• Interview

      Dossiers Publics interroge celles et ceux qui font bouger la Suisse: les actrices et acteurs issus du monde politique ainsi que des secteurs privés et publics
    • Simone Wyss Fedele fait rayonner les PME suisses à l’étranger

      Simone Wyss Fedele fait rayonner les PME suisses à l’étranger

      Qui dit entreprises suisses pense Nestlé, Novartis, Glencore et autres titans que le monde entier nous envie. Mais comme l’arbre de Noël qui cache la forêt des lutins œuvrant dans l’ombre, ces géants de la Bourse ne doivent pas faire oublier que la Suisse regorge de...

      Garde suisse: un corps d’élite dans les coulisses du Vatican
      Garde suisse: un corps d’élite dans les coulisses du Vatican

      Hallebardier ayant servi sous le pape François, Guillaume Vergain se confie à Dossiers Publics et raconte ses années au sein de la Garde suisse pontificale, ce corps aussi légendaire que mystérieux. Comment devient-on garde suisse ? Quels sont les critères de...

      Entreprises de sécurité : le côté privé de la Force
      Entreprises de sécurité : le côté privé de la Force

      Les politiciens nous l’ont répété à l’envi depuis des années : « On ne peut pas mettre un policier derrière chaque citoyen » ! Ce qui, avouons-le, est plutôt une bonne nouvelle pour les plus paranoïaques d’entre nous… Garde du corps et directeur de deux entreprise...

    • JU: les soins aigus au cœur de Delémont

      JU: les soins aigus au cœur de Delémont

      Modulable, fonctionnel et accessible, c’est ainsi que Jacques Gygax, directeur de l’Hôpital du Jura, décrit l’établissement dédié aux soins aigus qu’il souhaite voir construire au cœur de Delémont, sur un terrain de 12'000 m2, propriété de la municipalité. Futur jalon...

    • VD: une maturité onéreuse

      VD: une maturité onéreuse

      L’harmonisation des pratiques a un coût, et le canton de Vaud pourrait bien en faire les frais dans le cadre de la nouvelle Ordonnance fédérale sur la reconnaissance des certificats de maturité gymnasiale, visant à harmoniser les disparités cantonales quant au cursus...

    • GE : moins de fonctionnaires pour Genève  ?

      GE : moins de fonctionnaires pour Genève  ?

      La fonction publique pèse-t-elle trop lourd sur les finances du canton ? C’est en tout cas l’avis émis par la droite genevoise, qui estime que le canton, régulièrement dans le rouge, pourrait bénéficier d’un gel de l’embauche de nouveaux fonctionnaires en cas de...

    • Gilles Stuck reprend les rênes du marché suisse chez Julius Bär

      Gilles Stuck reprend les rênes du marché suisse chez Julius Bär

      À nouvelle stratégie, nouvelle équipe dirigeante. Ainsi en a décidé Julius Bär, qui a choisi d’accompagner l’harmonisation de son approche du marché suisse par la désignation aux responsabilités de Gilles Stuck, collaborateur de la banque zurichoise depuis 2018 à la...

    • Key Family Partners accueille Emanuele Zanon Di Valgiurata

      Key Family Partners accueille Emanuele Zanon Di Valgiurata

      Connu pour avoir donné le jour à une nouvelle génération de multi-family offices offrant des solutions d’investissement sophistiquées et les plus hauts standards en matière de gouvernance, Key Family Partners agrandit son équipe avec la nomination au rang d’associé...

    • Hans Peter Wyss intègre la commission OPA de la FINMA

      Hans Peter Wyss intègre la commission OPA de la FINMA

      La Commission des offres publiques d’acquisition de la FINMA accueille un nouveau membre en la personne de Hans Peter Wyss, appelé en remplacement de Thomas Rufer, qui abandonnera le siège occupé depuis avril 2007 à la fin de cette année. Déjà vice-président du...

    • Un nouvel aumônier pour la garde pontificale

      Un nouvel aumônier pour la garde pontificale

      La garde pontificale ne saurait assurer son office sans l’encadrement et le soutien spirituels de son aumônier. Une mission d’importance, assurée pendant six ans par le père Thomas Widmer, auquel succède désormais le père Kolumban Reichlin. Né dans le canton de...

    • Événement

      Retrouvez les derniers événements auxquels Dossiers Publics était présent

    • Une aide-soignante engagée

      Une aide-soignante engagée

      Doris Abbyad, aide-soignante aux HUG depuis 1983 (en unité d’attente de placement en EMS) et présidente de l’association Culture & Loisirs (association de personnel hospitalier et de santé sociale), nous livre son vécu de la crise du covid-19. Quelles difficultés...

    • Rentrée des entreprises 2019

      Rentrée des entreprises 2019

      Dossiers Publics était présent à la Rentrée des Entreprises 2019 à l'Arena de Genève, l'événement...

    • Cahiers spéciaux

      Retrouvez ici nos Cahiers Spéciaux traitant des grandes thématiques relatives à la Romandie
    • Environnement

      La protection du climat grâce à des technologies innovantes

      La protection du climat grâce à des technologies innovantes

      Le Fonds de technologie cautionne des prêts aux entreprises suisses dont les produits innovants permettent d'obtenir une réduction durable des émissions de gaz à effet de serre. Qu'est-ce que le Fonds de technologie ? Le fonds de technologie est un instrument de la...

      Un catalyseur intelligent pour structures en béton

      Un catalyseur intelligent pour structures en béton

      Un catalyseur intelligent basé sur la nanotechnologie permet d’économiser le coût de la production et de réduire l’empreinte carbone du béton. Développée par l’équipe de Nanogence SA, cette innovation vise à créer des bénéfices concrets en faveur de la durabilité....

      Gamaya, quand les drones volent au secours de l’agriculture

      Gamaya, quand les drones volent au secours de l’agriculture

      Avec sa caméra hyperspectrale miniature, combinée à l’intelligence artificielle et embarquée sur un drone, la start-up Gamaya permet aux agriculteurs d’estimer les besoins de leurs champs avec une précision inédite : un pas de géant pour l’agriculture durable. Dans le...

      Canton de Vaud

      Pascal Broulis: “l’État doit être un catalyseur de projets”

      Pascal Broulis: “l’État doit être un catalyseur de projets”

      Cathédrale de Lausanne, Château St-Maire, Vaudoise Arena, Vortex, Maison de l’Environnement, MCBA ou encore Plateforme 10, autant de noms évocateurs de chantiers et de réalisations d’envergure entrepris depuis 2017 dans le canton avec l’Etat de Vaud comme point commun...

      Vaud+, la marque territoriale qui rayonne

      Vaud+, la marque territoriale qui rayonne

      Le branding territorial n’est pas vraiment une nouveauté et ce n’est pas les cantons du Valais ou des Grisons qui diront le contraire. Et comme les Vaudoises et les Vaudois ont du talent, il fallait le dire haut et fort, il fallait le faire...

  • Kits Média

Publicités

À 21 ans, Serhat Açig a lancé sa première start-up dans un milieu peu prisé des jeunes: le pressing à sec. Pourtant, EGEN, qui signifie « propre à soi » en romanche, emploie la technique de l’aquanettoyage ou le « wet cleaning » à 100%, un traitement numérique et écologique.

Serhat Açig est un patron engagé qui a créé en 2016 EGEN, le premier pressing écologique de Suisse. Contrairement aux concurrents utilisant encore du perchloroéthylène (PER), un produit toxique, l’entrepreneur milite pour un nettoyage écologique des textiles sans solvant. La start-up a séduit une clientèle prestigieuse, notamment les grands horlogers, les écoles hôtelières, dont celle de Lausanne, et les blanchisseries industrielles qui sous-traitent des textiles spéciaux. Lors d’une interview par visioconférence, crise sanitaire oblige, Serhat Açig nous dévoile le secret de son succès.

Serhat Açig, comment vous définissez-vous en quelques mots ?
Je suis quelqu’un d’extrêmement optimiste, un assoiffé de connaissances, curieux, et prêt à mettre tout en œuvre pour atteindre les objectifs qu’il s’est fixés. Lorsque j’ai quitté la Turquie à pied pour traverser l’Europe et rejoindre mes parents et ma petite sœur dans un camp de réfugiés près d’Yverdon-les-Bains (VD), je n’avais que 9 ans. Je suis un survivant et un combattant. En ce qui concerne le risque entrepreneurial, cela m’a servi de leçon. Si je n’avais pas pris ce risque, je ne serais pas là aujourd’hui. Tout ce que j’ai vécu pendant mon enfance, je ne le prends pas comme un handicap, mais plutôt comme la plus grande chance de ma vie.

Expliquez-nous le concept de l’aquanettoyage.
Le nettoyage à sec des vêtements se décline en plusieurs systèmes. Il y a les pressings qui utilisent du PER, un solvant cancérogène, et très volatil. La deuxième technique utilise le KWL, un nouveau solvant, moins dangereux que le PER. Il n’est pas volatil, mais il reste toutefois un solvant, donc extrêmement explosif. En ce qui concerne l’aquanettoyage ou wet cleaning, il s’agit d’un procédé très prisé en France, recourant à l’eau et aux agents nettoyants biodégradables. Nous avons apporté des améliorations au système existant qui permet de traiter des tissus délicats, par exemple la soie, le cachemire ou la laine vierge. En addition, nous avons mis au point un logiciel de programmation conçu pour les machines à laver de dernière génération, et nous avons terminé la configuration d’une machine sur laquelle nous allons poser un brevet qui nous permettra de l’utiliser dans les ménages. Dès le départ, le but d’EGEN était de baisser considérablement la consommation en eau. Dorénavant, nous consommons 80% d’eau en moins que les procédures de wet cleaning actuellement disponibles sur le marché.

aquanettoyage EGEN Serhat Açig

“Je suis quelqu’un d’extrêmement optimiste, un assoiffé de connaissance, curieux, et prêt à mettre tout en œuvre pour atteindre les objectifs que je me suis fixés”.

Serhat Açig


Comment a germé l’idée de vous lancer dans le pressing écologique ?
Un jour, alors que j’étais encore un adolescent, ma mère m’a demandé de ramener la lessive chez un retraité. La satisfaction qu’il a exprimée en retour du service rendu a déclenché un premier déclic chez moi. J’ai alors décidé de créer Washup, à la fois une plateforme web et une application, qui permet d’organiser le retrait et la livraison de vêtements à domicile dans le but de connaître l’éventuel intérêt pour ce genre de service en ligne. À cette époque, j’étais apprenti programmeur en informatique, secteur alors en manque d’employés. Par conséquent, j’ai convaincu les copines de ma mère de traiter les commandes.

Plus tard, lors d’un stage dans une start-up, j’ai eu mon deuxième déclic. L’ambiance au sein de l’entreprise était tellement super que j’ai attrapé le virus d’entreprendre. La volonté de construire une entreprise à partir de zéro, de créer une marque et de conquérir le monde est venue de cette expérience. C’est la raison pour laquelle j’ai arrêté ma formation et entamé un deuxième CFC d’employé de commerce en gestion d’entreprise. À trois mois de mes examens finaux, j’ai eu l’occasion d’acquérir un pressing à Yverdon-les-Bains. Je n’en avais pas les moyens, mais grâce à mes économies et au soutien de mes parents, j’ai pu faire cet achat et signer le contrat de bail à loyer.

Pourquoi cet intérêt pour un univers si peu prisé des jeunes ?
Pour attirer de la clientèle jeune, il faut rendre nouveau et attractif ce qui pouvait paraître vieux. C’est logique de faire sans solvant, de consommer moins d’eau, d’être moins énergivore, et plus respectueux de la santé et de l’environnement. Nous, la génération Y, nous sommes capables d’y arriver. Le marché devient intéressant et notre modèle séduit. Les jeunes commencent à s’investir dans les franchises EGEN et cela me fait plaisir puisqu’ils m’appellent de leur propre initiative. À ce propos, mis à part le franchisé de Delémont, un père de famille, tous les autres ont moins de 30 ans. Nous allons ouvrir trois franchises simultanément en mars prochain. Ce qui porte à six le nombre total de nos magasins. Celui qui s’ouvre à Neuchâtel sera exploitée par un jeune de 28 ans. Quant au franchisé de Saint-Prex (VD), il a 20 ans, et celui de Bienne (BE) a moins de 30 ans.

Quel a été l’impact de la crise sanitaire sur EGEN ?
Pour notre part, l’impact a été plutôt positif, même si nous avons subi une baisse de chiffre d’affaires, nous n’avons pas fermé. Une des choses que j’ai apprises grâce à EGEN, c’est la patience. De ce fait, nous avons profité de la période du semi-confinement pour préparer et planifier le lancement des nouvelles franchises et de trouver des locaux. Pendant ce temps, beaucoup de pressings ont souffert et ont dû fermer, surtout ceux qui dépendent uniquement de la clientèle privée.

Parlez-nous de vos autres projets.
Depuis deux ans maintenant, nous sommes actifs dans des programmes de recyclage de vêtements. L’année passée, nous avons récupéré 25 tonnes au total, dont en grande partie des vêtements presque neufs de l’École hôtelière de Lausanne. Nous avons envoyé 20 tonnes d’habits sur les îles grecques dans des camps de réfugiés en Grèce, avec l’aide de l’UNHCR. Cela nous a permis d’habiller des milliers de personnes. Dans un tout autre registre, en 2018, j’ai créé une deuxième start-up avec deux amis: Willka. Le financement se fait à 100% grâce aux bénéfices d’EGEN. En tant que fan d’espace, un selfie posté sur les réseaux sociaux en 2015 par l’astronaute Scott Kelly avec une laitue spatiale m’a intrigué. Conscient du potentiel de faire pousser les plantes en tous lieux, j’ai fait des recherches pour comprendre ce procédé. Dès lors, Willka conçoit des systèmes qui permettent de cultiver les fruits et légumes en aéroponie, sans terre ni soleil, et de manière verticale. Les avancées technologiques, et techniques, que nous sommes en train d’élaborer nous permettront un jour, peut-être, de collaborer avec l’agence spatiale européenne, ou avec la NASA. Par une heureuse coïncidence, Kimbal Musk, frère d’Elon (le patron de Tesla), dont je suis le plus grand fan, est le cofondateur d’une start-up new-yorkaise active dans le vertical farming. Pour la petite histoire, Kimbal a entendu parler de Willka en 2018 lors de la conférence de Davos. Je vous laisse imaginer ma réaction lorsque j’ai reçu une vidéo avec un message de félicitations de sa part sur mon compte Instagram.

aquanettoyage EGEN Serhat Açig