• Interview

      Dossiers Publics interroge celles et ceux qui font bouger la Suisse: les actrices et acteurs issus du monde politique ainsi que des secteurs privés et publics
    • Sécurité 2.0, l’objectif de Mauro Poggia
      Sécurité 2.0, l’objectif de Mauro Poggia

      Quelles solutions pour notre société en voie de numérisation? Conscient des enjeux posés par cette mutation, le conseiller d’État genevois Mauro Poggia multiplie les actions et les partenariats, avec en ligne de mire la sécurité de demain. Déjà au centre des...

    • VS: des mesures pour préserver la vache d’hérens

      VS: des mesures pour préserver la vache d’hérens

      Star emblématique des alpages valaisans, la vache d’Hérens tend à se raréfier, malgré le succès sans cesse renouvelé de ses fameux combats de Reines. Une diminution du cheptel que connaissent aussi les neuf autres races ovines et bovines locales, et que le canton a...

    • GE: pour une meilleure gestion de l’eau potable…

      GE: pour une meilleure gestion de l’eau potable…

      Face aux défis posés par l’urgence climatique, la pollution et une démographie galopante, l’eau s’impose plus que jamais comme un enjeu majeur en matière de santé publique. Confrontée en 2019 à un rapport de sa Cour des comptes pointant certaines faiblesses dans sa...

    • VS : des vagues au cœur des alpes

      VS : des vagues au cœur des alpes

      Les adeptes du surf vont s’en donner à cœur joie ! Non contents de pouvoir pratiquer leur sport de glisse favori sur les pentes enneigées du Valais, ils sont désormais invités à tester leur agilité sur les rouleaux océaniques d’Alaïa Bay. Première piscine à vagues...

    • Livia Leu Agosti : une femme de tête pour négocier avec l’Europe

      Livia Leu Agosti : une femme de tête pour négocier avec l’Europe

      Lier le charme aux compétences pour composer avec Bruxelles? C’est le parti pris par Igniazio Cassis, chef du DFAE, avec l’élection à la tête du Département des affaires européennes de Livia Leu Agosti. Diplomate chevronnée et fine négociatrice, celle qui fut la...

    • Élection bicéphale au Parti Socialiste Suisse

      Élection bicéphale au Parti Socialiste Suisse

      Mattea Meyer a été élue le samedi 17 octobre comme co-présidente du Parti socialiste suisse. Âgée de 32 ans, mère d'une fillette de trois ans, elle habite Winterthour et est entrée au Conseil national en 2015, après avoir siégé au Grand Conseil zurichois de 2011 à...

    • Prix environnemental de l’économie

      Prix environnemental de l’économie

      Ce prix prestigieux a été reçu le 17 septembre dernier par l'entreprise Eberhard Unternehmungen de Kloten. Placé pour la première fois sous la présidence de Doris Leuthardt, le jury a du choisir entre trois finalistes. Eberhard Unternehmungen, pionnière de l' urban...

    • Neuchâtel renouvelle sa confiance en Kilian Stoffel

      Neuchâtel renouvelle sa confiance en Kilian Stoffel

      Déjà nommé une première fois à la tête de l’Université de Neuchâtel en 2016, Kilian Stoffel a été reconduit pour un nouveau mandat de quatre ans au poste de recteur de l’institution. Une décision qui fait sens considérant les défis majeurs qu’il a su relever au cours...

    • Fabio Regazzi prend la tête de l’USAM

      Fabio Regazzi prend la tête de l’USAM

      L’Union suisse des arts et métiers (USAM) innove en élisant pour la première fois à sa tête un Tessinois: le conseiller national PDC Fabio Regazzi. Âgé de 57 ans, cet avocat et entrepreneur, qui succède ainsi à Jean-François Rime, se déclare «motivé et prêt à...

    • Événement

      Retrouvez les derniers événements auxquels Dossiers Publics était présent

    • Une aide-soignante engagée

      Une aide-soignante engagée

      Doris Abbyad, aide-soignante aux HUG depuis 1983 (en unité d’attente de placement en EMS) et présidente de l’association Culture & Loisirs (association de personnel hospitalier et de santé sociale), nous livre son vécu de la crise du covid-19. Quelles difficultés...

    • Rentrée des entreprises 2019

      Rentrée des entreprises 2019

      Dossiers Publics était présent à la Rentrée des Entreprises 2019 à l'Arena de Genève, l'événement...

    • Cahiers spéciaux

      Retrouvez ici nos Cahiers Spéciaux traitant des grandes thématiques relatives à la Romandie
    • Environnement

      Daphne Technology, comme un air de mer propre

      Daphne Technology, comme un air de mer propre

      Limiter la pollution atmosphérique par la purification des gaz d’échappement et révolutionner l’industrie du transport maritime, c’est le rêve d’une start-up née à l’EPFL. Active dans la très en vogue technologie propre, et désormais forte d’un financement de l’UE,...

      L’acier, matériau durable

      L’acier, matériau durable

      Bien que l'industrie sidérurgique soit responsable d’une consommation très importante de ressources et génère un volume de déchets proportionnel, les pressions exercées pour la rendre plus durable sont considérables. En tant que matériau de construction, l'acier offre...

      Canton de Vaud

      Pascal Broulis: “l’État doit être un catalyseur de projets”

      Pascal Broulis: “l’État doit être un catalyseur de projets”

      Cathédrale de Lausanne, Château St-Maire, Vaudoise Arena, Vortex, Maison de l’Environnement, MCBA ou encore Plateforme 10, autant de noms évocateurs de chantiers et de réalisations d’envergure entrepris depuis 2017 dans le canton avec l’Etat de Vaud comme point commun...

      Vaud+, la marque territoriale qui rayonne

      Vaud+, la marque territoriale qui rayonne

      Le branding territorial n’est pas vraiment une nouveauté et ce n’est pas les cantons du Valais ou des Grisons qui diront le contraire. Et comme les Vaudoises et les Vaudois ont du talent, il fallait le dire haut et fort, il fallait le faire...

Publicités

S’il porte haut les couleurs de la Suisse dans le monde entier, Bertrand Piccard n’en est pas moins, et avant tout, un citoyen de la planète actif et engagé. Tour d’horizon sur terre, dans les airs et jusqu’au plus profond des océans.

L’une des premières personnalités qui vient à l’esprit lorsqu’on associe les mots Suisse et protection de l’environnement est sans nul doute Bertrand Piccard. L’homme de Solar Impulse, du tour du monde en ballon, tout droit sorti d’un roman de Jules Verne relu et corrigé par Philip K. Dick, répond aux questions de Dossiers Publics. Il nous parle de sa vie presque ordinaire de père de famille, psychiatre, aéronaute, aventurier, visionnaire et fervent défenseur des technologies propres.

Si vous deviez nous faire un «elevator pitch» au sujet de Bertrand Piccard, nous dire qui il est, ce qu’il fait dans la vie, en quelques phrases ?
En ma qualité de médecin, je suis passionné par la qualité de vie de l’humanité, et en tant qu’explorateur, je m’intéresse aux nouvelles manières de penser et d’agir. C’est ce qui m’a amené à faire deux tours du monde. Le premier sans escale en ballon, et le second en avion solaire. Je me consacre désormais à la recherche de solutions financièrement rentables au défi environnemental, afin de sortir du clivage entre économie et écologie.

A quoi ressemble une de vos journées (a)typiques ?
Il n’y a aucune routine, ni aucune habitude. Une journée peut aller d’un vol en avion électrique, à une conférence pour des chefs d’État, en passant par la rédaction des réponses à une interview.

On a souvent parlé de votre ascendance proprement unique au monde, qu’il s’agisse de votre père comme de votre grand-père, chacun dans son domaine. Pourriez-vous nous parler un peu de vos racines et de ce qu’elles ont fait de vous ? Est-ce que cela vous a donné une grande liberté ou plutôt une forme de pression ?
Avec la première ascension stratosphérique effectuée par mon grand-père en 1931, ainsi que la plongée de mon père dans la fosse des Mariannes en 1960, j’ai eu des exemples fascinants d’expéditions scientifiques utiles ayant pour but de protéger l’environnement. Mon grand-père a voulu prouver qu’il était possible de voler dans de l’air raréfié, avec moins de résistance, et ainsi faire des économies de carburant, et la plongée de mon père avait pour but de démontrer l’existence de vie dans les fosses marines et ainsi empêcher les gouvernements d’y jeter leurs déchets radioactifs. Pour moi, l’aventure scientifique a toujours eu pour but de protéger l’environnement, et c’est ce que j’ai souhaité faire avec mon tour du monde en avion solaire, afin de promouvoir les technologies propres et les énergies renouvelables.

Mon père ne m’a jamais enfermé dans le besoin de suivre la tradition familiale. Au contraire, il m’a toujours laissé libre de faire ce que je voulais, à une seule condition : avoir un esprit de pionnier, de la curiosité et de la remise en question. J’avais donc une grande liberté, ce qui m’a permis de décliner l’héritage familial sur un plan humaniste.

Ce que je m’efforce de faire, c’est de réconcilier économie et écologie, en montrant que la protection de l’environnement crée plus d’emplois et rapporte plus de profits que sa destruction

Parmi vos nombreuses fonctions, on notera celle d’Ambassadeur de Bonne Volonté dans le cadre du programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) et conseiller spécial de la Commission Européenne. Comment définissez-vous votre mission, vos responsabilités et vos objectifs?
Ce que je m’efforce de faire, c’est de réconcilier économie et écologie, en montrant que la protection de l’environnement crée plus d’emplois et rapporte plus de profits que sa destruction. Pour le prouver, j’ai lancé la Fondation Solar Impulse, avec le but de sélectionner 1000 solutions financièrement rentables capables de protéger l’environnement et de les amener aux dirigeants économiques et politiques afin de leur donner les outils pour adopter des politiques environnementales plus ambitieuses.

L’explorateur de la nature a-t-il encore sa place dans un monde gouverné par la technologie? Comment imaginez-vous l’aventurier du XXIe siècle ?
Aujourd’hui, il reste de la place pour l’aventure personnelle. Celle qui consiste à faire des exploits qui ont déjà été accomplis par d’autres mais dont on s’inspire soi-même pour dépasser ses propres limites. En termes d’exploration, ce ne sont plus de nouveaux territoires qu’il faut découvrir, car nous les avons tous découverts, jusqu’à la Lune, mais plutôt des nouvelles manières de vivre de manière durable, de protéger l’environnement, de lutter contre la pauvreté, et de lutter contre les grands défis de notre époque.

Bertrand Piccard, lors de son tour du monde aux commandes de l’avion solaire Solar Impulse 2

Après l’exploit du tour du monde en avion solaire, peut-on s’attendre à un nouveau projet fou de votre part ?
Personne n’est à l’abri d’un nouveau rêve. Mais pour l’instant mon but est vraiment de développer le portfolio des 1000 solutions.

Face à la montée des inégalités sociales, le changement climatique et les conséquences qu’il entraîne, l’incertitude économique dans une période particulièrement troublée, quel est le message du « savanturier » Piccard ?
Les inégalités ne sont pas seulement moralement inacceptables, elles sont aussi extrêmement dangereuses pour la stabilité de notre monde. La décroissance prônée par certains écologistes renforcerait à mon avis les inégalités. Et ce que je prône aujourd’hui c’est un nouveau modèle de croissance durable : qualitative, et non plus seulement quantitative, qui permet de créer des emplois et de générer du profit en remplaçant tout ce qui pollue par ce qui protège l’environnement. Ceci est également possible dans les pays en voie de développement, où les énergies renouvelables permettent de créer de la richesse locale et de réduire les inégalités.