• Interview

      Dossiers Publics interroge celles et ceux qui font bouger la Suisse: les actrices et acteurs issus du monde politique ainsi que des secteurs privés et publics
    • Simone Wyss Fedele fait rayonner les PME suisses à l’étranger

      Simone Wyss Fedele fait rayonner les PME suisses à l’étranger

      Qui dit entreprises suisses pense Nestlé, Novartis, Glencore et autres titans que le monde entier nous envie. Mais comme l’arbre de Noël qui cache la forêt des lutins œuvrant dans l’ombre, ces géants de la Bourse ne doivent pas faire oublier que la Suisse regorge de...

      Garde suisse: un corps d’élite dans les coulisses du Vatican
      Garde suisse: un corps d’élite dans les coulisses du Vatican

      Hallebardier ayant servi sous le pape François, Guillaume Vergain se confie à Dossiers Publics et raconte ses années au sein de la Garde suisse pontificale, ce corps aussi légendaire que mystérieux. Comment devient-on garde suisse ? Quels sont les critères de...

      Entreprises de sécurité : le côté privé de la Force
      Entreprises de sécurité : le côté privé de la Force

      Les politiciens nous l’ont répété à l’envi depuis des années : « On ne peut pas mettre un policier derrière chaque citoyen » ! Ce qui, avouons-le, est plutôt une bonne nouvelle pour les plus paranoïaques d’entre nous… Garde du corps et directeur de deux entreprise...

    • JU: les soins aigus au cœur de Delémont

      JU: les soins aigus au cœur de Delémont

      Modulable, fonctionnel et accessible, c’est ainsi que Jacques Gygax, directeur de l’Hôpital du Jura, décrit l’établissement dédié aux soins aigus qu’il souhaite voir construire au cœur de Delémont, sur un terrain de 12'000 m2, propriété de la municipalité. Futur jalon...

    • VD: une maturité onéreuse

      VD: une maturité onéreuse

      L’harmonisation des pratiques a un coût, et le canton de Vaud pourrait bien en faire les frais dans le cadre de la nouvelle Ordonnance fédérale sur la reconnaissance des certificats de maturité gymnasiale, visant à harmoniser les disparités cantonales quant au cursus...

    • GE : moins de fonctionnaires pour Genève  ?

      GE : moins de fonctionnaires pour Genève  ?

      La fonction publique pèse-t-elle trop lourd sur les finances du canton ? C’est en tout cas l’avis émis par la droite genevoise, qui estime que le canton, régulièrement dans le rouge, pourrait bénéficier d’un gel de l’embauche de nouveaux fonctionnaires en cas de...

    • Gilles Stuck reprend les rênes du marché suisse chez Julius Bär

      Gilles Stuck reprend les rênes du marché suisse chez Julius Bär

      À nouvelle stratégie, nouvelle équipe dirigeante. Ainsi en a décidé Julius Bär, qui a choisi d’accompagner l’harmonisation de son approche du marché suisse par la désignation aux responsabilités de Gilles Stuck, collaborateur de la banque zurichoise depuis 2018 à la...

    • Key Family Partners accueille Emanuele Zanon Di Valgiurata

      Key Family Partners accueille Emanuele Zanon Di Valgiurata

      Connu pour avoir donné le jour à une nouvelle génération de multi-family offices offrant des solutions d’investissement sophistiquées et les plus hauts standards en matière de gouvernance, Key Family Partners agrandit son équipe avec la nomination au rang d’associé...

    • Hans Peter Wyss intègre la commission OPA de la FINMA

      Hans Peter Wyss intègre la commission OPA de la FINMA

      La Commission des offres publiques d’acquisition de la FINMA accueille un nouveau membre en la personne de Hans Peter Wyss, appelé en remplacement de Thomas Rufer, qui abandonnera le siège occupé depuis avril 2007 à la fin de cette année. Déjà vice-président du...

    • Un nouvel aumônier pour la garde pontificale

      Un nouvel aumônier pour la garde pontificale

      La garde pontificale ne saurait assurer son office sans l’encadrement et le soutien spirituels de son aumônier. Une mission d’importance, assurée pendant six ans par le père Thomas Widmer, auquel succède désormais le père Kolumban Reichlin. Né dans le canton de...

    • Événement

      Retrouvez les derniers événements auxquels Dossiers Publics était présent

    • Une aide-soignante engagée

      Une aide-soignante engagée

      Doris Abbyad, aide-soignante aux HUG depuis 1983 (en unité d’attente de placement en EMS) et présidente de l’association Culture & Loisirs (association de personnel hospitalier et de santé sociale), nous livre son vécu de la crise du covid-19. Quelles difficultés...

    • Rentrée des entreprises 2019

      Rentrée des entreprises 2019

      Dossiers Publics était présent à la Rentrée des Entreprises 2019 à l'Arena de Genève, l'événement...

  • Kits média

Publicités

L’expression «Smart City» a aussi sa déclinaison rurale: le «Smart Farming». Il permet une utilisation plus efficace des ressources tout en préservant au mieux l’environnement

La compétitivité de l’agriculture suisse passe aussi par les nouvelles technologies. Le secteur agricole n’échappe pas à la fameuse révolution numérique 4.0 dont on parle tant dans l’industrie. De plus en plus de procédés automatisés commandés par des capteurs permettent d’orienter les systèmes de production agricole vers la durabilité et de garantir la qualité, d’augmenter les rendements tout en réduisant les impacts sur l’environnement. Dans le jargon, on appelle cela le «Smart Farming». 

Centre de compétences de la Confédération pour la recherche agricole, Agroscope en énumère sur son site internet les cinq principaux objectifs: la rentabilité en réduisant les coûts et en augmentant l‘efficience, l’amélioration de la qualité en réduisant par exemple l’emploi d’antibiotiques, la minimisation des émissions pour notamment protéger les eaux, la protection des ressources ainsi que l’amélioration du bien-être et de la santé des animaux.

Deux préoccupations

Du «Smart Farming», l’Union suisse des paysans (USP) a d’ailleurs fait l’un des points forts de son programme d’activités. Les nouvelles technologies (robots, drones, senseurs, véhicules autonomes, etc.), les connexions et la gestion des données sont un fait», constate Francis Egger, membre de la direction de l’USP. «Nous devons en maximiser les effets positifs et en réduire les effets négatifs, souligne-t-il. Notre préoccupation principale concerne la protection des données.» 

L’association faîtière suit donc la chose de près: elle a signé la Charte sur la digitalisation dans l’agriculture et le secteur agroalimentaire suisses (agridigital.ch/fr/charte) et s’implique dans des projets comme le gestionnaire d’exploitation numérique Barto (www.barto.ch) ou le prototype d’échanges de données agricoles ADA (www.ada-eda.org).

Les moyens numériques vont inévitablement générer une plus grosse quantité de données et offrir ainsi des possibilités d’amélioration

Thomas Anken, Agroscope

Des données utiles

Autre souci pour l’USP: «Nous devons faire en sorte d’éviter que seule une élite d’agriculteurs s’engage dans que cette révolution numérique», s’inquiète Francis Egger. Responsable d’un groupe de recherche chez Agroscope, Thomas Anken est plus enthousiaste: «Les moyens numériques vont inévitablement générer une plus grosse quantité de données et offrir ainsi des possibilités d’amélioration, affirme-t-il. Nous souhaitions en faire bénéficier la pratique car ces nouvelles technologies permettent de donner aux cultures, aux plantes et aux animaux exactement ce dont ils ont besoin, au moment où ils en ont besoin.» Sur son site de Tänikon, à Aardorf (TG), Agroscope travaille sur de nombreux projets en collaboration avec différents partenaires (hautes écoles, universités ou entreprises privées). L’un d’entre eux vise à rendre la production de lait plus efficace et plus respectueuse des animaux en utilisant des capteurs intelligents. Ces derniers fournissent en effet des informations précieuses sur le comportement des animaux, leur lieu de séjour et la production laitière. 

Des robots efficaces

Les solutions robotisées du «Smart Farming» visent non seulement à améliorer la qualité de vie des agriculteurs, mais aussi le bien-être des animaux. C’est en tous les cas la volonté de Lely Center Suisse, un acteur important de la traite automatisée: en éliminant les impératifs liés à l’horaire, ses installations suppriment le stress chez les animaux et la baisse de production liés à l’aire d’attente devant la salle de traite. A Yverdon-les-Bains, la start-up ecoRobotix permet, elle, de réduire l’utilisation de produits phytosanitaires, comme le veut le Conseil fédéral. Son robot équipé de panneaux solaires et d’un système GPS se déplace tout seul, et traite les cultures avec des microdoses. «Avec un taux de reconnaissance des mauvaises herbes de plus de 95% en conditions idéales», selon ses concepteurs.

L’avenir de nos champs se prépare aussi au-dessus de nos têtes 

La start-up Gamaya, issue de l’EPFL, a développé un ingénieux système scannant les champs à l’aide d’une caméra fixée sur un drone. Les images, détaillées au pixel près, donnent des indications précieuses sur l’état physiologique des plantes, des informations qui pourront être utilisées par des machines agricoles autonomes. Le guidage automatique des tracteurs devient aussi de plus en plus populaire: précis au centimètre près, il permet de réduire le compactage du sol et d’offrir de meilleures conditions de croissance aux plantes. Les paysans se trouvent donc de plus en plus tiraillés entre les exigences traditionnelles de leur profession et les défis que posent les nouvelles technologies et la multiplication des données. 

Barrière psychologique

Pour les experts en «Smart Farming», l’idée n’est pas de transformer l’agriculteur en informaticien mais de lui offrir, grâce à une gestion d’exploitation «intelligente», des possibilités d’amélioration en combinant agriculture classique et solutions numériques et techniques. Ce n’est pas toujours une évidence pour ceux qui exercent le métier de la terre; des études sont en cours chez Agroscope pour déterminer s’il y a une barrière psychologique, une forme de résistance des agriculteurs qui peuvent voir dans ces technologies une rupture avec la nature même de leur métier. Une problématique prise au sérieux par les chercheurs. Dans ce contexte, l’arrivée du smartphone est un atout: l’agriculteur peut en faire un outil de travail privilégié tout en se déplaçant dans son exploitation.