• Interview

      Dossiers Publics interroge celles et ceux qui font bouger la Suisse: les actrices et acteurs issus du monde politique ainsi que des secteurs privés et publics
    • Career Women’s Forum, Les femmes sur le devant de la scène

      Career Women’s Forum, Les femmes sur le devant de la scène

      Œuvrer à l’égalité entre les sexes via une association de femmes professionnelles qui se réunissent, échangent et s’entraident ? C’est le postulat de base du Career Women’s Forum, qui fête ses 40 ans en 2022. Rencontre avec sa présidente, Véronique Riondel Angebault...

      Nils Soguel : Au cœur de l’action publique
      Nils Soguel : Au cœur de l’action publique

      Le directeur de l'Institut de hautes études en administration publique (IDHEAP) revient pour Dossiers Publics sur l'historique et le rôle de la haute école située sur le campus de l'Université de Lausanne, à l'occasion de son 40e anniversaire. D.P. : Cher professeur,...

      Olga Darazs : ingénieuse par nature
      Olga Darazs : ingénieuse par nature

      Présidente du conseil d'administration du Groupe CSD INGÉNIEURS depuis 2011, l'hydrogéologue Olga Darazs revient, dans cet entretien, sur les moments marquants de ce groupe qui a su évoluer en apportant des solutions aux principaux défis environnementaux. Plus grande...

    • VS : enjeux environnementaux expliqués aux élèves

      VS : enjeux environnementaux expliqués aux élèves

      Le Musée de la nature du Valais et la Haute École pédagogique du Valais présentent l’exposition itinérante Objectif Terre aux établissements du secondaire post-obligatoire. Cette expo permet de mieux comprendre les enjeux liés aux choix relatifs à l’avenir de la...

    • JU : archives de journaux locaux numérisés

      JU : archives de journaux locaux numérisés

      La Bibliothèque cantonale jurassienne en collaboration avec la Bibliothèque nationale suisse met à disposition librement en ligne toutes les éditions des journaux L’Ajoie et Le Franc-Montagnard de leur création jusqu’à nos jours. Les archives des deux titres sont...

    • Suisse : effets indésirables du vaccin

      Suisse : effets indésirables du vaccin

      Au total, 12 334 déclarations d’effets indésirables de vaccins contre le COVID-19 ont été évaluées en Suisse par Swissmedic à la date du 8 février 2022. Quelque 67,7 % des déclaration portaient sur le vaccin Moderna (63 % des doses administrées en Suisse) et...

    • De la RTS au canton de Genève

      De la RTS au canton de Genève

      Cheffe de la rubrique politique de la RTS, Esther Mamarbachi va désormais travailler pour le compte du canton de Genève. La journaliste et présentatrice a été nommée secrétaire générale adjointe du Département genevois de l'économie et de l'emploi dirigé par la...

    • OFROU: une nouvelle responsable pour les autoroutes romandes

      OFROU: une nouvelle responsable pour les autoroutes romandes

      Dès août 2022, Valentina Kumpusch, 48 ans, sera la nouvelle vice-directrice de l’Office fédéral des routes (OFROU) et cheffe de la division Infrastructure routière en remplacement de Pascal Mertenat, démissionnaire pour des raisons de santé. Elle assumera la...

    • VD: du service pénitentiaire au commandement de la police

      VD: du service pénitentiaire au commandement de la police

      Cheffe du Service pénitentiaire (SPEN) depuis un peu plus de 10 ans, Sylvie Bula a été nommée commandante de la Police cantonale vaudoise par le Conseil d'État. Elle va entrer en fonction en juillet prochain à l'occasion du départ à la retraite de l'ancien juge...

    • GE: nouveau Secrétaire général du département des infrastructures

      GE: nouveau Secrétaire général du département des infrastructures

      Secrétaire général du département des infrastructures (DI) depuis 18 ans, Philippe Matthey, va quitter l’État en juillet prochain pour une rente-pont AVS. Le Conseil d'État a désigné M. Guy Schrenzel pour lui succéder. Secrétaire général adjoint au DI depuis 2017, il...

    • Virginie Masserey, de Berne à Lausanne

      Virginie Masserey, de Berne à Lausanne

      Avec Patrick Mathys, elle a été le visage de l’OFSP durant la crise du COVID-19. Médecin et infectiologue, Virginie Masserey, 57 ans, responsable de la section Contrôle de l’infection et programme de vaccination, va quitter l’Office fédéral de la santé publique (OFSP)...

    • Cahiers spéciaux

      Retrouvez ici nos Cahiers Spéciaux traitant des grandes thématiques relatives à la Romandie
    • Environnement

      9e Forum mondial de l’eau

      9e Forum mondial de l’eau

      Organisée conjointement par le Conseil mondial de l’eau et le Gouvernement sénégalais, la 9e édition du Forum mondial de l’eau se tient à Dakar du 21 au 26 mars 2022 avec pour thème « la sécurité de l’eau pour la paix et le développement ». En l’absence d’un...

      Canton de Vaud

      Pascal Broulis: « l’État doit être un catalyseur de projets »

      Pascal Broulis: « l’État doit être un catalyseur de projets »

      Cathédrale de Lausanne, Château St-Maire, Vaudoise Arena, Vortex, Maison de l’Environnement, MCBA ou encore Plateforme 10, autant de noms évocateurs de chantiers et de réalisations d’envergure entrepris depuis 2017 dans le canton avec l’Etat de Vaud comme point commun...

      Vaud+, la marque territoriale qui rayonne

      Vaud+, la marque territoriale qui rayonne

      Le branding territorial n’est pas vraiment une nouveauté et ce n’est pas les cantons du Valais ou des Grisons qui diront le contraire. Et comme les Vaudoises et les Vaudois ont du talent, il fallait le dire haut et fort, il fallait le faire...

  • Kits média

Publicités

Plus personne aujourd’hui ne peut ignorer que le changement climatique constitue une menace importante pour la planète et pour l’économie mondiale. Chaque acteur économique a ainsi un rôle à jouer pour réduire cette menace, y compris les institutions et établissements de droit public. Compte tenu de leur proximité avec les gouvernements, ils peuvent jouer un rôle essentiel, sous réserve de s’y préparer. Quelques pistes de réflexions pour y voir plus clair.

L’Accord de Paris 2015 a fixé des objectifs à atteindre à l’échelle mondiale afin de protéger la planète contre les risques liés au réchauffement climatique en contenant l’élévation de la température moyenne de la planète nettement en dessous de 2° C par rapport aux niveaux préindustriels et en poursuivant l’action menée pour limiter l’élévation de la température à 1.5° C par rapport aux niveaux préindustriels. Si aucune action n’est entreprise, les scénarios étudiés prévoient un réchauffement de la planète de l’ordre de 5 degrés (voire 7 degrés pour les plus pessimistes) et le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) estime qu’il reste dix ans pour engager des actions sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre avant d’atteindre un point de non-retour.

Cela étant posé, tout le monde s’accorde sur le fait que c’est l’activité humaine qui est la cause la plus importante du changement climatique. C’est donc tout naturellement que les mesures proposées visent en premier lieu à agir sur celles-ci.

Si tous les acteurs économiques (État, entreprises, institutions, etc.) laissent une empreinte carbone, le corollaire à ce constat est que chacune de ces entités peut donc agir pour la réduire et, ainsi, contribuer à la réduction du risque climatique.

Les activités qui contribuent à créer l’empreinte sont divisées en trois grandes familles regroupées sous le terme de « scopes 1, 2, 3 ».

• Le scope 1 regroupe les émissions directes, soit les émissions de gaz à effet de serre directement liées à la fabrication du produit ou de la prestation.

• Le scope 2 regroupe les émissions indirectes liées à la consommation d’énergie, soit les émissions de gaz à effet de serre liées aux consommations d’énergie nécessaires à la fabrication du produit ou de la prestation.

• Le scope 3 regroupe toutes les autres émissions indirectes, soit toutes les autres émissions de gaz à effet de serre qui ne sont pas liées directement à la fabrication du produit ou de la prestation, mais à d’autres étapes du cycle de vie du produit ou de la prestation (approvisionnement, transport, utilisation, recyclage, traitement des déchets, etc.).

Une majorité des programmes de lutte contre le réchauffement climatique portent sur les industries les plus polluantes et sont initiés par de grands acteurs de l’économie. Si ces actions commencent à porter leurs fruits, cela ne sera pas suffisant à l’échelle mondiale, et tous les acteurs doivent s’investir dans cette lutte, y compris les établissements et les institutions de droit public.

Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) estime qu’il reste dix ans pour engager des actions sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre avant d’atteindre un point de non-retour

Une appréciation de la situation en Suisse met en évidence que le niveau de maturité des établissements et des institutions de droit public en matière de lutte contre le réchauffement climatique varie fortement. Ainsi, les services industriels sont généralement très engagés sur ce thème, et les efforts fournis sont déjà importants tant dans le domaine de la production des énergies que dans celui des incitations à mieux les consommer. En travaillant sur leur scope 1, ils contribuent de manière directe au scope 2 des entreprises qui consomment l’énergie produite. L’engagement sur ce thème doit être poursuivi.

Cependant, il existe d’autres établissements ou institutions de droit public dont l’activité n’est pas aussi directement liée au réchauffement climatique. Ce n’est toutefois pas une raison suffisante pour ne rien entreprendre. Il existe généralement deux raisons qui expliquent le manque d’action :

  1. La prise de conscience du problème pas encore faite
  2. L’arbitrage des moyens

Si, pour la première raison, une information régulière et des incitations ciblées peuvent certainement être le point de départ d’un changement, pour la deuxième, le problème est plus délicat. Récemment, lors d’une interview, un responsable interrogé sur cette question a répondu que s’il devait engager des moyens de lutte contre le réchauffement climatique, cela se ferait automatiquement au détriment de sa mission principale (sous-entendu les prestations versées). La réponse peut avoir du sens, et si, bien entendu, nous ne pouvons pas déduire de cette réponse une règle de fonctionnement général pour les établissements et les institutions de droit public, force est de constater que ce point de vue est souvent partagé.

Cependant, compte tenu de l’urgence climatique et des risques que fait peser le dérèglement du climat – nous en sommes tous témoins ces dernières années, même en Suisse –, il est important de mettre en place des mesures qui permettent de faire les deux.

Pour mettre en place un tel programme, après l’étape de la prise de conscience, il peut être intéressant de procéder à un premier bilan carbone sur les scopes 1 et 2 de l’établissement ou de l’institution (le scope 3 sera réservé dans un deuxième temps à des établissements et institutions qui en ont le besoin). Cette action, généralement facturée à des prix très raisonnables par les sociétés spécialisées, permet d’avoir une photo de la situation à partir de laquelle il est possible d’agir. Les actions sont de deux types :

• Celles qui ont impact direct sur l’empreinte carbone et qui réduisent les émissions (pour les institutions ou établissements propriétaires d’un parc immobilier, travailler sur la consommation d’énergie des immeubles, l’isolation, etc.)

• Celles qui, à notre seule échelle, n’ont pas ou peu d’impact, par exemple ne pas investir dans le charbon. Des actions coordonnées à l’échelle mondiale de tous les investisseurs (ou des plus gros) peuvent conduire à des évolutions (notamment au travers de pression sur le financement de l’activité, de l’exercice des droits de vote aux assemblées générales, etc.), ainsi que des décisions étatiques ou réglementaires.

Les mesures évoquées ci-dessus ne peuvent cependant pas se mettre en place du jour au lendemain. Il est donc nécessaire d’utiliser des outils pour les planifier, tels que la trajectoire de descente. Il s’agit de définir, dans le temps, les actions qui permettront d’atteindre l’objectif fixé de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Cette planification ne saurait être complète sans un reporting sur les actions entreprises et les résultats enregistrés afin de les communiquer au public.

En résumé, il est important de prendre conscience que tous les établissements et les institutions de droit public ont un rôle essentiel à jouer dans la lutte contre le réchauffement climatique, notamment parce que leurs prestations s’adressent aux citoyennes et aux citoyens de notre pays. Cela ne pourra cependant pas se faire sans une vision claire des gouvernements et, surtout, sans la mise à disposition de moyens suffisants.