• Licenciements en vue chez Implenia

      Licenciements en vue chez Implenia

      Qui dit restructuration dit, le plus souvent, licenciements. Implenia ne fait pas exception à la règle: le groupe compte se séparer de 2000 salariés d’ici 2023. Leader de la construction en Suisse, le groupe prévoit en effet de se réorganiser en profondeur avec,...

    • YVERDON (VD) : La machine à écrire dans tous ses états

      YVERDON (VD) : La machine à écrire dans tous ses états

      Cinq expositions sur un même thème! Il n’en fallait pas moins pour rendre hommage à la machine à écrire, jadis fleuron du paysage industriel du nord vaudois. Intitulée « Rock me Baby » en référence à la « Baby », modèle star des ateliers yverdonnois Hermès, cette...

    • (GE) Pierre Maudet, enfin libre !  

      (GE) Pierre Maudet, enfin libre !  

      Il aura fallu deux ans! Deux ans de brimades et d’humiliations pour que Pierre Maudet, décidément rassasié «des couleuvres, puis des boas» qu’on lui a fait avaler, finisse par donner sa démission. Récemment dépouillé de ses dernières prérogatives, via son département...

    • Élection bicéphale au Parti Socialiste Suisse

      Élection bicéphale au Parti Socialiste Suisse

      Mattea Meyer a été élue le samedi 17 octobre comme co-présidente du Parti socialiste suisse. Âgée de 32 ans, mère d'une fillette de trois ans, elle habite Winterthour et est entrée au Conseil national en 2015, après avoir siégé au Grand Conseil zurichois de 2011 à...

    • Prix environnemental de l’économie

      Prix environnemental de l’économie

      Ce prix prestigieux a été reçu le 17 septembre dernier par l'entreprise Eberhard Unternehmungen de Kloten. Placé pour la première fois sous la présidence de Doris Leuthardt, le jury a du choisir entre trois finalistes. Eberhard Unternehmungen, pionnière de l' urban...

    • Neuchâtel renouvelle sa confiance en Kilian Stoffel

      Neuchâtel renouvelle sa confiance en Kilian Stoffel

      Déjà nommé une première fois à la tête de l’Université de Neuchâtel en 2016, Kilian Stoffel a été reconduit pour un nouveau mandat de quatre ans au poste de recteur de l’institution. Une décision qui fait sens considérant les défis majeurs qu’il a su relever au cours...

    • Fabio Regazzi prend la tête de l’USAM

      Fabio Regazzi prend la tête de l’USAM

      L’Union suisse des arts et métiers (USAM) innove en élisant pour la première fois à sa tête un Tessinois: le conseiller national PDC Fabio Regazzi. Âgé de 57 ans, cet avocat et entrepreneur, qui succède ainsi à Jean-François Rime, se déclare «motivé et prêt à...

    • Livia Leu Agosti : une femme de tête pour négocier avec l’Europe

      Livia Leu Agosti : une femme de tête pour négocier avec l’Europe

      Lier le charme aux compétences pour composer avec Bruxelles? C’est le parti pris par Igniazio Cassis, chef du DFAE, avec l’élection à la tête du Département des affaires européennes de Livia Leu Agosti. Diplomate chevronnée et fine négociatrice, celle qui fut la...

    • Événement

      Retrouvez les derniers événements auxquels Dossiers Publics était présent

    • Une aide-soignante engagée

      Une aide-soignante engagée

      Doris Abbyad, aide-soignante aux HUG depuis 1983 (en unité d’attente de placement en EMS) et présidente de l’association Culture & Loisirs (association de personnel hospitalier et de santé sociale), nous livre son vécu de la crise du covid-19. Quelles difficultés...

    • Rentrée des entreprises 2019

      Rentrée des entreprises 2019

      Dossiers Publics était présent à la Rentrée des Entreprises 2019 à l'Arena de Genève, l'événement...

    • Articles

      Vous trouverez ici tous les articles de Dossiers Publics par catégorie
    • La Star du béton en 3D

      La Star du béton en 3D

      Agnès Petit, l’étoile montante de la scène de la construction brille par son approche innovatrice. Elle a créé Mobbot, une start-up qui a pour ambition de développer et commercialiser des systèmes d’impression 3D de structures de béton, une technologie unique en son...

      Choisir son utilitaire
      Choisir son utilitaire

      Essentiel à la fonction du paysagiste, le fourgon utilitaire est son meilleur ami. Or, à l’heure de la transition écologique, le choix d’un véhicule non polluant s’impose. Lors de l’achat d’un utilitaire, l’un des premiers critères déterminant dont le paysagiste va...

      La technologie au service des aînés
      La technologie au service des aînés

      DomoSafety, une start-up issue de l’EPFL, a développé des outils d’aide à la décision à destination des professionnels de la santé. Ces outils intègrent des objets connectés installés à domicile, et permettent de suivre au plus près la santé de l’occupant. En...

      STEIMER DS SA : nouvelle direction, nouveaux horizons
      STEIMER DS SA : nouvelle direction, nouveaux horizons

      Reconnue depuis des dizaines d’années, Steimer DS SA (DS-SA) poursuit son développement avec l’arrivée d’Alain Fuglister à sa tête en remplacement du fondateur Didier Steimer. Diplômé de l’EPFL et plein de projets en tête, le trentenaire donne un nouveau souffle à la...

    • Cahiers spéciaux

      Retrouvez ici nos Cahiers Spéciaux traitant des grandes thématiques relatives à la Romandie
    • Canton de Vaud

      Pascal Broulis: “l’État doit être un catalyseur de projets”

      Pascal Broulis: “l’État doit être un catalyseur de projets”

      Cathédrale de Lausanne, Château St-Maire, Vaudoise Arena, Vortex, Maison de l’Environnement, MCBA ou encore Plateforme 10, autant de noms évocateurs de chantiers et de réalisations d’envergure entrepris depuis 2017 dans le canton avec l’Etat de Vaud comme point commun...

      Vaud+, la marque territoriale qui rayonne

      Vaud+, la marque territoriale qui rayonne

      Le branding territorial n’est pas vraiment une nouveauté et ce n’est pas les cantons du Valais ou des Grisons qui diront le contraire. Et comme les Vaudoises et les Vaudois ont du talent, il fallait le dire haut et fort, il fallait le faire...

      Smart City

      Smart parking: quand se garer devient un plaisir

      Smart parking: quand se garer devient un plaisir

      Tous les lieux de stationnement sont différents. Et parfois cette différence affichée est pour son utilisateur source de stress. Désormais, grâce à l’information instantanée, trouver une place pour son véhicule devient (presque) un jeu d’enfant Tout d’abord, il y a...

      L’entrepreneur qui voulait transformer nos modes de vie

      L’entrepreneur qui voulait transformer nos modes de vie

      Né à Lausanne à l’ère du numérique, Christophe Haldi fait partie de la génération Y. À 30 ans, il est aujourd’hui CEO et fondateur de la société eeproperty, spécialiste de systèmes de gestion intelligents La liste des 30 under 30  du prestigieux magazine américain...

      Le SOC: la botte secrète de l’État de Vaud contre les cyberpirates

      Le SOC: la botte secrète de l’État de Vaud contre les cyberpirates

      Créée en 2015, cette unité de cinq personnes agit comme un poste de pilotage qui offre une vue consolidée et permet de mieux répondre aux cyber-attaques Perturbations, manipulations, sabotages et autres attaques ciblées par l’intermédiaire de réseaux électroniques...

    • Akon and the City

      Akon and the City

      En réaction au « village global » que notre planète devient un peu plus chaque jour, on assiste...

Publicités

Investir dans des entreprises qui ont des retombées positives et objectivement mesurables sur l’environnement ou la société, voilà comment on pourrait résumer en quelques mots l’investissement d’impact.

Pierre-Loïc Caïjo, fondateur d’Adiant Capital, une société de gestion spécialisée dans l’investissement d’impact, nous en dévoile les enjeux. Créée en 2011 et dirigée par une équipe active depuis près de 20 ans dans l’investissement d’impact, Adiant Capital se concentre exclusivement sur les marchés des capitaux privés et investit dans les entreprises non-cotées (private equity) et les actifs d’infrastructures.

Dossiers Publics : Quels sont vos principaux axes d’investissement ?
PLC : Nous nous focalisons sur trois thématiques principales : l’économie zéro carbone, l’économie circulaire et le mode de vie durable. Plus précisément, nous nous intéressons aux énergies renouvelables, au transport zéro carbone, à l’immobilier durable ou encore à la préservation des océans et des sols.
Il semble évident qu’à rendement égal, un investisseur préfère aujourd’hui faire travailler son capital de façon durable et bénéfique à la planète. Notre mission est de concevoir des solutions sur mesure pour nos clients afin de les aider à réaliser de tels investissements.


N’est-ce pas déjà le cas des entreprises cotées en Bourse depuis quelques années ?
Certes, les entreprises cotées en bourse doivent désormais identifier les risques environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) auxquels elles sont exposées et s’engager à y remédier. Si on ne peut que s’en réjouir, cette démarche est cependant rarement associée à une véritable remise en question du modèle économique. Lors de l’achat d’un titre coté ESG, seule une fraction de l’investissement sera véritablement consacrée à engendrer un impact positif. En revanche, l’investissement d’impact dans les actifs non cotés permet que la totalité de l’investissement y soit dédiée.

Indépendamment de l’impératif environnemental, nous sommes indéniablement à l’aube d’une importante réallocation du capital institutionnel et privé vers le private equity et l’infrastructure. C’est d’ailleurs depuis longtemps le cas outre-Atlantique, où il n’est pas rare que 20 à 25 % des portefeuilles y soient consacrés.

A rendement égal, nous pensons qu’un investisseur préfère aujourd’hui faire travailler son capital de façon durable et bénéfique à la planète

Pierre-Loïc Caïjo
DIrecteur des investissements
Adiant Capital


Quel est le profil de vos clients investisseurs ?
Il peut s’agir aussi bien d’investisseurs institutionnels, de compagnies d’assurance, de banques privées que de caisses de pensions ou de family offices. Nous construisons ensemble leur portefeuille d’impact et déployons leur capital dans le cadre de mandats ou via nos produits d’investissement.

Notre expertise en infrastructure et en private equity nous permet de couvrir un large spectre de risques-rendements. A titre d’exemple, nous avons conçu un produit d’impact dynamique pour un groupe industriel Européen qui a engendré un retour sur investissement de plus de 30 %.

Pour ce qui est des investisseurs institutionnels, il faut relever qu’une toute récente modification de législation autorise désormais les caisses de pension suisses à investir dans les infrastructures. Nous avons lancé à leur destination un produit d’investissement de rente dans les infrastructures durables.

Quelle est votre valeur ajoutée en tant que société de gestion ?
En ce qui nous concerne, la conviction a précédé l’action : nous plaidons la cause de l’investissement d’impact depuis près de 20 ans, soit bien avant que la durabilité ne devienne un terme à la mode, voire un argument de vente. Notre longue expérience dans le domaine nous positionne de façon assez unique sur le marché.

Nous offrons à nos clients ce que leurs conseils traditionnels peuvent difficilement répliquer : une capacité à identifier des opportunités hors marché, une maîtrise des aspects technologiques et une solide expérience de terrain nous permettant, par exemple, de superviser la construction de nos infrastructures ou bien de nous impliquer de façon active aux côtés du management des entreprises de notre portefeuille.

En termes de durabilité, nos principes d’actions sont réellement ambitieux et vont bien au delà des critères ESG traditionnels. Nous les appliquons tant dans la sélection des opportunités d’investissements, en phase de Due Diligence, qu’après avoir investi dans nos projets ou entreprises. Notre reporting client intègre un volet extra-financier et, dans la mesure du possible, nous essayons de convaincre nos clients d’appliquer à leur propre organisation ces mêmes principes. Notre vision est réellement à 360°.

Les politiques font-ils assez pour l’environnement, selon vous ?
Je pense que, dans tous les camps politiques, l’urgence de la situation et la nécessité d’y remédier sont désormais bien ancrées. Sur le plan climatique, les états signataires des Accords de Paris de 2015 se sont engagés à limiter l’augmentation de la température globale à moins de 1,5°C d’ici à 2100. Cela implique une économie totalement neutre en carbone à l’horizon 2065 et représente 4000 milliards de dollars d’investissements annuels jusqu’en 2050 selon les Nations Unies. Un défi colossal auquel l’humanité n’y a encore jamais été soumise… À notre mesure, nous ambitionnons d’apporter notre contribution. C’est un sujet dont les enjeux sont aussi passionnants que titanesques.