• Interview

      Dossiers Publics interroge celles et ceux qui font bouger la Suisse: les actrices et acteurs issus du monde politique ainsi que des secteurs privés et publics
    • Career Women’s Forum, Les femmes sur le devant de la scène

      Career Women’s Forum, Les femmes sur le devant de la scène

      Œuvrer à l’égalité entre les sexes via une association de femmes professionnelles qui se réunissent, échangent et s’entraident ? C’est le postulat de base du Career Women’s Forum, qui fête ses 40 ans en 2022. Rencontre avec sa présidente, Véronique Riondel Angebault...

      Nils Soguel : Au cœur de l’action publique
      Nils Soguel : Au cœur de l’action publique

      Le directeur de l'Institut de hautes études en administration publique (IDHEAP) revient pour Dossiers Publics sur l'historique et le rôle de la haute école située sur le campus de l'Université de Lausanne, à l'occasion de son 40e anniversaire. D.P. : Cher professeur,...

      Olga Darazs : ingénieuse par nature
      Olga Darazs : ingénieuse par nature

      Présidente du conseil d'administration du Groupe CSD INGÉNIEURS depuis 2011, l'hydrogéologue Olga Darazs revient, dans cet entretien, sur les moments marquants de ce groupe qui a su évoluer en apportant des solutions aux principaux défis environnementaux. Plus grande...

    • VS : enjeux environnementaux expliqués aux élèves

      VS : enjeux environnementaux expliqués aux élèves

      Le Musée de la nature du Valais et la Haute École pédagogique du Valais présentent l’exposition itinérante Objectif Terre aux établissements du secondaire post-obligatoire. Cette expo permet de mieux comprendre les enjeux liés aux choix relatifs à l’avenir de la...

    • JU : archives de journaux locaux numérisés

      JU : archives de journaux locaux numérisés

      La Bibliothèque cantonale jurassienne en collaboration avec la Bibliothèque nationale suisse met à disposition librement en ligne toutes les éditions des journaux L’Ajoie et Le Franc-Montagnard de leur création jusqu’à nos jours. Les archives des deux titres sont...

    • Suisse : effets indésirables du vaccin

      Suisse : effets indésirables du vaccin

      Au total, 12 334 déclarations d’effets indésirables de vaccins contre le COVID-19 ont été évaluées en Suisse par Swissmedic à la date du 8 février 2022. Quelque 67,7 % des déclaration portaient sur le vaccin Moderna (63 % des doses administrées en Suisse) et...

    • De la RTS au canton de Genève

      De la RTS au canton de Genève

      Cheffe de la rubrique politique de la RTS, Esther Mamarbachi va désormais travailler pour le compte du canton de Genève. La journaliste et présentatrice a été nommée secrétaire générale adjointe du Département genevois de l'économie et de l'emploi dirigé par la...

    • OFROU: une nouvelle responsable pour les autoroutes romandes

      OFROU: une nouvelle responsable pour les autoroutes romandes

      Dès août 2022, Valentina Kumpusch, 48 ans, sera la nouvelle vice-directrice de l’Office fédéral des routes (OFROU) et cheffe de la division Infrastructure routière en remplacement de Pascal Mertenat, démissionnaire pour des raisons de santé. Elle assumera la...

    • VD: du service pénitentiaire au commandement de la police

      VD: du service pénitentiaire au commandement de la police

      Cheffe du Service pénitentiaire (SPEN) depuis un peu plus de 10 ans, Sylvie Bula a été nommée commandante de la Police cantonale vaudoise par le Conseil d'État. Elle va entrer en fonction en juillet prochain à l'occasion du départ à la retraite de l'ancien juge...

    • GE: nouveau Secrétaire général du département des infrastructures

      GE: nouveau Secrétaire général du département des infrastructures

      Secrétaire général du département des infrastructures (DI) depuis 18 ans, Philippe Matthey, va quitter l’État en juillet prochain pour une rente-pont AVS. Le Conseil d'État a désigné M. Guy Schrenzel pour lui succéder. Secrétaire général adjoint au DI depuis 2017, il...

    • Virginie Masserey, de Berne à Lausanne

      Virginie Masserey, de Berne à Lausanne

      Avec Patrick Mathys, elle a été le visage de l’OFSP durant la crise du COVID-19. Médecin et infectiologue, Virginie Masserey, 57 ans, responsable de la section Contrôle de l’infection et programme de vaccination, va quitter l’Office fédéral de la santé publique (OFSP)...

    • Cahiers spéciaux

      Retrouvez ici nos Cahiers Spéciaux traitant des grandes thématiques relatives à la Romandie
    • Environnement

      9e Forum mondial de l’eau

      9e Forum mondial de l’eau

      Organisée conjointement par le Conseil mondial de l’eau et le Gouvernement sénégalais, la 9e édition du Forum mondial de l’eau se tient à Dakar du 21 au 26 mars 2022 avec pour thème « la sécurité de l’eau pour la paix et le développement ». En l’absence d’un...

      Canton de Vaud

      Pascal Broulis: « l’État doit être un catalyseur de projets »

      Pascal Broulis: « l’État doit être un catalyseur de projets »

      Cathédrale de Lausanne, Château St-Maire, Vaudoise Arena, Vortex, Maison de l’Environnement, MCBA ou encore Plateforme 10, autant de noms évocateurs de chantiers et de réalisations d’envergure entrepris depuis 2017 dans le canton avec l’Etat de Vaud comme point commun...

      Vaud+, la marque territoriale qui rayonne

      Vaud+, la marque territoriale qui rayonne

      Le branding territorial n’est pas vraiment une nouveauté et ce n’est pas les cantons du Valais ou des Grisons qui diront le contraire. Et comme les Vaudoises et les Vaudois ont du talent, il fallait le dire haut et fort, il fallait le faire...

  • Kits média

Publicités

Avec sa caméra hyperspectrale miniature, combinée à l’intelligence artificielle et embarquée sur un drone, la start-up Gamaya permet aux agriculteurs d’estimer les besoins de leurs champs avec une précision inédite : un pas de géant pour l’agriculture durable.

Dans le cadre d’un programme d’études pour la préservation des ressources en eau douce, Yosef Akhtman et son équipe ont mis au point une caméra hyperspectrale miniature capable de décomposer des images de plus d’une centaine de bandes spectrales très étroites. Cette innovation a permis de capturer des images de champs cultivés et d’en extraire davantage d’informations agronomiques que les caméras répertoriant les spectres habituels, dont les fréquences du rouge, du bleu et du vert. En effet, les images prises montrent différentes couleurs générées par la réflexion des cultures ou des terres dont la « signature spectrale » dépend de leur état physiologique. À titre indicatif, les feuilles d’une plante souffrant d’un manque d’eau, d’éléments nutritifs, ou attaquée par des parasites réfléchissent une lumière différente. C’est ainsi que Gamaya aborde les défis de l’agriculture commerciale avec un système d’imagerie aérienne permettant de prélever des données sur l’état et la composition des sols au centimètre près.

Fondée en 2015 par le docteur en génie électrique Yosef Akhtman et deux de ses confrères Dragos Constantin et Igor Ivanov, actuellement CEO de la société, Gamaya est classée au 7e rang du TOP 100 des meilleures start-up suisses. Désormais, le spin-off de l’EPFL fournit aux agriculteurs les outils nécessaires pour une compréhension personnelle de leurs cultures et de leurs terres. En résumé, elle analyse les images capturées à l’aide d’un logiciel conçu par ses propres soins. Avec des solutions sur mesure, et en collaboration avec des experts en agronomie, la société adapte ses modèles statistiques en fonction des spécificités de la région ou encore du type de culture de chaque client. La caméra hyperspectrale miniature combinée à l’intelligence artificielle fixée sous un drone permet aux agriculteurs d’estimer les besoins de leurs plantations avec un très haut degré de précision. La technologie facilite la vie des producteurs industriels par le biais d’une application installée sur le téléphone portable qui affiche des images multicolores capturées par des drones et des satellites. Chaque couleur correspond à un problème spécifique : par exemple, les feuilles jaunes démontrent que le chaume commence à dépérir en raison d’un insecte qui aspire la sève et y transmet des toxines. Les informations affichées à l’écran permettent à l’agriculteur d’accéder à une énorme quantité de données afin d’entretenir ses plantations avec méticulosité.

L’agriculture de précision vise à produire davantage de manière durable: utiliser moins de pesticides et moins d’eau pour obtenir des récoltes plus riches

Un robot téléguidé
Combinaison de toutes les technologies avancées, notamment le GPS, le Wi-Fi et les capteurs, les drones sont l’un des progrès les plus impressionnants du 20e siècle. Initialement invention militaire destinée à effectuer des missions de reconnaissance sans engager la vie des soldats, le drone s’est depuis lors démocratisé. Prisé des amateurs de sports extrêmes, et de geeks qui l’utilisent comme simple accessoire pour caméra de type GoPro, le dispositif mobile et autonome figure, aujourd’hui, parmi les appareils connectés les plus en vogue auprès du grand public. Quant au monde professionnel, il y voit un outil indispensable, qu’il s’agisse de la gestion de soins ou de la livraison de colis, de la logistique ou encore de la sécurité. Depuis que le drone civil est apparu en 2010, son évolution a largement dépassé sa fonction première. On ne compte désormais plus ses multiples applications.

Petit robot aux allures de faux bourdon téléguidé par ordinateur survolant la terre, le drone ressemble à un ovni. Pourtant, le phénomène, bien réel, gagne du terrain chez les producteurs industriels. De nombreuses fonctions telles que la prise de vue aérienne et le suivi de la croissance des plantes, l’inspection visuelle des terres et le repérage des dégâts garantissent une qualité optimale des récoltes. Doté de capteurs qui facilitent l’analyse d’une pléthore de données, dont le niveau d’azote ou le taux d’humidité, le drone saisit l’information essentielle aux agriculteurs afin d’économiser sur les coûts et le temps de production, en adaptant précisément le niveau d’engrais ou de pesticides à appliquer à des endroits précis. En outre, régler la quantité de produits phytosanitaires nécessaire à traiter les cultures améliore non seulement les rendements mais aussi conduit à un retour sur investissement plus rapide. Avec pour objectif de soutenir une agriculture durable, la solution intégrée de Gamaya permet d’effectuer un diagnostic à grande échelle des champs, de dépister des maladies, infestations et mauvaises herbes. La technologie de pointe fournit aux agriculteurs des indications avec exactitude. Les drones détectent les déficiences, invisibles à l’œil, de façon précoce et déterminent le moment optimal pour la cueillette. Enfin, localiser les problèmes et répandre les pesticides et les engrais uniquement dans les zones concernées contribue à augmenter la marge de profit par hectare.

Gamaya caméra hyperspectrale agriculture
Gamaya caméra hyperspectrale agriculture
L’imagerie hyperspectrale (au dessus) produite par la caméra miniature embarquée et l’intelligence artificielle fournies par Gamaya offrent des solutions agronomiques inédites pour l’amélioration de l’efficacité et la durabilité de l’agriculture.

L’intelligence artificielle
L’agriculture de précision vise à produire davantage de manière durable, à savoir, utiliser moins de pesticides et moins d’eau pour obtenir des récoltes plus riches, et dans la mesure du possible, exploiter moins de surface. Néanmoins, force est de constater que 70% des terres arables dans le monde sont déjà cultivées et que la demande en nourriture risque d’augmenter de 70% d’ici 2050. Dans ce contexte, il devient impératif d’anticiper les besoins de l’humanité en matières premières agricoles. D’autre part, l’agriculture recourant à l’intelligence artificielle exige des connaissances spécifiques à chaque plante, ce qui requiert une véritable expertise. Actuellement accessible pour les plantations de canne à sucre, de soja et de tabac, le système de Gamaya a été testé avec succès au Brésil.

En visant un marché potentiel de 5 milliards de dollars, la jeune entreprise séduit les investisseurs avec ses solutions intelligentes. À ce jour, elle est parvenue à lever plus de 10 millions de francs notamment auprès de la Fondation Sandoz, Peter Brabeck-Lemanthe, Seed4Equity, VI Partners, ICOS, et plus récemment Mahindra & Mahindra, le constructeur d’automobiles et de machines agricoles. Désormais, Gamaya compte étendre ses activités à l’international et à d’autres cultures telles que le maïs et la vigne, en partenariat avec Mahindra & Mahindra en Inde et la société suisse leader mondial dans l’agroalimentaire, Syngenta.