage».

Désirez-vous aussi combiner ville dense et nature?

Nous devons aussi pouvoir combiner la ville dense avec la nature : construire «la ville en ville» est un moyen de préserver des espaces de nature intacts! Vivre en ville est le mode le plus écologique, c’est à dire avec le moins d’impact possible sur l’environnement. C’est pour cela que nous devons densifier autour des axes de transports publics. Une autre mesure consiste à ramener de la nature en ville, dans les nouveaux quartiers. Nous y planifions la création d’environ 900 000 m2 d’espaces verts, dont 50 % seront des parcs à usage public, soit près de huit fois le parc des Bastions. La plantation d’arbres va aussi s’intensifier et les toits végétalisés sont encouragés par le biais de subventions. Une ville plus végétale et aussi blanche nous aidera à lutter contre le phénomène des îlots de chaleur.