• Interview

      Dossiers Publics interroge celles et ceux qui font bouger la Suisse: les actrices et acteurs issus du monde politique ainsi que des secteurs privés et publics
    • Career Women’s Forum, Les femmes sur le devant de la scène

      Career Women’s Forum, Les femmes sur le devant de la scène

      Œuvrer à l’égalité entre les sexes via une association de femmes professionnelles qui se réunissent, échangent et s’entraident ? C’est le postulat de base du Career Women’s Forum, qui fête ses 40 ans en 2022. Rencontre avec sa présidente, Véronique Riondel Angebault...

      Nils Soguel : Au cœur de l’action publique
      Nils Soguel : Au cœur de l’action publique

      Le directeur de l'Institut de hautes études en administration publique (IDHEAP) revient pour Dossiers Publics sur l'historique et le rôle de la haute école située sur le campus de l'Université de Lausanne, à l'occasion de son 40e anniversaire. D.P. : Cher professeur,...

      Olga Darazs : ingénieuse par nature
      Olga Darazs : ingénieuse par nature

      Présidente du conseil d'administration du Groupe CSD INGÉNIEURS depuis 2011, l'hydrogéologue Olga Darazs revient, dans cet entretien, sur les moments marquants de ce groupe qui a su évoluer en apportant des solutions aux principaux défis environnementaux. Plus grande...

    • VS : enjeux environnementaux expliqués aux élèves

      VS : enjeux environnementaux expliqués aux élèves

      Le Musée de la nature du Valais et la Haute École pédagogique du Valais présentent l’exposition itinérante Objectif Terre aux établissements du secondaire post-obligatoire. Cette expo permet de mieux comprendre les enjeux liés aux choix relatifs à l’avenir de la...

    • JU : archives de journaux locaux numérisés

      JU : archives de journaux locaux numérisés

      La Bibliothèque cantonale jurassienne en collaboration avec la Bibliothèque nationale suisse met à disposition librement en ligne toutes les éditions des journaux L’Ajoie et Le Franc-Montagnard de leur création jusqu’à nos jours. Les archives des deux titres sont...

    • Suisse : effets indésirables du vaccin

      Suisse : effets indésirables du vaccin

      Au total, 12 334 déclarations d’effets indésirables de vaccins contre le COVID-19 ont été évaluées en Suisse par Swissmedic à la date du 8 février 2022. Quelque 67,7 % des déclaration portaient sur le vaccin Moderna (63 % des doses administrées en Suisse) et...

    • De la RTS au canton de Genève

      De la RTS au canton de Genève

      Cheffe de la rubrique politique de la RTS, Esther Mamarbachi va désormais travailler pour le compte du canton de Genève. La journaliste et présentatrice a été nommée secrétaire générale adjointe du Département genevois de l'économie et de l'emploi dirigé par la...

    • OFROU: une nouvelle responsable pour les autoroutes romandes

      OFROU: une nouvelle responsable pour les autoroutes romandes

      Dès août 2022, Valentina Kumpusch, 48 ans, sera la nouvelle vice-directrice de l’Office fédéral des routes (OFROU) et cheffe de la division Infrastructure routière en remplacement de Pascal Mertenat, démissionnaire pour des raisons de santé. Elle assumera la...

    • VD: du service pénitentiaire au commandement de la police

      VD: du service pénitentiaire au commandement de la police

      Cheffe du Service pénitentiaire (SPEN) depuis un peu plus de 10 ans, Sylvie Bula a été nommée commandante de la Police cantonale vaudoise par le Conseil d'État. Elle va entrer en fonction en juillet prochain à l'occasion du départ à la retraite de l'ancien juge...

    • GE: nouveau Secrétaire général du département des infrastructures

      GE: nouveau Secrétaire général du département des infrastructures

      Secrétaire général du département des infrastructures (DI) depuis 18 ans, Philippe Matthey, va quitter l’État en juillet prochain pour une rente-pont AVS. Le Conseil d'État a désigné M. Guy Schrenzel pour lui succéder. Secrétaire général adjoint au DI depuis 2017, il...

    • Virginie Masserey, de Berne à Lausanne

      Virginie Masserey, de Berne à Lausanne

      Avec Patrick Mathys, elle a été le visage de l’OFSP durant la crise du COVID-19. Médecin et infectiologue, Virginie Masserey, 57 ans, responsable de la section Contrôle de l’infection et programme de vaccination, va quitter l’Office fédéral de la santé publique (OFSP)...

    • Cahiers spéciaux

      Retrouvez ici nos Cahiers Spéciaux traitant des grandes thématiques relatives à la Romandie
    • Environnement

      9e Forum mondial de l’eau

      9e Forum mondial de l’eau

      Organisée conjointement par le Conseil mondial de l’eau et le Gouvernement sénégalais, la 9e édition du Forum mondial de l’eau se tient à Dakar du 21 au 26 mars 2022 avec pour thème « la sécurité de l’eau pour la paix et le développement ». En l’absence d’un...

      Canton de Vaud

      Pascal Broulis: « l’État doit être un catalyseur de projets »

      Pascal Broulis: « l’État doit être un catalyseur de projets »

      Cathédrale de Lausanne, Château St-Maire, Vaudoise Arena, Vortex, Maison de l’Environnement, MCBA ou encore Plateforme 10, autant de noms évocateurs de chantiers et de réalisations d’envergure entrepris depuis 2017 dans le canton avec l’Etat de Vaud comme point commun...

      Vaud+, la marque territoriale qui rayonne

      Vaud+, la marque territoriale qui rayonne

      Le branding territorial n’est pas vraiment une nouveauté et ce n’est pas les cantons du Valais ou des Grisons qui diront le contraire. Et comme les Vaudoises et les Vaudois ont du talent, il fallait le dire haut et fort, il fallait le faire...

  • Kits média

Publicités

À 21 ans, Serhat Açig a lancé sa première start-up dans un milieu peu prisé des jeunes: le pressing à sec. Pourtant, EGEN, qui signifie « propre à soi » en romanche, emploie la technique de l’aquanettoyage ou le « wet cleaning » à 100%, un traitement numérique et écologique.

Serhat Açig est un patron engagé qui a créé en 2016 EGEN, le premier pressing écologique de Suisse. Contrairement aux concurrents utilisant encore du perchloroéthylène (PER), un produit toxique, l’entrepreneur milite pour un nettoyage écologique des textiles sans solvant. La start-up a séduit une clientèle prestigieuse, notamment les grands horlogers, les écoles hôtelières, dont celle de Lausanne, et les blanchisseries industrielles qui sous-traitent des textiles spéciaux. Lors d’une interview par visioconférence, crise sanitaire oblige, Serhat Açig nous dévoile le secret de son succès.

Serhat Açig, comment vous définissez-vous en quelques mots ?
Je suis quelqu’un d’extrêmement optimiste, un assoiffé de connaissances, curieux, et prêt à mettre tout en œuvre pour atteindre les objectifs qu’il s’est fixés. Lorsque j’ai quitté la Turquie à pied pour traverser l’Europe et rejoindre mes parents et ma petite sœur dans un camp de réfugiés près d’Yverdon-les-Bains (VD), je n’avais que 9 ans. Je suis un survivant et un combattant. En ce qui concerne le risque entrepreneurial, cela m’a servi de leçon. Si je n’avais pas pris ce risque, je ne serais pas là aujourd’hui. Tout ce que j’ai vécu pendant mon enfance, je ne le prends pas comme un handicap, mais plutôt comme la plus grande chance de ma vie.

Expliquez-nous le concept de l’aquanettoyage.
Le nettoyage à sec des vêtements se décline en plusieurs systèmes. Il y a les pressings qui utilisent du PER, un solvant cancérogène, et très volatil. La deuxième technique utilise le KWL, un nouveau solvant, moins dangereux que le PER. Il n’est pas volatil, mais il reste toutefois un solvant, donc extrêmement explosif. En ce qui concerne l’aquanettoyage ou wet cleaning, il s’agit d’un procédé très prisé en France, recourant à l’eau et aux agents nettoyants biodégradables. Nous avons apporté des améliorations au système existant qui permet de traiter des tissus délicats, par exemple la soie, le cachemire ou la laine vierge. En addition, nous avons mis au point un logiciel de programmation conçu pour les machines à laver de dernière génération, et nous avons terminé la configuration d’une machine sur laquelle nous allons poser un brevet qui nous permettra de l’utiliser dans les ménages. Dès le départ, le but d’EGEN était de baisser considérablement la consommation en eau. Dorénavant, nous consommons 80% d’eau en moins que les procédures de wet cleaning actuellement disponibles sur le marché.

aquanettoyage EGEN Serhat Açig

« Je suis quelqu’un d’extrêmement optimiste, un assoiffé de connaissance, curieux, et prêt à mettre tout en œuvre pour atteindre les objectifs que je me suis fixés”.

Serhat Açig


Comment a germé l’idée de vous lancer dans le pressing écologique ?
Un jour, alors que j’étais encore un adolescent, ma mère m’a demandé de ramener la lessive chez un retraité. La satisfaction qu’il a exprimée en retour du service rendu a déclenché un premier déclic chez moi. J’ai alors décidé de créer Washup, à la fois une plateforme web et une application, qui permet d’organiser le retrait et la livraison de vêtements à domicile dans le but de connaître l’éventuel intérêt pour ce genre de service en ligne. À cette époque, j’étais apprenti programmeur en informatique, secteur alors en manque d’employés. Par conséquent, j’ai convaincu les copines de ma mère de traiter les commandes.

Plus tard, lors d’un stage dans une start-up, j’ai eu mon deuxième déclic. L’ambiance au sein de l’entreprise était tellement super que j’ai attrapé le virus d’entreprendre. La volonté de construire une entreprise à partir de zéro, de créer une marque et de conquérir le monde est venue de cette expérience. C’est la raison pour laquelle j’ai arrêté ma formation et entamé un deuxième CFC d’employé de commerce en gestion d’entreprise. À trois mois de mes examens finaux, j’ai eu l’occasion d’acquérir un pressing à Yverdon-les-Bains. Je n’en avais pas les moyens, mais grâce à mes économies et au soutien de mes parents, j’ai pu faire cet achat et signer le contrat de bail à loyer.

Pourquoi cet intérêt pour un univers si peu prisé des jeunes ?
Pour attirer de la clientèle jeune, il faut rendre nouveau et attractif ce qui pouvait paraître vieux. C’est logique de faire sans solvant, de consommer moins d’eau, d’être moins énergivore, et plus respectueux de la santé et de l’environnement. Nous, la génération Y, nous sommes capables d’y arriver. Le marché devient intéressant et notre modèle séduit. Les jeunes commencent à s’investir dans les franchises EGEN et cela me fait plaisir puisqu’ils m’appellent de leur propre initiative. À ce propos, mis à part le franchisé de Delémont, un père de famille, tous les autres ont moins de 30 ans. Nous allons ouvrir trois franchises simultanément en mars prochain. Ce qui porte à six le nombre total de nos magasins. Celui qui s’ouvre à Neuchâtel sera exploitée par un jeune de 28 ans. Quant au franchisé de Saint-Prex (VD), il a 20 ans, et celui de Bienne (BE) a moins de 30 ans.

Quel a été l’impact de la crise sanitaire sur EGEN ?
Pour notre part, l’impact a été plutôt positif, même si nous avons subi une baisse de chiffre d’affaires, nous n’avons pas fermé. Une des choses que j’ai apprises grâce à EGEN, c’est la patience. De ce fait, nous avons profité de la période du semi-confinement pour préparer et planifier le lancement des nouvelles franchises et de trouver des locaux. Pendant ce temps, beaucoup de pressings ont souffert et ont dû fermer, surtout ceux qui dépendent uniquement de la clientèle privée.

Parlez-nous de vos autres projets.
Depuis deux ans maintenant, nous sommes actifs dans des programmes de recyclage de vêtements. L’année passée, nous avons récupéré 25 tonnes au total, dont en grande partie des vêtements presque neufs de l’École hôtelière de Lausanne. Nous avons envoyé 20 tonnes d’habits sur les îles grecques dans des camps de réfugiés en Grèce, avec l’aide de l’UNHCR. Cela nous a permis d’habiller des milliers de personnes. Dans un tout autre registre, en 2018, j’ai créé une deuxième start-up avec deux amis: Willka. Le financement se fait à 100% grâce aux bénéfices d’EGEN. En tant que fan d’espace, un selfie posté sur les réseaux sociaux en 2015 par l’astronaute Scott Kelly avec une laitue spatiale m’a intrigué. Conscient du potentiel de faire pousser les plantes en tous lieux, j’ai fait des recherches pour comprendre ce procédé. Dès lors, Willka conçoit des systèmes qui permettent de cultiver les fruits et légumes en aéroponie, sans terre ni soleil, et de manière verticale. Les avancées technologiques, et techniques, que nous sommes en train d’élaborer nous permettront un jour, peut-être, de collaborer avec l’agence spatiale européenne, ou avec la NASA. Par une heureuse coïncidence, Kimbal Musk, frère d’Elon (le patron de Tesla), dont je suis le plus grand fan, est le cofondateur d’une start-up new-yorkaise active dans le vertical farming. Pour la petite histoire, Kimbal a entendu parler de Willka en 2018 lors de la conférence de Davos. Je vous laisse imaginer ma réaction lorsque j’ai reçu une vidéo avec un message de félicitations de sa part sur mon compte Instagram.

aquanettoyage EGEN Serhat Açig