• Interview

      Dossiers Publics interroge celles et ceux qui font bouger la Suisse: les actrices et acteurs issus du monde politique ainsi que des secteurs privés et publics
    • Career Women’s Forum, Les femmes sur le devant de la scène

      Career Women’s Forum, Les femmes sur le devant de la scène

      Œuvrer à l’égalité entre les sexes via une association de femmes professionnelles qui se réunissent, échangent et s’entraident ? C’est le postulat de base du Career Women’s Forum, qui fête ses 40 ans en 2022. Rencontre avec sa présidente, Véronique Riondel Angebault...

      Nils Soguel : Au cœur de l’action publique
      Nils Soguel : Au cœur de l’action publique

      Le directeur de l'Institut de hautes études en administration publique (IDHEAP) revient pour Dossiers Publics sur l'historique et le rôle de la haute école située sur le campus de l'Université de Lausanne, à l'occasion de son 40e anniversaire. D.P. : Cher professeur,...

      Olga Darazs : ingénieuse par nature
      Olga Darazs : ingénieuse par nature

      Présidente du conseil d'administration du Groupe CSD INGÉNIEURS depuis 2011, l'hydrogéologue Olga Darazs revient, dans cet entretien, sur les moments marquants de ce groupe qui a su évoluer en apportant des solutions aux principaux défis environnementaux. Plus grande...

    • VS : enjeux environnementaux expliqués aux élèves

      VS : enjeux environnementaux expliqués aux élèves

      Le Musée de la nature du Valais et la Haute École pédagogique du Valais présentent l’exposition itinérante Objectif Terre aux établissements du secondaire post-obligatoire. Cette expo permet de mieux comprendre les enjeux liés aux choix relatifs à l’avenir de la...

    • JU : archives de journaux locaux numérisés

      JU : archives de journaux locaux numérisés

      La Bibliothèque cantonale jurassienne en collaboration avec la Bibliothèque nationale suisse met à disposition librement en ligne toutes les éditions des journaux L’Ajoie et Le Franc-Montagnard de leur création jusqu’à nos jours. Les archives des deux titres sont...

    • Suisse : effets indésirables du vaccin

      Suisse : effets indésirables du vaccin

      Au total, 12 334 déclarations d’effets indésirables de vaccins contre le COVID-19 ont été évaluées en Suisse par Swissmedic à la date du 8 février 2022. Quelque 67,7 % des déclaration portaient sur le vaccin Moderna (63 % des doses administrées en Suisse) et...

    • De la RTS au canton de Genève

      De la RTS au canton de Genève

      Cheffe de la rubrique politique de la RTS, Esther Mamarbachi va désormais travailler pour le compte du canton de Genève. La journaliste et présentatrice a été nommée secrétaire générale adjointe du Département genevois de l'économie et de l'emploi dirigé par la...

    • OFROU: une nouvelle responsable pour les autoroutes romandes

      OFROU: une nouvelle responsable pour les autoroutes romandes

      Dès août 2022, Valentina Kumpusch, 48 ans, sera la nouvelle vice-directrice de l’Office fédéral des routes (OFROU) et cheffe de la division Infrastructure routière en remplacement de Pascal Mertenat, démissionnaire pour des raisons de santé. Elle assumera la...

    • VD: du service pénitentiaire au commandement de la police

      VD: du service pénitentiaire au commandement de la police

      Cheffe du Service pénitentiaire (SPEN) depuis un peu plus de 10 ans, Sylvie Bula a été nommée commandante de la Police cantonale vaudoise par le Conseil d'État. Elle va entrer en fonction en juillet prochain à l'occasion du départ à la retraite de l'ancien juge...

    • GE: nouveau Secrétaire général du département des infrastructures

      GE: nouveau Secrétaire général du département des infrastructures

      Secrétaire général du département des infrastructures (DI) depuis 18 ans, Philippe Matthey, va quitter l’État en juillet prochain pour une rente-pont AVS. Le Conseil d'État a désigné M. Guy Schrenzel pour lui succéder. Secrétaire général adjoint au DI depuis 2017, il...

    • Virginie Masserey, de Berne à Lausanne

      Virginie Masserey, de Berne à Lausanne

      Avec Patrick Mathys, elle a été le visage de l’OFSP durant la crise du COVID-19. Médecin et infectiologue, Virginie Masserey, 57 ans, responsable de la section Contrôle de l’infection et programme de vaccination, va quitter l’Office fédéral de la santé publique (OFSP)...

    • Cahiers spéciaux

      Retrouvez ici nos Cahiers Spéciaux traitant des grandes thématiques relatives à la Romandie
    • Environnement

      9e Forum mondial de l’eau

      9e Forum mondial de l’eau

      Organisée conjointement par le Conseil mondial de l’eau et le Gouvernement sénégalais, la 9e édition du Forum mondial de l’eau se tient à Dakar du 21 au 26 mars 2022 avec pour thème « la sécurité de l’eau pour la paix et le développement ». En l’absence d’un...

      Canton de Vaud

      Pascal Broulis: « l’État doit être un catalyseur de projets »

      Pascal Broulis: « l’État doit être un catalyseur de projets »

      Cathédrale de Lausanne, Château St-Maire, Vaudoise Arena, Vortex, Maison de l’Environnement, MCBA ou encore Plateforme 10, autant de noms évocateurs de chantiers et de réalisations d’envergure entrepris depuis 2017 dans le canton avec l’Etat de Vaud comme point commun...

      Vaud+, la marque territoriale qui rayonne

      Vaud+, la marque territoriale qui rayonne

      Le branding territorial n’est pas vraiment une nouveauté et ce n’est pas les cantons du Valais ou des Grisons qui diront le contraire. Et comme les Vaudoises et les Vaudois ont du talent, il fallait le dire haut et fort, il fallait le faire...

  • Kits média

Publicités

Depuis la naissance des ateliers Schréder en Belgique en 1907, plus de cent ans d’histoire contemplent ces « Experts in lightability », comme les désignent l’accroche sur leur site web. Un siècle passé à affiner leur savoir et leur approche de l’éclairage. Fabrizio Conti, directeur de Schréder Swiss, nous dévoile les solutions maison pour transformer les espaces publics et professionnels en environnements sûrs, confortables, durables et intelligents. Lumineux, forcément…

À l’instar de ses branches de l’étranger, Schréder Swiss se donne pour mission de développer des solutions d’éclairage à la fois positives pour les personnes, durables pour l’environnement et rentables pour les entreprises. Des produits ayant pour vocation de répondre à des critères esthétiques, de performance, de durabilité et d’efficacité. Ce avec un délai d’amortissement court et un retour sur investissement optimal. Décidément tout un programme, dont le fer de lance est, notamment, sa gamme d’éclairage digitale destinée à revêtir d’habits de lumière (intelligente, of course) les rues, routes, places et autres lieux publics. Schréder Swiss est par ailleurs membre de l’association CityZen. Le parc de démonstration de cette dernière est d’ailleurs intégré au Show-Room de Schréder Swiss à Carrouge. L’association prône des solutions tournées vers l’avenir, et défendant, selon ses propres termes, le développement durable de l’espace de vie dans les zones urbaines et régionales à l’ère numérique.

Bonjour Monsieur Conti. Vous êtes directeur de la société Schréder Swiss SA. Pouvez-vous nous décrire votre principale activité ?

Bonjour, Schréder est leader dans le domaine de l’éclairage, nous développons depuis plus de 114 ans des luminaires et des solutions de gestion innovantes pour les applications suivantes : éclairage routier, urbain, décoratif, industriel, sportif, architectural et de l’éclairage pour les tunnels. Nous sommes également présents depuis de nombreuses années dans les domaines de l’éclairage intelligent et de la smart city, en proposant une plateforme complète et ouverte pour la gestion d’un parc de luminaires.

Notre gamme d’éclairage numérique transforme les espaces publics et professionnels en environnements sûrs, confortables, durables et intelligents, offrant des expériences enrichissantes pour les utilisateurs et des avantages opérationnels pour les gestionnaires. Qu’il s’agisse d’éclairer une place, une rue, une route, un parc d’activités, un tunnel, des installations industrielles, une architecture ou un stade, nous proposons un large éventail de produits pour apporter la solution parfaite qui répond à tous les critères d’esthétisme, de performance, de durabilité et d’efficacité.

Chez Schréder, les clients ne trouveront pas seulement une solution, mais bénéficieront également d’un accompagnement allant de l’étude technique aux mesures d’éclairement une fois le projet terminé. Chaque client a ses propres besoins et nous l’assistons pour lui trouver la solution la plus adaptée.

« Nous avons bâti notre réputation sur la réduction de notre empreinte écologique et de celle de nos clients tout en répondant aux attentes des collectivités à travers le monde ”

Qui sont vos principaux clients et sur quel secteur géographique évoluez-vous ?

Nos principaux clients sont les réseaux électriques qui exploitent les principaux parcs d’éclairage publics, mais aussi les communes, les installateurs électriciens, ou encore les entreprises du domaine privé. Le siège de la société Schréder Swiss est basé à Carrouge (VD) et dispose de deux succursales, l’une à Thoune, l’autre à Sion. Avec cette organisation, une présence sur tout le territoire suisse est ancrée.

Quel est selon vous la place de la technologie dans l’éclairage urbain ?

Le domaine de l’éclairage a suivi la tendance de la numérisation il y a déjà plusieurs années, et la technologie y occupe une place toujours plus importante et stratégique. Comme mentionné plus tôt, la technologie est la pierre angulaire de toute solution intégrée et évolutive pour la gestion efficace d’un réseau de luminaires. Cela permet d’éclairer de manière juste et uniquement lorsque c’est nécessaire, tout en réduisant au minimum la pollution lumineuse. De plus, cela permet aux villes et communes de réaliser des économies d’énergie importantes pouvant aller jusqu’à 80 % dans certains cas. En Suisse, la quantité de points lumineux installés avec un système de télégestion augmente chaque année, et c’est bien, car les usagers, la faune et la flore sont de moins en moins dérangés, cela sans impacter la sécurité de chacun.

On parle beaucoup de la smart city ces dernières années. Comment vous intégrez-vous dans ce programme ?

Au niveau du Groupe Schréder, nous sommes convaincus que le smart lighting, mais aussi la smart city, occuperont une place toujours plus importante dans nos communes. Afin de développer des solutions adéquates pour répondre aux besoins de nos clients, nous avons créé en 2019 un centre de compétences smart basé à Lisbonne, sous le nom Schréder Hyperion. Avec des bureaux dans le campus de la business school de Nova, nous sommes en mesure d’attirer les meilleurs talents qui nous permettent de positionner Schréder à la pointe de l’innovation et la technologie. L’éclairage est très souvent un point d’entrée pour devenir une smart city. En effet, un éclairage vétuste avec d’anciennes installations est très énergivore et incompatible avec l’idée de la smart city. En passant à un éclairage LED, moderne et intelligent, il faut mettre en place une infrastructure qui permettra ensuite d’intégrer toute une sélection d’autres données qui offriront aux communes un véritable outil de pilotage. 

Pensez-vous que les formations relatives aux nouvelles technologies et à l’urbanisme proposées actuellement sont suffisantes ?

Depuis quelques années, il existe un nouveau brevet fédéral avec une formation donnée par la SLG (Association suisse pour l’éclairage). Il est vrai que, avant cela, il y a avait un manque sur le marché. Mais aujourd’hui, les premiers planificateurs éclairagistes ont déjà reçu leur diplôme – dont certains de nos collaborateurs –, et d’autres volées arrivent. La formation est disponible pour l’éclairage extérieur ou intérieur. Plus globalement, au niveau du Groupe Schréder, nous avons un large catalogue de formations internes qui sont proposées à nos collaborateurs, car nous traitons effectivement de sujets pour lesquels peu de personnes sont formées. Nous avons donc également la possibilité de former nos équipes en interne.

Schréder EXEDRA est le système de télégestion le plus sophistiqué et le plus simple d’utilisation du marché pour le pilotage, la surveillance et l’analyse de l’éclairage urbain

L’environnement et la protection climatique sont l’affaire de tous, et c’est la raison pour laquelle les panneaux solaires prennent une place croissante sur le marché. Quelles sont les solutions proposées par Schréder ?

Le développement durable a toujours fait partie des valeurs fondamentales de Schréder. Notre activité s’inscrit dans cette logique en explorant tous les aspects qui impactent l’environnement, en préservant les ressources et en réduisant les besoins énergétiques grâce à des technologies à faible émission de carbone. Nous avons bâti notre réputation sur la réduction de notre empreinte écologique et de celle de nos clients tout en répondant aux attentes des collectivités à travers le monde.

L’économie circulaire est un nouveau paradigme fort. Elle met fin au gaspillage et pérennise la valeur ajoutée des actifs. Elle nous amène à réduire notre consommation de matières premières, à réutiliser davantage, à réparer, à améliorer et, au final, à recycler. Surtout, elle nous fait repenser intelligemment notre consommation d’énergie et de matières premières. En 2019, afin de traduire notre engagement et pour offrir une transparence totale à nos clients, nous avons lancé le label Circle Light. Pour nos clients, ce label est le garant du respect des préceptes de l’économie circulaire.

Au niveau suisse, nous avons, pour le moment, très peu de demande pour des luminaires solaires. Nous avons des solutions qui sont principalement vendues dans d’autres régions du globe.

Comme vous le savez, certains endroits dans le monde n’ont toujours pas accès à l’éclairage urbain. Ces endroits sont-ils une cible pour Schréder  ? 

Schréder est présent dans plus de 70 pays dans le monde, sur les 5 continents, et se soucie des zones les moins privilégiées du globe habitées par les communautés qui n’ont pas encore accès à l’éclairage public.

À ce titre, Schréder a soutenu et vise à soutenir diverses initiatives pour apporter l’éclairage public à ces communautés qui n’en disposent pas encore.

Sur quels projets travaillez-vous actuellement ?

Nous cherchons toujours à développer des solutions plus innovantes et technologiques pour aider nos clients dans leurs démarches smart city, car c’est le futur. Dernièrement, nous avons fait un test grandeur nature dans une zone de la ville de Bruxelles, en programmant l’éclairage public sur la base d’un calendrier qui tient compte de différents paramètres tels que la saison ou encore le type d’espace où chaque luminaire est situé. Sur cette base, le système prévoit une diminution de l’intensité lumineuse à certaines heures de la nuit. Durant la phase test, les luminaires n’étaient plus gérés par une programmation prédéfinie mais sur des données (météo, trafic, infrastructure) récoltées en temps réel. Données qui étaient récupérées dans des bases de données via internet et non par des capteurs supplémentaires installés sur les luminaires.

En se fondant sur ces données, le système Schréder EXEDRA calcule l’intensité lumineuse optimale de chaque point lumineux. Concrètement, le niveau d’éclairage était automatiquement abaissé en cas de flux de circulation réduit, si les conditions météorologiques étaient bonnes. En cas de pluie ou de grand vent (risquant d’amener des branches sur la voirie), l’abaissement du niveau d’éclairage ne se concrétisait pas.

Le bilan de ce test est positif. Si l’on compare la consommation énergétique que l’on aurait réalisée sur la base d’une diminution de 50 % de l’éclairage toutes les nuits entre 22 h et 5 h et celle que nous avons mesurée durant le test, on constate une diminution supplémentaire de 10 % de la consommation d’énergie. De plus, la diminution de l’intensité de l’éclairage a permis de réduire les nuisances lumineuses, sans perte de confort, ni de sécurité pour les usagers.

De plus, nous proposons également un luminaire multifonctionnel pour lequel nous imaginons régulièrement de nouvelles fonctionnalités intelligentes. Aujourd’hui, notre SHUFFLE peut-être composé, selon les besoins de nos clients, d’éclairage, du WiFi, de vidéosurveillance, d’un haut-parleur, d’une borne de recharge pour véhicule électrique, d’un bouton S.O.S. via un interphone, d’une antenne relais pour la 4G ou la 5G. Nous ne manquons pas d’idées pour améliorer le quotidien de chacun.

La ville intelligente devient une réalité et ses citoyens sont les premiers à bénéficier de quartiers totalement connectés. La polyvalence de SHUFFLE est un vrai tremplin pour l’innovation.

Le Shuffle Mobility, ou comment une colonne intelligente peut apporter une réponse au besoin croissant d’infrastructures de recharge publiques et soutenir la croissance de la mobilité zéro émission